Les éditos

Au pied de la croix, seul et ensemble !

Les prêtres du secteur à votre écoute
Père Thomas : 06 16 91 80 66
Père René : 07 52 39 68 37 Père Jérémie : 07 88 76 60 49
Père Rodrigue : 09 86 25 89 70 Pendant le confinement : SEMAINE SAINTE … Montons tous ensemble à Pâques !
Au pied de la croix, nous contemplons Marie et le disciple qui avait sa tête sur la poitrine de Jésus à la cène ; tous les deux vivaient un mystère d’amour qui est inédit et qui les dépasse. Au pied de la croix, cet étendard dressé et visible sur le mont calvaire, la foule (...)

Avec confiance et courage, nous triompherons.

Les prêtres du secteur à votre écoute
Père Thomas : 06 16 91 80 66 Père René : 07 52 39 68 37 Père Jérémie : 07 88 76 60 49 Père Rodrigue : 09 86 25 89 70 Pendant le confinement : vivre les liturgies en famille : cliquez ici !
Bien-aimés du Seigneur, nous sommes déjà au 5e Dimanche de Carême et nous continuons notre périple vers la Pâques du Seigneur que nous serons invités à vivre cette année de façon spéciale. Mais avec « confiance et courage, nous triompherons ». « Vous aurez à connaitre des tribulations (...)

Un carême spécial : Dieu regarde le cœur

En ce temps de carême très spécial où nous sommes invités à pénétrer l’essentiel de l’existence.

Aux catholiques du diocèse

Mesures liées à l’épidémie du coronavirus

« En pneumati kai alètheia » « En Esprit et en Vérité »

1) Petit rappel géographique : Dans l’Evangile de ce dimanche, l’évangéliste Jean situe la rencontre de Jésus et de la Samaritaine auprès du puits de Jacob, à Sichem. C’est un vallon marquant d’un côté le mont Ebal (930m) et de l’autre le mont Garizim (870m). D’après la Tradition, c’est là en Samarie que Jacob avec les tribus du Nord s’installa et autour d’un puits que ce Patriarche offrit des terres irriguées à son fils Joseph. A l’origine il y avait des temples sur chaque mont. Sur le mont Garizim, les (...)

ROLE POLITIQUE DU CHRETIEN

Il faut reprendre conscience que nous avons besoin les uns des autres, que nous avons une responsabilité vis-à-vis des autres et du monde, que cela vaut la peine d’être bons et honnêtes. Depuis trop longtemps déjà, nous sommes dans la dégradation morale, en nous moquant de l’éthique, de la bonté, de la foi, de l’honnêteté. L’heure est arrivée de réaliser que cette joyeuse superficialité nous a peu servi…. Tout le monde n’est pas appelé à travailler directement en politique ; mais au sein de la société germe (...)

Carême 2020, c’est parti, nous y voilà !

Frères et soeurs, voici un temps de grâce, de conversion et de renaissance ; un temps précieux pour vivre autrement que d’habitude ; un temps à ne pas « gaspiller », un temps pour nous centrer sur l’essentiel. Pendant ce temps, nous serons invités à revivre une belle course, celle de la grande victoire avec Jésus, de la vie sur toutes les puissances du mal et des ténèbres. Ainsi, chaque année, en nous offrant de vivre ce temps que je me permets d’appeler « temps d’entraînement » qui dure 40 Jours, (...)

LE RÊVE DE FRANÇOIS POUR L’AMAZONIE

L’Amazonie bien-aimée se présente au monde dans toute sa splendeur, son drame et son mystère… L’Amazonie est une totalité plurinationale interconnectée, un grand biome partagé par neuf pays : le Brésil, la Bolivie, la Colombie, l’Équateur, la Guyane, le Pérou, le Surinam, le Venezuela et la Guyane Française. Cependant, j’adresse cette Exhortation à tous. Je le fais, d’une part en vue d’aider à réveiller l’affection et la préoccupation pour cette terre qui est aussi la "nôtre" et vous inviter à l’admirer et à (...)

LA SCIENCE : INTERET ET RISQUE

La techno-science, bien orientée, non seulement peut produire des choses réellement précieuses pour améliorer la qualité de vie de l’être humain, depuis les objets usuels pour la maison jusqu’aux grands moyens de transports, ponts, édifices, lieux publics, mais encore est capable de produire du beau et de ‘‘projeter’’ dans le domaine de la beauté l’être humain immergé dans le monde matériel..... Ainsi, dans la recherche de la beauté de la part de celui qui produit la technique, et en celui qui contemple (...)

La lumière, la gloire et le salut de Dieu

En ce dimanche, quarante jours après la nativité, nous célébrons la présentation du Seigneur : « Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur. Ils venaient aussi offrir le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : un couple de tourterelles ou deux petites colombes. » Cette fête est l’occasion de (...)

« Convertissez-vous…. »

Au coeur de la liturgie de ce dimanche, a encore retenti pour nous, cette voix du Christ : « Convertissez-vous…. ». En effet, au moment où les portes de la prison se refermaient sur la voix de Jean-Baptiste et que son rôle de précurseur est brutalement interrompu par Hérode, Jésus va inaugurer sa mission sur les rives de Galilée. Autour de lui, se pressent les foules avides de Dieu et assoiffées de vérité. Chacun porte vers Lui le poids de ses doutes, ses misères et ses interrogations. La tâche est (...)

BAPTÊME DE JÉSUS

Dimanche dernier nous célébrions le Baptême du Seigneur à partir de l’Evangile de Jésus selon Saint Matthieu. Ce dimanche, cette fois à partir de l’Evangile de Jésus selon Saint Jean, l’Eglise nous offre de réentendre cette même Révélation comme Jésus Fils de Dieu par la Voix du Père et la Manifestation du Saint Esprit sous les traits d’une Colombe. Il s’agit là, en lieu et place sur les rives du Jourdain à l’automne 27 de notre ère, d’une Théophanie. C’est-à-dire pour la première fois de la Révélation des (...)

LE BAPTEME DU SEIGNEUR

Ce dimanche est le prolongement de l’Incarnation, Dieu fait chair parmi les hommes dont il épouse toute l’humanité, à l’exception du péché. Dieu continue de rentrer dans notre humanité en se soumettant à tout ce que fait l’homme. Aujourd’hui, Jésus-Dieu se fait baptiser par un homme, un être de chair, Jean-Baptiste. Par cet acte qui revêt une importance capitale, nous comprenons vraiment la voie que Dieu a choisie pour nous sauver et ouvrir nos yeux pour découvrir la relation qu’il veut établir avec nous, (...)

Bonne et joyeuse année 2020

Durant chacun des 366 jours de cette nouvelle année, la paix, la joie, la fraternité seront au rendez-vous. C’est réellement à nous d’en être les artisans ! Alors tout ce que nous disons, tout ce que nous faisons, que ce soit toujours au nom du Seigneur Jésus, en offrant par lui notre action de grâce à Dieu le père. Heureuse année ! Père Thomas Adjétey
C’est Noël ! En lui Jésus, l’enfant de la crèche, Dieu prend des risques. Au temps où l’empereur romain règne en maître sur tout le bassin méditerranéen et se (...)

L’HOMME JUSTE

A côté d’Isaïe et de Jean Baptiste, une autre figure de l’avent est Joseph l’époux de Marie. L’Ecriture ne renseigne pas beaucoup sur sa personnalité. Néanmoins dans ce qu’on convient d’appeler l’Annonciation à Joseph, Matthieu nous dit qu’il était « un homme juste » (cf. Mt 1, 18-25). Avec Abraham et Moïse ils sont les trois hommes que la Parole de Dieu désigne comme des Justes. Le premier à cause de sa foi qui fera de lui le Père des croyants, le second à cause de son humilité qui fera de lui le libérateur (...)

« Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre ? »

Voilà la question qui résonne au coeur de la liturgie de 3e Dimanche de l’Avent appelé « Dimanche de la Joie ou Gaudete » ; joie que le jour de la venue de l’Emmanuel est tout proche ; joie d’une présence qui est un « déjà-là » et un « pas encore-là ». En effet, cette question : « Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre ? » avait été posée par Jean Baptise le précurseur du fond de sa prison ; prison dans laquelle Lui, la Voix qui portait le « logos » (le Verbe de Dieu) et qui invitait à la (...)

« Produisons donc un fruit digne de la conversion »

La voix de Saint Jean Baptiste, le précurseur, vient résonner en nous, pour accompagner notre marche pendant ce temps de l’AVENT. Nous sommes invités à préparer le chemin du Seigneur, à rendre droit les sentiers du Seigneur afin que tout être vivant puisse voir le salut de Dieu. Il s’agit d’une pressante invitation à une conversion sincère et profonde. Les questions qui doivent nous préoccuper sont : Quel est le chemin du Seigneur ? Quels sont les sentiers du Seigneur ? Où conduisent ses sentiers ? Le (...)

« Préparer et se préparer »

Ce 1er dimanche de l’Avent ouvre une période de 4 semaines jusqu’à Noël permettant de préparer et de se préparer. Comment ? Quelques exemples pourront nous éclairer ou nous inspirer… - Préparer : Une nouvelle année liturgique commence, l’année A : où ai-je mis ma Bible à la maison ? sa place ? son utilisation ? Une couronne de l’Avent, aménageant un endroit privilégié à la maison ou je repère les jours jusqu’à l’Avènement. Une feuille où je vais marquer mes demandes et mes engagements pour 2020 que je (...)

Le Vrai Roi de l’Univers, c’est le Christ

La fête du Christ-Roi, instituée en 1925 par le pape Pie XI afin d’affirmer la royauté du Christ auquel les nations devaient obéir avait pour objectif de soutenir un combat contre les évolutions hasardeuses du monde moderne et d’affermir la foi des fidèles faces aux idéologies de l’époque. De nos jours, cette fête a pris un sens différent avec la réforme du calendrier liturgique de 1969 décidée par le concile Vatican II. Placée au dernier dimanche de l’année liturgique, la fête du Christ-Roi est appelée (...)

Journée mondiale des pauvres

Chers frères et soeurs, Je vous exhorte à chercher, avec chaque personne pauvre que vous rencontrez, ce dont elle a vraiment besoin, à ne pas vous arrêter à la première nécessité matérielle, mais à découvrir la bonté qui se cache dans leur coeur.. Les pauvres ont avant tout besoin de Dieu, de son amour rendu visible par
des personnes saintes qui vivent à leur côté, lesquelles, par la simplicité de leur
vie, expriment et font émerger la force de l’amour chrétien. Dieu se sert d’innombrables routes et (...)

PRIEZ LES UNS POUR LES AUTRES

Les lettres de Paul, abondent en demandes de prières comme celles que nous lisons ce dimanche dans la deuxième lettre aux Thessaloniciens. Elles sont d’ordinaire missionnaires, c’est-à-dire pour la progression de l’Evangile. Priez pour moi, écrit-il, « afin que la parole du Seigneur poursuive sa course, et qu’on lui rende gloire partout ». Lui-même, n’oublie pas de prier pour les Thessaloniciens : « Nous prions pour vous à tout moment afin que notre Dieu vous trouve dignes de l’appel qu’il vous a (...)

Tous appelés à la sainteté, gardons le cap !

Peut-on être saint ? Il peut nous arriver en regardant nos vies quelques fois marquées par la force du mal et la récurrence du péché de répondre NON : « le bien que je veux faire, je n’y arrive pas mais le mal que je veux éviter, c’est ce que je fais » Il peut aussi nous arriver en observant certains évènements durs et inhumains du monde de nous dire que la sainteté n’est pas possible ou qu’elle est strictement réservée à quelques personnes : « les saints ». La sainteté n’est pas du tout synonyme de (...)

Quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur terre ?

Voilà une grande équation difficile certainement à résoudre aujourd’hui, demain et toujours. La deuxième interrogation sur laquelle j’aimerais attirer votre attention en ce dimanche concerne la prière. Pourquoi devons-nous prier ? En effet, il y a quelques jours, je lisais un article dans lequel, un journaliste se moquait d’un prêtre qui demandait aux gens de prier alors qu’une grande tornade s’approchait de leur ile dans les Caraïbes. Le journaliste affirmait que lorsqu’un danger est imminent, ce (...)

« TA FOI T’A SAUVE »

L’Evangile de ce dimanche relate la guérison de 10 lépreux par Jésus Christ. Mais un seul prend le chemin du retour pour aller le remercier. Or cet homme est un Samaritain, c’est-à-dire pour reprendre l’Évangile un étranger, quelqu’un de non reconnu ou non considéré par les habitants de Jérusalem. Pour nous aujourd’hui, la leçon est très simple : 1) dans l’Antiquité la lèpre était considérée comme une malédiction divine et générait le rejet du malade, son exclusion de la communauté. Et nous : accueillons nous (...)

La puissance de la Foi

Ce 27ème dimanche du Temps Ordinaire de l’Année Liturgique C nous montre que la Foi, si petite soit-elle, comme une graine de moutarde, est un don gratuit de Dieu qu’il nous faut accepter et entretenir par tous les moyens car elle est toute-puissante et est capable de déplacer les montagnes et de déraciner les arbres. La toute-puissance de la Foi est d’abord de croire qu’avec l’aide de Dieu, l’homme est capable du meilleur et peut changer le monde. La toute-puissance de la Foi est ensuite de savoir (...)

Journée mondiale du migrant et du réfugié

Chaque année, l’Eglise nous propose cette journée de prière et d’action désormais en septembre et non plus en janvier. Le thème choisi par le pape François pour 2019 : « il ne s’agit pas seulement des migrants ». Avec ce thème, le pape François entend souligner que ses appels répétés en faveur des migrants, des réfugiés, des personnes déplacées et des victimes de la traite des êtres humains doivent être compris dans le cadre de sa profonde préoccupation pour les habitants des périphéries existentielles. Celui (...)

DIEU ET L’ARGENT

A écouter les Evangiles, et ses multiples mises en garde contre l’Argent et les richesses, on est porté à croire qu’il y a quelque chose entre Dieu et l’Argent qui ne va pas. Il y aurait quelque chose dans l’amour de l’argent qui nous éloignerait de Dieu et qui nous vaut une série de mise en garde claire et définitive de Jésus comme celle de Luc 16, 13 : « Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent » ou encore « qui accumule des trésors pour soi, ne s’enrichit pas envers Dieu ». Et pourtant (...)

LE PERE RENE SE PRESENTE AU SECTEUR BRUNOY-VAL D’YERRES

Je suis le Père René Kokou Fafadji TCHALAGASSOU. Je suis né le 19 Octobre 1988 à Notsé au Togo. 4e d’une d’une fratrie de 6 enfants dont un à déjà rejoint la maison du Père ( Paix à son âme). J’ai connu très tôt l’Eglise de par ma famille qui est profondément chrétienne catholique. Mes premières expériences chrétiennes ont été faites dans le groupe des servants d’autel ainsi que dans la chorale paroissiale des jeunes. Ainsi, avec l’obtention de mon Bac en 2006 et afin de répondre à l’appel du Seigneur, je fus admis (...)

C’est la rentrée !

Il y a un temps pour tout. Un temps pour se reposer et un temps pour travailler. Le mois de septembre est là, l’été s’en va. Les souvenirs de la période de pause nous habitent. Pour certains la nostalgie et l’envie de retenir le temps des vacances persistent alors que pour d’autres la joie et l’envie de reprendre les activités les poussent en avant. C’est la rentrée ! Nous devons reprendre nos diverses activités pastorales, professionnelles, sociales car le monde et ses nombreux défis nous attendent. (...)

VOUS ÊTES VENUS VERS JÉSUS, LE MÉDIATEUR D’UNE ALLIANCE NOUVELLE

C’est par ces mots de la lettre aux hébreux de ce 22e dimanche, « Vous êtes venus vers Jésus, le médiateur d’une alliance nouvelle », que j’aimerais vous accueillir et vous souhaiter une bonne reprise des activités. Comment ne pas noter cette assurance qui se dégage de cette phrase ! Nous sommes venus vers Jésus, il est le médiateur d’une alliance nouvelle. En effet, il est avec nous ; nous pouvons à tout moment compter sur lui, nous appuyer sur lui. Nous ne sommes pas seuls pour vivre cette nouvelle (...)

Voici arrivé le temps de repos !

C’est avant tout le moment de rendre grâce pour cette année pastorale qui s’achève. Rendons grâce pour la vie de nos communautés ; rendons grâce pour tous les acteurs de cette vie. Vous êtes présents dans l’accueil, l’écoute et l’accompagnement des enfants, des jeunes, des adultes, des familles dans leur relation avec Jésus-Christ. C’est aussi le moment de prendre conscience que nous n’avons pas toujours su laisser les grâces de Dieu féconder nos démarches. Il y a eu des moments où notre volonté s’est (...)

« Homme et Femme, Il les créa »

Une réflexion critique sur la théorie du genre à l’usage des éducateurs, publiée le 12 juin 2019. Nous sommes invités à lire ce document. Voici quelques extraits de 57 paragraphes. 4.La vision anthropologique chrétienne considère la sexualité comme une composante fondamentale de la personnalité, une de ses façons d’être, de se manifester, de communiquer avec les autres, de ressentir, d’exprimer et de vivre l’amour humain. Elle fait donc partie intégrante du développement de la personnalité et de son (...)

La Trinité

En Irlande, la feuille de trèfle est devenue le symbole national parce qu’elle servait à saint Patrick comme image de la Trinité. Pour le commun des mortels, en tous cas pour des non-Irlandais, cela est difficile à comprendre : Père, Fils et aussi Esprit Saint – trois êtres et pourtant un seul. Cela est compliqué même pour les saints. Une peinture de Pinturicchio représente un évêque se tenant au bord d’un golfe, levant les bras de manière interrogative et regardant dan le vide. La peinture a pour titre (...)

Ouvrons nos coeurs au souffle de Dieu

Que serait la vie terrestre sans oxygène ? Que serait un voilier sans vent ? Que serait un feu d’artifice sans nuit profonde ? Que serait un vitrail sans lumière ? Toutes ces interrogations ont pour but de nous faire comprendre et apprécier la nécessité de l’Esprit Saint dans notre vie chrétienne. Cet Esprit-Saint promis est envoyé par le Père et le Fils au jour de la Pentecôte pour marquer de façon permanente et définitive la présence de Dieu au milieu de nous. Du coup, notre vie spirituelle (la vie (...)

Foi & Raison

Au début du mois de juin, nous fêtons Saint Justin de Rome (100- 165 après JC). Philosophe de formation, il s’est converti à l’âge de 30 ans. Il a employé tout son savoir pour rendre compte de la cohérence de la foi chrétienne. Ses deux Apologies ont traversé les siècles, et il a cherché à défendre le Christianisme des préjugés et des fausses accusations de son époque. Il est le saint patron des philosophes. Son apport est décisif dans la Tradition chrétienne, car il permet le premier d’entrer dans la (...)

Bonne fête !

En ce jour de la fête des mères, il est bon de nous tourner vers chacune d’elles. Et de les remercier pour tout le soin qu’elles portent à leurs enfants : Merci pour avoir porté la vie Merci pour ces nuits sans sommeil passées à veiller un enfant malade Merci pour ces chagrins consolés Merci pour ces devoirs surveillés Merci pour ces joies simples qu’on garde longtemps en mémoire Merci pour ces secrets partagés Merci pour ces paroles qui font grandir Il y aurait encore bien des motifs de remercier les (...)

LE COMMANDEMENT NOUVEAU

Peu de temps avant de mourir, le Christ a dit à Ses disciples : « Je vous donne un commandement nouveau : « que vous vous aimiez les uns les autres comme je vous ai aimés » (Jean XIII, 34). Cette exigence d’amour fraternel est-elle vraiment nouvelle ? Comme nous le savons, le commandement de l’amour est déjà présent dans la Loi de Moïse. Elle ordonnait l’amour du prochain comme découlant de l’amour de Dieu. (Lv, 19). Dans Ses entretiens et sermons, Jésus, enseignait la primauté de l’amour : si l’amour de (...)

Tu appelles les jeunes au bonheur !

Seigneur, tu appelles les jeunes au bonheur. Ils portent en eux une grande soif d’aimer et de se donner. Nous croyons que tu as un appel particulier pour chacun, qui se découvre dans l’expérience de la rencontre personnelle avec toi et l’écoute des besoins et des cris du monde. Seigneur, fais de nos familles, nos diocèses, nos communautés, nos
mouvements, des lieux où les jeunes feront l’expérience de la prière et
du service. Fais naître chez chacun le désir de te suivre humblement et d’oser répondre (...)

Incroyable Amour

Ce dialogue entre Jésus-Ressuscité et Pierre, dans l’évangile de ce 3e dimanche de Pâques est ponctué par la triple question "m’aimes-tu ?". Dans la langue grecque qui est la langue originelle dans laquelle est écrit le Nouveau Testament, il y a deux verbes pour signifier ce verbe "aimer". Le premier verbe, « agapao », signifie l’amour sans réserve, total et inconditionnel. Le deuxième verbe « phileo » exprime l’amour d’amitié, tendre mais pas totalisant. Alors les deux premières fois, Jésus demande à (...)

Pâques

En ce matin de Pâques, l’Église contemple le tombeau vide de Jésus et célèbre la victoire du Seigneur sur la Mort. Pour cela, il faut poser un acte de foi, c’est-à-dire faire confiance à l’oeuvre de Dieu. La foi n’est pas la crédulité. Croire c’est adhérer à la Parole de Dieu, plus certaine que celle des hommes. C’est fonder sa vie sur quelque chose de solide. En témoigne le mot « Amen », qui vient de l’hébreu et qui signifie littéralement « C’est solide », en d’autres termes :« Je peux bâtir ma vie sur cette (...)

Sur ce bois de la Croix !

A l’entrée de la ville, au calvaire est plantée une Croix en bois portant un homme couronné d’épines avec une inscription déchiffrée par tous « Jésus de Nazareth, le Roi des juifs ». Dans ce drame du mont Golgotha se joue le salut du monde. Sur ce bois de la croix, le mystère de la croix s’accomplit. L’alliance nouvelle et éternelle se réalise « pour vous et pour la multitude ». Cette alliance nouvelle et éternelle scellée sur le bois de la Croix est la pleine manifestation, la révélation de l’amour de Dieu. (...)

VA ET DESORMAIS NE PECHE PLUS !

L’expérience quotidienne nous met au contact de personnes qui ressassent le passé, surtout au point d’en faire le tombeau de la vie. Leurs difficultés d’aujourd’hui sont, disent-elles, forcément dues au passé. Elles en viennent à se demander ce qu’elles ont bien pu faire au bon Dieu pour mériter ce sort. En fait, c’est une méconnaissance du visage de Dieu qui conduit bien souvent à cette conclusion. Les Écritures montrent clairement que Dieu n’est pas celui qui retient nos fautes pour toujours. Notre passé (...)

« Au nom du Christ, laissez-vous réconcilier avec Dieu »

Cet appel de l’apôtre St Paul dans la deuxième lecture de ce dimanche de la mi- carême est le même qu’il nous avait lancé le mercredi des cendres pour commencer notre chemin vers Pâques. L’appel de l’apôtre fait penser à des athlètes encouragés en début de parcours et à mi-parcours ou bien à des cyclistes en phase de ravitaillement de mi-parcours pour mieux terminer la course. Entendre cet appel « Au nom du Christ, laissez-vous réconcilier avec le Dieu » nous invite d’abord à ne pas oublier ce qu’est le (...)

"Si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous"

De tout temps, la relation de l’homme avec Dieu est faite de soupçon ou de suspicion. Les hommes accusent et acculent Dieu pour tous les maux qu’ils subissent. Dieu serait-il vraiment l’auteur des malheurs de notre humanité ? Non, Dieu, notre Dieu, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, le Dieu de Jésus-Christ, le Dieu des chrétiens n’est pas un vengeur ni un punisseur. Au contraire, il se penche sur la misère de son peuple ; il attend son cri et cherche à le sauver. Il est celui qui, comme un feu (...)

Transfiguration

En ce deuxième Dimanche de Carême, nous sommes invités à monter sur la montagne, Celle-là même où Jésus a été transfiguré. Par le moyen de l’Écriture, qui devient Parole de Dieu dans l’Esprit Saint, nous pouvons devenir, nous aussi, les témoins de ce mystère. Dès le commencement de sa vie terrestre, la nature humaine de Jésus resplendit de la gloire de Dieu. Or, c’est seulement à trois disciples que Jésus dévoile cette même gloire. Jamais Il ne l’a manifestée dans sa vie publique. Pourquoi ? Jésus n’a pas (...)

Message de carême Quarante jours pour se réveiller !

Le baptême nous rend participant de la mort et de la résurrection du Christ, il inaugure l’aventure joyeuse et exaltante des disciples que nous sommes. Chemin faisant, pour chacun d’entre nous comme pour nos communautés, le sel de nos vies a pu s’affadir. Dans son message de carême, le pape François nous rappelle que « Si nous ne tendons pas continuellement vers la Pâque, vers l’horizon de la Résurrection, il devient clair que la logique du “tout et tout de suite”, du “posséder toujours davantage” (...)

« CE QUE VOUS VOULEZ QUE LES AUTRES FASSENT POUR VOUS, FAITES-LE AUSSI POUR EUX ». (Luc 6, 31)

Cette règle d’or que Jésus énonce dans l’Évangile de Luc, presque tout le monde se l’est fait entendre dire au moins une fois. Présente dans beaucoup de cultures profanes, elle avait une autre formulation qu’on retrouve dans l’Ancien testament : « Ne fais à personne ce que tu détestes » (Tobie 4, 15). Mais comme à son habitude, Jésus ajoute ici quelque chose à la formulation traditionnelle. Il ne dit pas seulement « Tu ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu’ils te fassent », mais il conseille (...)

NUL NE PEUT VOIR DIEU SANS MOURIR. TOUS LE SAVENT.

Le plus souvent l’Écriture affirme que l’homme ne peut voir Dieu. Quand Moïse lui demande :”Fais-moi voir ta gloire”, le Seigneur répond : ”Tu ne peux pas voir ma face, car l’homme ne saurait me voir sans mourir.” (Exode 33. 18 à 20). Pourtant, Dieu ne veut pas être étranger à son serviteur. Il se fera voir de Moïse et même lui parler face à face (Ex 33,11). Cela serait-il une contradiction ? Non. Dieu ne peut se contredire lui-même. Ce qu’il dit est vrai, toujours, partout et en tout temps. Effectivement, (...)

Consacré(e)s

En ce 2 février, nous avons célébré la Présentation du Seigneur. Depuis 1997, cette fête liturgique coïncide avec la journée de la vie consacrée. Certains baptisés reçoivent un appel à se consacrer plus particulièrement au Seigneur. Soit en étant tournés vers la prière : on parlera alors de religieux contemplatifs, moines et moniales. Soit en étant tournés vers l’apostolat : on parlera alors de religieux apostoliques. Au sens large, les religieux vivent les promesses de leur baptême d’une manière plus intense (...)

DISCOURS DU PAPE FRANÇOIS À UNE DÉLÉGATION OECUMÉNIQUE DE L’ÉGLISE LUTHÉRIENNE DE FINLANDE (EXTRAITS)

Samedi 19 janvier 2019 Chers frères et soeurs, L’engagement commun en faveur de l’oecuménisme est une exigence essentielle de la foi que nous professons, une condition qui naît de notre identité même de disciples de Jésus. Et en tant que disciples, alors que nous suivons le même Seigneur, nous comprenons toujours plus que l’oecuménisme est un chemin, un chemin qui, comme l’ont constamment souligné les divers Papes depuis le concile Vatican II, est irréversible. This is not an optional way. L’unité entre (...)

« LA MÈRE DE JÉSUS ETAIT LÀ. »

Honorant l’invitation à des noces à Canna en Galilée par leur présence, Marie et son Fils Jésus, vont éviter à la fête de tourner court à cause du manque de vin qui, rappelons-le, dans les Écritures symbolise la fête et l’allégresse. Ce qui s’est passé à Cana est un beau symbole de nos existences. A notre époque les raisons ne manqueraient pas pour que notre vie soit comme une « noce », une fête : les découvertes facilitant la vie, les possibilités de communiquer, la liberté d’expression et de circulation… (...)

« TOI, TU ES MON FILS BIEN-AIMÉ ; EN TOI, JE TROUVE MA JOIE »

Telle est la déclaration d’amour de Dieu à son fils Jésus au moment de son baptême en présence du peuple venu se faire baptiser au Jourdain. Toute déclaration d’amour entraîne un changement, donne un nouveau départ. Elle rassure qu’on n’est pas seul ni abandonné ; le souvenir de cette déclaration doit inonder de joie, d’énergies pour continuer à demeurer dans l’amour. En effet, après son baptême, enraciné dans cette grande déclaration d’amour, notre Seigneur Jésus-Christ va mener sa mission jusqu’à son plein (...)

Accueillir dans la joie et dans le coeur Jésus qui vient comme Zacharie, Élisabeth, Marie et Joseph

Déjà c’est Noël. L’Emmanuel, Dieu-avec-nous, est à notre porte. Il vient à nous, il vient chez nous et il doit être accueilli avec joie et allégresse : "Gloria in excelsis Deo". Il vient et nous devons lui préparer un lieu d’accueil, un espace et un temps, ce qui tranchera avec l’attitude des habitants de Bethléem qui n’ont pas trouvé de place pour lui, ce qui le fait naître dans une mangeoire . L’évangéliste saint Jean écrira : " Il est venu chez les siens et les siens ne l’ont pas reçu. Mais tous ceux qui (...)

Noël Autrement

Comment faire pour préparer sereinement Noël ? La tâche n’est pas facile dans un monde matérialiste qui caricature cette solennité en fête païenne. Trois conseils peuvent nous aider : d’abord pourquoi ne pas commencer notre chemin vers la crèche de Bethléem, dès la solennité du Christ Roi ? Rien n’empêche de s’accorder une semaine pour rentrer dans l’Avent, lequel est un temps assez court, qui dure entre trois et quatre semaines. Cela nous évitera de nous retrouver aux portes de Noël sans avoir pris le (...)

REDRESSEZ-VOUS ET RELEVEZ LA TÊTE CAR VOTRE RÉDEMPTION EST PROCHE !

(Évangile du 1° dimanche de l’avent Lc 21) L’hiver est là avec sa grisaille et sa froidure qui nous entraînent à nous mettre à l’abri, rechercher de la chaleur et peut-être nous recroqueviller sur nous-même. La foi, l’espérance et la charité peuvent aussi connaître des coups de froid. Les croyants que nous sommes n’échappent pas aux interrogations et aux doutes au cours de leur marche dans l’histoire des hommes. Les secousses d’un corps social ne sont-elles pas les symptômes du poids des grisailles et des (...)

LE TEMPS DE L’AVENT

Depuis quelques jours sont apparus dans les commerces les calendriers de l’Avent. Ce bibelot circonstanciel est censé nous dévoiler des surprises au fil des jours du mois de décembre jusqu’à Noël. Originellement pensé, par les germaniques, pour faire patienter les enfants jusqu’aux fêtes, il fait écho à ce temps particulier de l’Église que nous commençons ce dimanche : le temps de l’avent. Du latin « adventus », Avent signifie « avènement, venue ». C’est un temps qui se situe entre le quatrième dimanche (...)

Qu’est-ce que le « Christ-Roi » ?

À la fin de l’année liturgique, date où est célébrée cette solennité, nous sommes dans la fin des temps. Dans l’ordre actuel du Salut, de la grâce, de la rédemption, c’est le Christ qui est le principe et la fin immédiate de toute chose. Le vocabulaire biblique parle beaucoup de la royauté de Dieu : non pas monarchique au sens politique mais au sens « monos » et « archos », de principe (créateur et providentiel), des hommes, des anges et de tout l’ordre matériel des choses. Par la puissance du Christ (...)

2ème JOURNEE MONDIALE DES PAUVRES

Dimanche 18 novembre : Le Saint-Père, lors de la conclusion du Jubilé Extraordinaire de la Miséricorde, a lancé la Journée Mondiale des Pauvres dans le but de sensibiliser la conscience des croyants et de l’éduquer à écouter le cri des pauvres et des souffrants. Le thème choisi pour cette année est : « Un pauvre crie, le Seigneur entend. » « Un pauvre crie ; le Seigneur entend. » (Ps 33, 7). Les paroles du psalmiste deviennent les nôtres lorsque nous rencontrons des situations de souffrance et de (...)

Bâtir la paix

« Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu » (Mt 5, 9). Tel est, sans aucun doute, la béatitude qui monte en nos coeurs en ce centenaire de l’armistice de la première guerre mondiale. Bâtir la paix ne doit pas être seulement le fait des « spécialistes » : chefs d’états, diplomates et militaires. Chacun peut et doit apporter sa pierre à l’édifice, fragile et sans cesse à consolider. Ceci parce que la paix est « l’objet du profond désir de l’humanité » (S. Jean XXIII). Elle est le (...)

Avec les jeunes, portons l’Évangile à tous !

Octobre mois du Rosaire est aussi le mois de la Mission Universelle. Chaque chrétien, chaque chrétienne sont invités à prendre conscience du fait que l’évangélisation n’est pas une affaire de spécialistes (Pape, Évêques, Prêtres, Diacres, Religieux et Religieuses) mais de tous. Comme cette année l’acmé de ce mois missionnaire, la Journée Mondiale des Missions, tombe pendant la tenue à Rome du synode sur « les jeunes, la foi et le discernement vocationnel », le Pape François a centré son message, pour (...)

Le regard de Jésus est chemin de conversion pour la vie éternelle

Au lendemain de la promulgation de notre projet pastoral Tous disciples-missionnaires : heureux d’être chrétiens, en ce temps du synode sur les jeunes et à la méditation de l’évangile de ce dimanche, la rencontre entre Jésus et le jeune riche, nous sommes invités à avoir le même regard que le Maître. Tout être humain aspire profondément au bonheur, à la vie éternelle. En effet l’attitude de ce jeune riche qui en principe dispose de tout pour se l’assurer (il connaissait, observait les commandements depuis (...)

BIENVENUE DANS LE SECTEUR

Depuis quelques semaines vous avez sûrement dû voir un nouveau visage lors des célébrations dominicales. Cela a dû vous interroger puisque « ce nouveau servant » a un peu plus de 25 ans, ce n’est pas habituel. En effet, il s’appelle Laurent, il a 29 ans et a grandi à Athis-Mons en Essonne. Il est séminariste pour notre diocèse d’Évry Corbeil Essonne en 2ème année de Théologie (soit la 5ème année sur les 7). Il poursuit ses cours au séminaire d’Issy les Moulineaux en semaine et est présent le WE sur notre (...)

Saints anges et archanges, veillez sur nous !

A quelques jours d’intervalle, l’Église célèbre les archanges (fête de Michel, Gabriel et Raphaël le 29 septembre) et les anges gardiens (mémoire le 2 octobre). En 2018, le culte des anges est-il toujours pertinent ? La question mérite d’être posée dans un monde où ce mot perd beaucoup de son sens ! Un détour par Internet peut nous convaincre que derrière le mot « ange », l’imaginaire contemporain met beaucoup d’images différentes, le plus souvent très éloignées de la vérité biblique. (...)

Saint Vincent de Paul (27/9)

Il est né près de Dax en 1581, à la fin de la guerre des religions. Fils d’un agriculteur, il doit aider très tôt ses parents, car la famille est pauvre. Après des études de théologie à Toulouse, il est ordonné prêtre en 1600. Capturé en 1605 au large d’Aigues Mortes, il est vendu comme esclave à plusieurs maîtres. Après deux années de captivité, il s’échappe de l’Afrique du Nord et rejoint Rome. En 1612, il devient curé de Clichy et reconstruit l’église en ruines. Le 25 janvier 1617, après avoir entendu la (...)

Notre foi doit relever les défis du siècle

Appelant la foule avec ses disciples, Jésus leur dit : « Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive » En ce début d’année pastorale où chaque baptisé est invité à ne pas oublier qu’il est et demeure un disciple-missionnaire du Christ, j’aimerais nous exhorter à accueillir ces mots dits par le Maître dans la région de Césarée de Philippe puis à laisser ces mots féconder notre foi. Jésus nous pose une condition, il nous trace un chemin qui prend en (...)

C’est la rentrée ! Soyez forts, ne craignez pas.

Septembre est là, l’été s’en va. Les souvenirs de la période de pause nous habitent. Pour certains la nostalgie et l’envie de retenir le temps des vacances l’emportent alors que pour d’autres la joie et l’envie de reprendre les activités se ressentent. C’est la rentrée ! Nous devons reprendre nos diverses activités puisque le monde et ses nombreux défis nous attendent. Comme pour Jésus-Christ dans l’évangile de ce dimanche, nous sommes invités « en plein territoire de la Décapole » pour lever les yeux vers (...)

« MA GRÂCE TE SUFFIT » (2 cor 12, 9)

Cette période de l’année est pour plusieurs d’entre nous le temps des vacances. Certains seront amenés à voyager, à partir ailleurs, laissant de côté soucis et préoccupations du quotidien, pour profiter un peu plus de leur famille. D’autres vont tout simplement se reposer. Et quoi de plus légitime ! Dieu lui-même s’est reposé de son oeuvre de création au septième jour ( cf. Gn :2,1-4). Dans tous les cas et quelques soient le mode-vacances que nous activerons, l’été boréal, ce moment de détente est bien (...)

MERCI ET CONFIANCE

Au moment où s’achève l’année pastorale, le premier mot qui m’envahit le cœur : MERCI Merci d’avoir accueilli le souffle imprévisible de l’Esprit Saint. Merci d’avoir accepté de collaborer les uns avec les autres. Merci d’avoir dit oui pour être disciples-missionnaires. Merci d’avoir proposé autour de nous le visage du Christ aux enfants, aux jeunes, à leurs parents dans les moments de joie, de souffrance ou de deuil. Merci d’avoir annoncé le royaume de Dieu. Ce royaume de Dieu semé pendant (...)

Crise des vocations

La fin du mois de juin ramène chaque année la saison des ordinations. Dans l’Église occidentale, il y a souvent ce refrain qui l’accompagne : « la crise des vocations ». Du point de vue numérique, c’est un effondrement complet : de 900 ordinations par an dans les années 50, nous sommes tombés à une centaine chaque année, depuis l’an 2000. Quelles sont les racines profondes ce cette crise ? D’abord, il est à noter que notre monde occidental est devenu matérialiste et athée en une petite (...)

La fin de l’année pastorale

La fin de l’année pastorale est le temps des bilans des diverses missions que chacun, missionnaire et disciple, a eu à accomplir. Chacun de nous, humble et inutile ouvrier, par sa mission à lui confiée, a essayé de transmettre sa foi, si petite soit-elle. Fructueuses plus ou moins, ces différentes missions que chacun de nous a eu à accomplir n’ont eu pour unique et seul but que d’annoncer et de faire connaître le Christ Vainqueur du péché et de la mort. (...)

Le cri des jeunes

Jésus entre dans la ville, parmi les chants et les cris bruyants. Nous pouvons imaginer que c’est la voix du fils pardonné, celle du lépreux guéri ou le bêlement de la brebis égarée qui, tous ensemble, résonnent fortement lors de cette entrée. C’est le chant du publicain et de l’homme impur ; c’est le cri de celui qui vivait en marge de la ville. C’est le cri des hommes et des femmes qui l’ont suivi parce qu’ils ont fait l’expérience de sa compassion face à leur douleur et à leur misère… Cette joie de (...)

AVEC NOTRE EVÊQUE, PRIONS POUR LES VOCATIONS !

Seigneur Dieu, notre Père, nous te rendons grâce pour ton peuple que tu ne cesses de susciter sur cette terre de l’Essonne. Nous te rendons grâce pour la part que chacun des baptisés prend dans l’édification du Corps du Christ et le service de sa mission. Nous te disons merci pour les prêtres que tu nous as donnés, comme des vases d’argile, ils nous livrent ton Fils, trésor de nos vies. Seigneur, pardonne nos tiédeurs et nos peurs à répondre et à relayer tes (...)

Baptisés en Jésus et héritiers avec le Christ

Après la Pentecôte où l’Église a reçu l’Esprit Saint sous forme de langues de feu pour nous conduire à la vérité toute entière, elle célèbre aujourd’hui le mystère du Dieu Amour. C’est le mystère de la Sainte Trinité. Dieu est Père, Fils et Esprit Saint. Notre identité chrétienne vient de la Sainte Trinité. Par l’échange mystérieux de l’incarnation du Fils de Dieu, la nature humaine est à jamais trinitaire : Dieu s’est fait homme pour que l’homme devienne fils de Dieu. L’annonce de l’Évangile consiste à faire de (...)

L’ESPRIT ET L’ÉGLISE

Au jour de la Pentecôte, le Saint-Esprit a pris possession de l’Église naissante. Désormais, le Corps du Christ est sans cesse animé par l’Esprit, à l’image d’un corps humain irrigué par le sang. Bien qu’invisible, l’Esprit Saint assure cohésion, la sainteté et la croissance de l’Église. Et sans lui, l’Église ne serait plus que l’ombre d’elle-même. Sans l’Esprit, l’Église n’est qu’une société humaine, les sacrements ne sont que des rites magiques, l’Écriture est une somme d’histoires anciennes et dépassées, la (...)

On n’assiste pas à la Messe, on la vit

Quelle place la liturgie a t elle dans votre vie de foi ? C’est le coeur de la vie de l’Église. L’eucharistie est « source et sommet de la vie chrétienne » (lumen gentium 11), tout le mystère chrétien y est récapitulé. On oublie souvent que la liturgie est riche et diverse… Par exemple, dans le rituel du baptême des adultes, toute une série de bénédictions sont proposées , à différentes étapes du catéchuménat, au libre choix du pasteur et des équipes d’accompagnement… Comment percevez vous l’évolution de la (...)

MOIS DE MARIE

Le mois de mai est traditionnellement consacré à la Vierge Marie. Laquelle n’est ni une déesse qui serait la quatrième personne de la Trinité, ni une simple humaine qui aurait collaboré au plan de salut. Marie a une place bien particulière dans le dessein de Dieu, et ce n’est pas si facile de comprendre son mystère. Nous pouvons emprunter quelques chemins pour mieux le découvrir. Le chapelet est la prière mariale la plus connue et la plus pratiquée, c’est une prière évangélique qui vise à méditer la (...)

Sa Parole nous brûlait le coeur !

Cléophas et son compagnon viennent de rentrer de leur aller-retour express Jérusalem – Emmaüs – Jérusalem : un voyage ou un pèlerinage avec Jésus-Christ, le ressuscité. L’histoire des pèlerins d’Emmaüs nous renvoie à l’histoire de nos vies avec des moments de désolation et des moments de consolation. Notre parcours existentiel est parsemé des moments de désolation, de sécheresse, des passages à vide, de nuit intérieure sans aucun appui. Ces moments où le négatif nous envahit et prend le dessus, où nous (...)

Allez, sans peur, pour servir

« Allez, et de toutes les nations faites des disciples ». Par ces mots, Jésus s’adresse à chacun de vous en disant : « cela a été beau de participer aux Journées mondiales de la Jeunesse, de vivre la foi avec des jeunes provenant des quatre coins du monde, mais maintenant tu dois aller et transmettre cette expérience aux autres ». Jésus t’appelle à être disciple en mission ! Aujourd’hui, à la lumière de la Parole de Dieu que nous avons entendue, que nous dit le Seigneur ? Que nous dit le Seigneur ? Trois (...)

IL EST VRAIMENT RESSUSCITE, ALLELUIA, ALLELUIA !

Celui qui est venu sur nos chemins pour nous enseigner les pensées de Dieu et l’amour sans exclusif entre les hommes mais que nous avons cloué au bois de la croix est ressuscité. Les hommes ont voulu supprimer et éteindre les valeurs humaines et spirituelles, socles d’une humanité responsable mais n’ont pas réussi. Jésus notre modèle et notre guide est sorti victorieux. Le Christ est vraiment ressuscité et sa résurrection nous invite, nous ses disciples, à opérer en nous des (...)

Annonciation(s)

Cette année, la solennité de l’Annonciation tombe le même jour que le Dimanche des Rameaux. Alors, que célèbre-t-on ? Nous allons célébrer le Dimanche des Rameaux et de la Passion. L’Annonciation sera célébrée le lundi 9 avril, car la Semaine Sainte et l’Octave de Pâques ne permettent pas à la Solennité d’avoir préséance. Dieu annonce de bonnes nouvelles à l’Humanité, mais prenons-nous le temps de les accueillir ? Trop souvent l’homme moderne écoute Dieu avec les oreilles et non pas avec le coeur. Résultat : les (...)

Dieu est riche en miséricorde

« Frères, Dieu est riche en miséricorde ; à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions des morts par suite de nos fautes, il nous a donné la vie avec le Christ » (Ephésiens 2,4) Quelle bonne nouvelle ! L’apôtre St Paul nous annonce ce qu’il a expérimenté. Proclamer que « Dieu est riche en miséricorde » n’est pas un slogan de contestation, ni de réclamation encore moins de réhabilitation. C’est un message d’amour manifesté aux hommes. En effet, la miséricorde infinie de Dieu a un vrai visage : (...)

Accompagner les jeunes

Dans l’action pastorale avec les jeunes, où il faut initier des processus plutôt que de posséder des espaces, nous découvrons avant tout l’importance de servir la croissance humaine de chacun et l’importance des instruments pédagogiques et de formation qui peuvent la soutenir. Entre évangélisation et éducation, nous percevons un lien génétique fécond qui, dans la réalité contemporaine, doit tenir compte de la progressivité des parcours de maturation de la liberté. Par rapport au passé, nous devons nous (...)

Marqués de Cendres

Nous sommes rentrés en carême le mercredi des cendres. Quarante jours avant Pâques, l’Eglise s’avance et se laisse marquer de cendre, matière inconsistante qui échappe à toute prise et disparait au premier vent. Utilisée une seule fois dans l’année, la cendre est pour l’Eglise un signe fort qui s’inscrit dans la ligne de l’histoire biblique. Elle manifeste la volonté de ceux qui s’en laissent marquer de se convertir en faisant pénitence. En reconnaissant que nos actions sont parfois aussi vaines que la (...)

Miracles

A la suite des apparitions de Notre Dame à Bernadette Soubirous, des foules sont venues en pèlerinage à Lourdes, bien souvent pour implorer une grâce de guérison. Guérir, tel est le souhait de toute personne malade, surtout quand le mal se révèle invincible par la médecine. Dans l’Evangile, Jésus manifeste sa puissance en guérissant « toute maladie et toute infirmité dans le peuple » (Mt 4, 23). Beaucoup pensent que les miracles appartiennent au passé, même parmi les chrétiens. Or la Puissance de Dieu est (...)

"Domestiquez le temps !"

Que faisait, le Fils de Dieu de ses journées ? Voilà une question qui peut nous aider dans notre quotidien de chrétien et de professionnel. Saint Marc nous donne la réponse, en présentant dans son évangile une journée type de Jésus. Dans Mc 1, 29-39, nous voyons Jésus qui se donne corps et âme à sa tâche de Messie et de Sauveur : il guérit les malades, comme la belle-mère de Pierre et beaucoup d’autres, il console ceux qui sont tristes, il expulse des démons, il prêche. Tout le monde lui amène ses malades (...)

Voilà un enseignement nouveau, donné avec autorité !

Telle est la réaction entendue dans la synagogue de Capharnaüm lorsque Jésus-Christ a donné son enseignement. En d’autres endroits, les auditeurs touchés par l’enseignement du maître diront : « un nouveau prophète s’est levé, Dieu a visité son peuple » Luc 7,16. Enseigner est l’une des trois missions pour lesquelles le Christ est venu. En effet par son enseignement, Jésus, le Verbe incarné ouvre le coeur de l’homme à l’intelligence du dessein de Dieu contenu dans les écritures. C’est un enseignement qui (...)

Accompagner les jeunes

Toute la communauté chrétienne doit se sentir responsable de la tâche d’éduquer les nouvelles générations et nous devons reconnaître que de nombreuses figures de chrétiens s’y adonnent dans le contexte de la vie ecclésiale. A l’intérieur de toute communauté chrétienne, le rôle éducatif joué par les parents et d’autres membres de la famille doit être reconnu. Ce sont tout d’abord les parents, au sein de la famille, qui expriment chaque jour l’attention de Dieu pour chaque être humain dans l’amour que les lie à (...)

UN NOUVEL ARCHEVÊQUE DE PARIS

Monseigneur Michel AUPETIT a été nommé archevêque de Paris par le
pape François le 7 décembre 2017 et installé le 6 janvier 2018. Monseigneur AUPETIT est né le 23 mars 1951 à Versailles. Après les
études de médecine suivies notamment à Bichat et Necker. Il s’installe
comme médecin généraliste et il exerce de 1979 à 1990. Il expliquera plus tard dans un entretien avoir voulu devenir médecin car « il supportait mal de voir souffrir ». Il entre ensuite à la maison Saint-Augustin puis poursuit ses études au (...)

Épiphanie

L’Évangile selon St Matthieu est le seul à évoquer la visite des mages. Ces savants venus d’Orient sont très certainement des astrologues. A une époque où astronomie et astrologie sont deux soeurs jumelles, toute manifestation cosmique est interprétée comme un évènement important à venir. Peu de temps avant la naissance du Christ, la conjonction de Saturne (l’Astre de la Palestine), de Jupiter (symbole du Maître) dans la constellation des Poissons (symbole des derniers jours) permet l’interprétation (...)

Un enfant nous est né !

Noël est devenu aujourd’hui une fête mondiale. Elle n’est plus l’apanage des seuls chrétiens. On peut s’en réjouir. Sauf que, bien des gens ignorent que Noël c’est Dieu qui prend corps dans l’histoire humaine sous la figure d’un enfant : « Oui ! Un enfant nous est né, un fils nous a été donné » (Isaïe, 9, 5). Oui, Dieu a choisi d’assumer la fragilité, la vulnérabilité et de la dépendance de notre humanité. Depuis l’évènement de Bethléem, nos sociétés ont fait beaucoup de progrès en matière de protection de (...)

« Je suis la voix »

A l’approche de la célébration de ce grand mystère de l’amour de Dieu à notre égard, laissons ces deux voix retentir en nous : la voix du précurseur Jean-Baptiste et celle de la Vierge Marie. Elles nous indiquent le chemin vers ce mystère et nous préparent à accueillir celui qui doit venir, Jésus-Christ, l’espérance des hommes. Jean-Baptiste est ce témoin dont la voix nous annonce la lumière qui se lève sur les peuples qui marchent et vivent dans les ténèbres. Cette lumière est nécessaire pour éclairer (...)

Cheminer avec les jeunes

Chaque dimanche, les chrétiens gardent vivante la mémoire de Jésus, mort et ressuscité, en le rencontrant dans la célébration de l’Eucharistie. De nombreux enfants sont baptisés dans la foi de l’Église et poursuivent le chemin de l’initiation chrétienne. Cela n’équivaut toutefois pas encore à un choix mûr pour une vie de foi. Voilà pourquoi, comme l’a rappelé le Pape François, « la pastorale des vocations signifie apprendre le style de Jésus, qui passe dans les lieux (...)

NOUVELLE VERSION DE LA PRIERE DU « NOTRE PERE »

Dans le cadre d’un chantier global entamé il y a 17 ans par les conférences épiscopales francophones, qui ont travaillé sur une nouvelle traduction intégrale de la bible, pour son usage liturgique, il a été décidé de changer une phrase de la prière du « Notre "Père ». Les évêques français, durant leur Assemblée plénière à Lourdes (du 28 au 31 mars 2017), ont décidé de « l’entrée en vigueur de la nouvelle traduction du Notre Père dans toute forme de liturgie publique, le premier dimanche de l’Avent 2017 ». C’est ce (...)

Prions pour nos défunts !

Le mois de novembre est appelé « le mois des défunts ». Ceci pour deux raisons : d’abord parce que le 2 novembre, l’Église prie pour tous les fidèles défunts. Et aussi en écho à une coutume juive de prier pendant les 30 jours qui suivent le décès d’un proche. Évidemment, ce n’est pas seulement pendant 30 jours qu’il convient d’intercéder pour ceux qui nous ont quittés. En réalité, il est bon de prier régulièrement à leur intention. Et pourquoi donc ? Parce que les défunts ont besoin d’être purifiés. Nos péchés, (...)

JOURNEE MONDIALE DES PAUVRES : N’AIMONS PAS EN PAROLES, MAIS PAR DES ACTES !

Parce que la miséricorde ne peut être une parenthèse dans la vie de l’Église, le Pape François, à la fin de l’Année du Jubilé de la Miséricorde a publié le 21 novembre 2016 la lettre apostolique « Misericordia et Miseria », pour montrer combien la miséricorde doit rester au coeur de l’Église. Recueillant les fruits de l’expérience des célébrations de l’année jubilaire, la lettre dessine quelques perspectives pastorales futures dont l’une des plus marquantes est l’« annonce », pour toute l’Église, de la (...)

La Paix est un don de Dieu

Le pape François rappelait en mai dernier aux militaires réunis
à Lourdes : « En ces temps troublés, il est essentiel de se souvenir que la paix est un don que les hommes ne doivent jamais cesser de demander au Père" : Dona Nobis Pacem. Dieu répond toujours à cette prière de ses enfants, prière instante, souvent angoissée. Mais il y répond concrètement, en suscitant des artisans de paix, de fraternité, de solidarité :
« la paix est don de Dieu, mais don confié à tous les hommes et à toutes les femmes (...)

ETRE CHRETIEN : AIMER DIEU, AIMER L’HOMME

1+1=1 ! Cette erreur mathématique est pour Jésus une vérité inaliénable : aimer Dieu, aimer l’homme. L’un ne va pas sans l’autre. Jésus, en sa personne, fait de ces deux lois une seule et même réalité ; elles n’opposent pas mais sont inséparables. « Dans la mesure où vous ne l’avez pas fait à l’un de ces plus petits, à moi non plus vous ne l’avez pas fait. » (Matthieu 25, 45) « Si quelqu’un dit : "J’aime Dieu" et qu’il déteste son frère, c’est un menteur celui qui n’aime pas son frère, qu’il voit, ne (...)

Tous missionnaires

Dans nos campagnes, nous voyons parfois à l’entrée des villages des croix de mission. Elles font mémoire d’un temps fort qui fut célébré pour raviver la foi des fidèles. L’Occident déchristianisé à du mal à entendre ce mot de « mission » : serait-elle d’un autre âge ? Ce que les croix de mission nous rappellent, c’est que la foi est très fragile. Même dans un pays de tradition chrétienne il fallait donc raviver la foi ! Bien sûr, car elle n’est jamais acquise. Tertullien, théologien du IIIème siècle, l’a résumé (...)

MOIS D’OCTOBRE, MOIS DU ROSAIRE

Le rosaire est une prière à la Vierge Marie qui s’est progressivement élaborée au cours du Moyen Age et qui a été popularisé au XII siècle par saint Bernard et par les Dominicains. Toutefois, ce n’est qu’en 1883 que le Mois d’octobre est devenu le Mois du Rosaire. En effet, en cette année-là, alors que depuis la victoire de Lépante en 1571, le Pape Pie V avait institué la fête du Rosaire au 7 Octobre, Léon XIII décréta le mois d’octobre tout entier consacré à "la Saint Reine du Rosaire". Depuis, octobre (...)

Le temps des fruits de la vigne

Il y a un temps pour tout. Un temps pour planter, un temps pour récolter. Un temps pour inviter à aller travailler à la vigne, un temps pour ramener les fruits de la vigne. Au cours des deux dimanches passés, le Seigneur Jésus n’a pas arrêté de nous inviter à travailler à sa vigne, à rentrer dans l’alliance, à vivre dans le royaume des cieux : « Mon enfant, va travailler aujourd’hui à la vigne », « Toi aussi, va à ma vigne ». Dans l’évangile de ce dimanche, l’heure a sonné ; le temps des fruits est arrivé. (...)

Travailler à la vigne du Seigneur

Peu de cultures dépendent autant que la vigne, à la fois du travail ingénieux de l’homme et du rythme des saisons. La France étant
une terre de vignobles chevronnés, sait combien le travail à la vigne est exigeant. Elle a besoin du soin attentif et émondé de l’homme afin de porter des fruits en abondance. Pour la fécondité de la vigne, il faut donc des ouvriers engagés et zélés travaillant depuis le matin ou embauchés à la dernière heure, hésitants au départ ou prompts au premier chef. Va travailler à ma (...)

St Michel Archange

Le mois de septembre est appelé « le mois des anges », car il se termine avec la fête des Archanges Michel, Gabriel et Raphaël. A travers cette célébration, l’Église rappelle l’existence d’un univers invisible qui échappe aux sens, et que seule la foi peut saisir. Les anges appartiennent à cette dimension invisible du monde créé. Si la plupart sont au Ciel, en présence de Dieu, certains sont affectés à notre garde. L’ange gardien n’est pas une « assurance tout risque » offerte par le Ciel, mais une aide (...)

LA PUISSANCE DU PARDON

Seigneur, quand mon frère commettra des fautes contre moi, combien de fois dois-je lui pardonner ? Jusqu’à sept fois ? (Mt 18, 21-35) La passion première qui anime tout homme face au mal qui lui est infligé est la vengeance. C’est dire, comme l’écrivait Jean Paul, II que « le pardon n’est pas pour l’homme quelque chose de spontané et de naturel. Pardonner d’un coeur sincère peut parfois se révéler héroïque ». C’est pourquoi, avec le réalisme qui le caractérise, Pierre demande à Jésus, à peu près ceci : « (...)

Confiance, lève-toi ; il t’appelle !

Combien de femmes et d’hommes se retrouvent le long de cette route de l’Alliance ? Combien de cris inaudibles ou audibles sont ceux de notre humanité ? Par son incarnation, Jésus-Christ s’est indéfectiblement uni à notre humanité : nos cris sont les siens. Jésus ne veut laisser personne en dehors de l’alliance : « Je suis venu pour qu’ils aient la vie en abondance » Sur cette route allant de Jéricho à Jérusalem, Jésus va inviter ceux qui le suivaient à devenir disciples-missionnaires. Ils vont (...)

BIENVENUE À MGR MICHEL PANSARD !

Le Pape François a nommé ce mardi 1er août, Mgr Michel Pansard évêque du diocèse d’Évry-Corbeil-Essonnes. Il était jusqu’à présent évêque de Chartres. Mgr Michel Dubost est nommé administrateur apostolique du diocèse jusqu’à la prise de possession de son successeur. Ordonné en 1982 pour le diocèse de Nanterre, Mgr Michel Pansard fut vicaire de la paroisse Saint Jean-Baptiste de Sceaux (1982-1985) et aumônier des lycées et collèges de Sceaux (1982-1988). En parallèle de ces fonctions, Mgr Pansard fut en mission (...)

Mes vacances avec Dieu

Quand vous partirez en vacances pour un repos bien mérité, n’oubliez pas que Dieu est toujours à l’oeuvre : Il crée ce monde incessamment. Quand vous irez dans un pays lointain, n’oubliez pas que Dieu se trouve en tout lieu : aucune distance ne le limite. Quand vous contemplerez des paysages superbes, n’oubliez pas que Dieu est la Beauté suprême, et que toute beauté est un éclat de son Auteur. Quand vous entendrez des langues inconnues, n’oubliez pas que Dieu les comprend toutes, et que le miracle de (...)

La joie d’accueillir l’autre

Nos sociétés sont de plus en plus confrontées au nomadisme, à la migration. Des évènements, des situations de la vie conduisent à des déplacements, volontaires ou forcés ; alors se dresse devant nous un grand défi, celui d’accueillir les autres. Reconnaissons que ce n’est pas du tout facile, ni évident dans les deux sens ; accueillir l’autre demande une ouverture de sa vie, de son intimité, de ses habitudes, de son coin de plaisir, de sa « terrasse » ; c’est une mort à soi, une perte de certains conforts. (...)

SUR LE CHEMIN DE LA SATISFACTION

Nous nous acheminons vers la fin de l’année pastorale 2016-2017 au cours de laquelle tous les moissonneurs ont semé le grain de la bonne nouvelle. Le labeur de ces ouvriers chevronnés du Seigneur a porté ses fruits : croissance spirituelle, sacrements (Baptême, première communion, profession de foi, confirmation, mariage) et vie ecclésiale plus fraternelle et plus accueillante. L’assistance aux familles en difficulté (maladie, divorce, séparation ou lors des obsèques) a permis de (...)

L’Esprit Saint dans la vie de l’église et du monde

Il est beau et salutaire de penser que, partout où l’on prie dans le monde l’Esprit Saint, souffle vital de la prière est présent. Il est beau et salutaire de reconnaître que, si la prière est répandue
dans tout l’univers, hier , aujourd’hui et demain, la présence et l’action de l’Esprit Saint sont tout autant répandues, car l’Esprit « inspire » la prière au coeur de l’homme, dans la diversité limitée des situations et des conditions favorables ou contraires à la vie spirituelle et religieuse. La prière est (...)

Une fête de Communion !

Nous célébrerons en cette fête Trinitaire notre propre fête ! L’Amour de Dieu Père, la Grâce de Jésus le Christ et la Communion au Saint Esprit : que cela soit toujours avec nous ! Il n’est pas dit « sur nous » ou « sans nous » mais avec notre concours. C’est-à-dire que sans nous : rien ! Il dépend à l’Homme de faire Alliance à celui qui s’invite dans les limites de notre propre coeur. « J’irai, dit Dieu, sans me lasser sur le chemin des Hommes ... et je leur montrerai mon Amour ». Il est vrai qu’on peut se (...)

VIENS, ESPRIT SAINT !

Ce dimanche nous célébrons la Pentecôte. Il faut dire qu’avant de devenir une fête chrétienne, la Pentecôte était et demeure une fête juive. A l’origine, elle fut instituée pour commémorer chaque année le temps de la moisson et des prémices (Ex 23, 16). Elle se célébrait cinquante jours après la Pâque, d’où son nom de « Pentecôte », c’est-à-dire « cinquante ». Au retour de l’exil babylonien la fête agricole recevra une nouvelle signification. Elle devient la commémoration de l’alliance, du don de la Loi sur le mont (...)

Fête des mères

Un jour, dans une cour de récréation , des enfants parlèrent chacun de leurs mères, en vantant leurs qualités. A l’issue de ce panégyrique, elles furent déclarées ex-aequo et reçurent chacune le titre de « Meilleure maman de l’école » ! Nous avons tous reçu deux cadeaux inestimables : d’abord et avant toutes choses la vie, mais aussi une mère. Et aucune richesse terrestre ne pourra jamais les égaler. Une mère, c’est un trésor ! Jésus aime tellement les mères qu’il a voulu en avoir une ! Le Fils de Dieu a (...)

Vivre dans l’espérance

Jésus monte vers son Père et notre Père, vers son Dieu et notre Dieu. C’est l’Ascension ! Notre nature humaine unie à la divinité du Christ par le mystère de l’incarnation monte au ciel. Elle monte dans la gloire de la Trinité Sainte. En effet, le ressuscité ne s’évade pas de notre existence mais il réalise pour nous cette grande promesse de nous accueillir dans la maison du Père : « là où je suis, vous y serez aussi » Le mystère de l’Ascension invite notre humanité à vivre dans l’espérance. Ce mystère (...)

La Vierge Marie « nous enseigne la vertu de l’attente...

La Vierge Marie « nous enseigne la vertu de l’attente, même quand tout semble privé de sens : elle a toujours confiance dans le mystère de Dieu, même quand il semble s’éclipser à cause du mal dans le monde ». Poursuivant ses catéchèses sur l’espérance chrétienne, le pape a médité sur la figure de « Marie, Mère de l’espérance », la saluant dès l’Annonciation « comme une des nombreuses mères de notre monde, courageuses jusqu’à l’extrême quand il s’agit d’accueillir en leur sein l’histoire d’un nouvel homme qui naît (...)

Être appelé à laver les pieds

Le 4ème dimanche de Pâques, l’Église invite à prier pour les vocations sacerdotales. Évidemment, la prière pour les vocations fait réfléchir. Dans un premier temps, on aurait envie de dire : « Engagez-vous... » Et à se laisser aller à chanter la grandeur du ministère du prêtre. Je crois à cette grandeur. Mais c’est une grandeur cachée. Le prêtre est l’homme de l’Eucharistie, Il est donc l’homme du lavement des pieds. Être appelé, c’est être (formidablement) appelé à l’humilité. Cela peut sembler contradictoire (...)

« Emmaüs ou la petite graine de l’Espérance »

Qui n’a pas pressenti dans le vol furtif d’une libellule, la beauté impalpable d’un arc en ciel ou l’apparence fugace d’un sourire, une présence divine nous dépassant ? Entre la nostalgie de la plénitude et l’avant goût de l’harmonie, combien ont recherché, sans jamais les atteindre, l’Eden perdu ou leur ange oublié ! « Je ne sais pas ce que je cherche, disait St Augustin, mais une fois trouvé je sais ce que je cherchais ». Les pèlerins d’Emmaüs n’ont pas reconnu le Christ sur le chemin , mais ils l’ont (...)

LE DIMANCHE DE LA MISERICORDE

L’Église célèbre le dimanche qui suit Pâques le « Dimanche de la Divine Miséricorde » ou « la Fête de la Miséricorde ». Cette célébration a pour origine les confidences de Jésus à sainte Faustine en 1931. Dans le Petit Journal (P.J), où celle-ci les consignait on peut lire : « Je désire que le premier dimanche après Pâques soit la fête de la Miséricorde (P. J. 299). Je désire que la fête de la Miséricorde soit le recours et le refuge pour toutes les âmes, et surtout pour les pauvres pécheurs. En ce jour, les (...)

Indices pensables

En ce jour de Pâques, nous aimerions être certains de la Résurrection. Or, elle ne se démontre pas ! L’histoire ne peut pas remonter plus loin que la mort de Jésus d’une part, et le témoignage des premiers chrétiens qui Le disent Vivant d’autre part. Entre les deux, il y a l’espace de la foi. Pourtant, dans le mystère de la Résurrection, notre raison est très sollicitée. Pour qui se prête au jeu de l’enquête, les indices sont nombreux. D’abord le tombeau ouvert. L’hypothèse du vol du corps de Jésus ne (...)

Son heure est la nôtre

A maintes reprises, Jésus-Christ avait dit aux disciples que son heure n’était pas encore arrivée. Mais maintenant le voilà qui entre résolument et ostensiblement à Jérusalem malgré les complots, les refus et les menaces de mort. Jésus est à Jérusalem car c’est son heure : « Dois-je refuser la coupe que le Père m’a donnée à boire ». En effet, cette heure de non-retour est l’heure d’accomplir la volonté de son Père en donnant sa vie pour sauver l’humanité. C’est pour cette heure qu’il est venu dans le monde pour (...)

DEUXIÈME JOURNÉE INTER RELIGIEUSE D’EPINAY-SOUS-SÉNART

Environ 200 personnes se sont rassemblées, dimanche 19 mars, fidèles
et amis des communautés chrétiennes, musulmane et juive d’Épinay-sous-Sénart, pour écouter le thème, « Le rôle de la religion dans la société », décliné à quatre voix. La projection du film du reportage de la première rencontre inter religieuse (15 mars 2015) a servi d’introduction à cet après-midi. Il fut suivi : En première partie, des interventions des quatre responsables religieux de la ville : le P. Alexandre SINIAKOV, recteur du (...)

Laissons Dieu illuminer notre vie

Le baptême est souvent décrit dans la littérature chrétienne comme un moment d’illumination. Le Carême est un moment parfait pour renouer avec
cette expérience. L’évangile raconte une succession de rencontres et de conversations qui révèle le refus de croire et l’émergence de la foi. Élément déclencheur, geste généreux mais mystérieux de Jésus : un
aveugle-né voit ! Voilà notre homme réintégré dans la société (…) L’ex-aveugle subit un interrogatoire sur ses fréquentations. Qui est celui qui a osé l’aider ? Dans (...)

Saint Joseph

Cette année, la fête de Saint Joseph ne sera pas célébrée le 19 mars mais le 20 ! En 2017 le 19 mars est un Dimanche de Carême et ceci décale la Saint Joseph au lendemain. Au coeur de notre Carême, quelles attitudes Saint Joseph peut-il nous inspirer ? Je note que l’Ange du Seigneur lui apparaît 4 fois en songe pour le guider dans sa mission. 1ère apparition : l’Ange dissuade St Joseph de répudier Marie. Joseph doit accepter de ne pas tout comprendre. Cette démaîtrise est certainement celle qui lui (...)

« une Genèse pour un Monde nouveau »

Jésus sidère une nouvelle fois ses adversaires, qu’ils soient scribes, sadducéens, sceptiques ou même tout venant ! Il nous bouscule et nous invite à une grande humilité non pour écraser mais pour nous élever infiniment ! Comment ? En ouvrant et décuplant notre foi sur le prochain. Comment cet homme nommé Jésus, vivant dans un humble village aurait-il pu être le Dieu-Messie attendu qui guérirait à la fois le corps et pardonnait les péchés pour la Vie de l’âme ? Pour les uns le salut par la foi, mais hélas (...)

Denier de l’Église de l’Essonne

Cette année le thème retenu pour le Denier est : "Je crois en l’Église, je donne au denier". L’Eglise ne vit que des dons des fidèles. Elle ne reçoit aucune subvention, ni de l’état, ni du Vatican. Chaque don est donc précieux et lui permet de vivre sa mission au coeur de la vie des Essonniens. Le Denier de l’Église est, avec les offrandes de messe, les quêtes, et le casuel, la source principale de revenus de notre diocèse. Il y a aussi les legs et donations, mal connus des donateurs, mais précieux pour (...)

« Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice et tout cela vous sera donné par surcroît."

L’évangile de ce 8e dimanche du temps ordinaire de l’année liturgique « A » nous invite à vivre moins de stress concernant notre vie qui, le plus souvent, est mouvementée, agitée et assaillie par de multiples soucis et à nous tourner avec amour et confiance vers notre Dieu : "Ne vous faites donc pas tant de soucis et ne dites pas : qu’allons-nous manger, qu’allons-nous boire… Votre Père Céleste sait de quoi vous avez besoin". Faire confiance à Dieu et le laisser prendre la première place dans notre vie, (...)

« Le sanctuaire de Dieu est saint, et ce sanctuaire, c’est vous. »

Ce passage biblique tiré de la deuxième lecture de ce dimanche fait partie de ces paroles qui me faisaient peur ; il m’a souvent renvoyé à mes faiblesses, à mes fragilités. Ma réaction se résumait en une phrase : Seigneur, je n’en suis pas du tout digne ! Mais aujourd’hui, découvrant les initiatives de Dieu , ses oeuvres et l’incessant risque qu’il prend pour nous faire vivre dans son alliance, j’accueille et accepte ce passage avec une totale confiance en celui qui veut faire et fait de moi son (...)

VOUS ÊTES LE SEL DE LA TERRE

Jésus nous dit : « vous êtes le sel et la lumière ». Nous sommes sel et lumière pour le monde. C’est-à-dire que sans chacun d’entre nous, le monde serait dans le noir, la vie humaine n’aurait pas de goût. Être sel de la terre et lumière du monde, c’est recevoir de Jésus une mission qui donne du sens au monde, qui lui permet de trouver en Dieu sens, goût et lumière. Sommes-nous persuadé de cela ? Comment, dans nos relations quotidiennes, pouvons-nous être sel de la terre, lumière du monde ? La lumière de Dieu (...)

Éduquer à l’école du Christ

En cette fin du mois de janvier, nous fêtons St Jean Bosco (1815 – 1888) qui fut un Apôtre de la jeunesse. C’est une occasion de choix pour méditer sur le thème de l’éducation. Le mot vient du latin ex-ducere, c’est-à-dire conduire, faire sortir... Évidemment c’est de l’ignorance qu’il faut sortir et cela n’est pas possible tout seul, comme le rappelle ce beau proverbe africain : « Il faut tout un village pour élever un enfant ». L’objectif de l’éducation peut se résumer en une phrase : « L’éducation (...)

Les gestes de la liturgie : Le geste de la Paix

L’eucharistie, où nous proclamons la passion mort et résurrection du Christ Seigneur, est par nature sacrement de la Paix. En effet, réunis au Cénacle avec ses disciples quelques heures avant sa passion, le Christ dit : « Je vous laisse la paix je vous donne ma paix » (Jn 14, 27). A la Résurrection, il accomplit cette promesse lorsqu’apparaissant aux apôtres il leur dit : « la Paix soit avec vous ». Cette dimension de la paix dans le Mystère eucharistique trouve une expression spécifique dans la (...)

SEMAINE DE PRIERE POUR L’UNITE DES CHRETIENS

semaine du 18 au 25 janvier L’amour du Christ nous presse (2 Co.5,14-20) « En tant qu’évêque de Rome et successeur de Pierre, conscient de la responsabilité qui m’a été confiée par le Seigneur, je désire réaffirmer que l’unité des chrétiens est l’une de mes principales préoccupation et je prie pour qu’elle soit toujours davantage partagée par chaque baptisé…. L’unité n’est pas le fruit de nos efforts humains ou le produit construit par des diplomaties ecclésiastiques, mais elle est un don qui vient d’en haut. (...)

Que t’offrir ?

A l’Épiphanie, Dieu nous offre un grand mystère. A tous les peuples de la terre, Dieu offre le salut par Jésus-Christ : « Aujourd’hui, tu as dévoilé dans le Christ le mystère de notre salut pour que tous les peuples en soient illuminés ; et, quand le Christ s’est manifesté dans notre nature mortelle, tu nous as recréés par la lumière éternelle de sa divinité » (Préface de la messe de l‘Épiphanie) Alors que t’offrir ? Quelle peut être notre action de grâce pour cet immense amour donné et manifesté en (...)

Noël : présence de Dieu

Notre Occident déchristianisé sait-il encore d’où vient Noël ? Si la crèche reste dans l’horizon culturel, il semble que cette fête se soit paganisée. Beaucoup de nos contemporains ne font plus le lien avec la venue du Christ dans notre histoire et voient dans l’Enfant de la crèche un conte pour les enfants, trop beau pour être vrai. Or, « Noël n’est pas une fable pour les enfants, mais la réponse de Dieu au drame de l’humanité » (Benoît XVI). La naissance de Jésus dit le projet de Dieu d’habiter au coeur (...)

« De l’homme à la femme »

Si le début de l’Évangile de Luc est marqué par une Annonciation de l’Ange à Marie, donc à une femme, celui de Matthieu commence par l’Annonce d’un Ange à Joseph, donc à un homme. Il y a une raison précise : faire reconnaître le Fils de l’Homme. Le nom de Matthieu en araméen est Matatyah Levy. Il écrit vers 80 (le Temple est détruit depuis une dizaine d’années), pour la Communauté juive de Jamnia en Palestine. Il veut donc conforter la venue du Christ par une cohérence généalogique d’une part et son statut (...)

LA JOIE DANS LA FOI, LE DOUTE ET LA PATIENCE

En ce troisième dimanche de l’Avent soyons dans la joie, le Seigneur est proche. Le salut annoncé par Noël est proche. Le thème de la joie est bien présent dans la première lecture, tandis que la deuxième appelle à la patience, et que l’évangile nous montre un Jean-Baptiste dérouté de voir le Messie qu’il attendait être différent de celui qu’il s’était imaginé. La figure principale, proposée à notre méditation, est celle de Jean-Baptiste. Jésus se mit à dire aux foules à propos de celui-ci : qu’êtes-vous allés (...)

« Se retrouver ? Se convertir ? Où se tourner ? »

En ce début de l’Avent, nous sommes invités à l’essentiel. Et pour cela laisser de côté ce qui nous paraît secondaire, accessoire ou un obstacle à la conversion de notre coeur au Christ. Se retourner signifie prendre les droits et négliger les devoirs dans l’église, dans le social. C’est garder devant soi un miroir à vitre : on se regarde soi-même et les autres, bluffés, n’y trouvent que transparence ! En me trompant à moi-même, je trompe les autres ! Le coeur n’est pas fait pour le passé ou pour avoir des (...)

Venez, c’est l’Avent ! Marchons à la lumière du Seigneur

Dans l’attente de ce jour de gloire où nous verrons le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs dans toute sa splendeur, le temps de l’Avent vient nous y préparer. Quatre dimanches qui nous exhortent à ne pas rester statiques mais à rentrer dans ce dynamisme de la marche. Il s’agit d’un dynamisme de marche bien défini : La finalité est d’arriver à la montagne du Seigneur, la maison du Seigneur, la cité du Grand Roi, la demeure de l’Éternel ; c’est une demeure accessible puisqu’elle s’est installée au (...)

Le Christ, Roi de l’Univers

Ce 20 novembre, l’Eglise fête le Christ-Roi et, dans notre secteur, la clôture de l’année jubilaire de la Miséricorde. Cette fête de la Royauté du Christ est relativement récente puisque c’est l’encyclique du pape Pie XI en décembre 1925 qui l’a instituée. Elle a été confirmée par Pie XII lors de sa première encyclique en octobre 1939. Notre profession de foi selon Nicée- Constantinople l’affirme également : « son règne n’aura pas de fin ». Certes, la royauté du Christ ne nous dit, sans doute, plus grand chose (...)

la résurrection, coeur de la foi chrétienne

Ce dimanche nous voilà confrontés à la résurrection qui est le coeur de la foi chrétienne car elle est le fondement de notre espérance face à la réalité universelle de la mort. De la réponse que l’on donne au sens de la mort l’on détermine le sens de la vie. La sagesse orientale répond par la théorie de la réincarnation quant aux chrétiens nous répondons que nous sommes appelés à ressusciter. Dans l’évangile de ce jour, il nous est proposé de nous interroger sur la manière dont nous lisons la Parole, (...)

Mois d’octobre, mois marial

Le mois d’octobre est traditionnellement consacré à Marie. Mais au fait, quel est le sens de cette dévotion ? Il est bon de rappeler qu’on ne prie pas Marie, les saints, les anges. On prie Dieu avec Marie, avec les saints, avec les anges. Le fondement de la dévotion mariale c’est de s’associer à Marie pour se tourner vers Dieu. Saint Louis-Marie Grignon de Montfort compare la prière à un paysan qui ferait parvenir une pomme au roi. Le roi n’a que faire de ce fruit ! Mais si le paysan remet sa pomme à (...)

Annoncer la miséricorde

Nous voici dans la semaine missionnaire mondiale autour de ce beau thème : annoncer la miséricorde. En effet , ayant pris le temps au cours de cette année jubilaire de méditer sur la miséricorde , de contempler ce visage du Dieu de miséricorde, de goûter et de voir comme est bon notre Dieu pour tout homme, il est urgent de l’annoncer. Et c’est maintenant ! Annoncer la miséricorde de Dieu est avant tout constitutif de notre être chrétien, de notre être de disciple-missionnaire. Être disciple- (...)

« Relève-toi et va ta foi t’a sauvé »

« Nous sommes tous des lépreux, c’est vrai ! Au plus profond de l’homme, nous le savons, c’est le péché qui nous habite et c’est de lui que
le Seigneur vient nous délivrer. Le péché, nous y croyons trop peu, c’est
pourtant la grande réalité de ce monde et le difficile est de nous en rendre compte dans la vérité, comme les saints le font. Découvrir la profondeur du péché de l’homme, de notre péché qui nous envahit jusqu’au fond, c’est capital dans nos vies, d’autant plus que nous savons que la grâce du seigneur (...)

Du 2 au 4 octobre : la communauté juive fête Roch ha shannah, le début de l’année 5777

Autant que je puisse en juger, Roch ha shannah est beaucoup plus qu’un jour de l’an : C’est un appel. Un rappel. Un rappel de la Création et de sa bonté. Cette Création est de tous les temps,
et l’année nouvelle est encore une année de la Création où Dieu parle. C’est un appel à entendre cette voix de Dieu, à être sûr que Dieu se souvient de l’homme et que l’Alliance est encore pour aujourd’hui. C’est l’évocation de la conception d’Isaac et de la naissance de Samuel. Dieu veut le salut et fait surgir la vie ! (...)

TOUS DISCIPLES - MISSIONNAIRES : HEUREUX D’ÊTRE CHRETIENS

Une réflexion a été lancée sur notre secteur de Brunoy-Val d’Yerres pendant l’année 2014/15, afin de définir nos orientations pour répondre au thème « Tous missionnaires ». Après consultation des communautés et un travail de fond avec les Équipes Animatrices, l’Équipe Pastorale de secteur a défini le Projet pastoral que voici. Tous les chrétiens du secteur pourront s’appuyer sur lui pour développer leur esprit missionnaire, aussi bien dans leurs initiatives personnelles que dans les actions collectives du (...)

« Qui sert qui ? »

Ce dimanche, l’Église nous invite à méditer sur l’Évangile selon St Luc au chapitre 16. Il est question de la gestion d’argent avec un gérant trompeur. Et nous sommes nous-mêmes interrogés sur l’utilisation de l’argent et notre attitude qui peut en résulter. L’alignement de la valeur d’un produit ou d’un effort sur celle d’une monnaie, le système d’échange entre travail et argent, le mercantilisme de la circulation des biens des ventes, ont tellement conditionné, quand ce n’est pas aliéné l’Homme, qu’il ne (...)

Prier pour la Création

Jeudi 1er septembre a eu lieu la journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la Création. Quel est le sens de cette initiative ? D’abord, cela nous rappelle que la Création est vitale pour l’homme, comme les racines d’un arbre. Impossible de vivre sans les éléments fondamentaux qui nous constituent. Si nous prétendons nous en passer, nous allons scier la branche sur laquelle nous sommes assis, et ceci pour notre perte. Un environnement dévasté menace à court terme la survie des hommes. Ensuite, (...)

Vous êtes venus vers Jésus, le médiateur d’une alliance nouvelle

Après cette pause estivale et au moment où l’ambiance et les préoccupations sont focalisées sur la nouvelle rentrée, j’ai envie de nous proposer cette révélation de la lettre aux hébreux de ce 22e dimanche. Elle est comme un mot de bienvenue : Vous êtes venus vers Jésus, le médiateur d’une alliance nouvelle. L’accueil favorable de cette bonne nouvelle nous permettra d’aborder avec confiance et sérénité la rentrée et la nouvelle année pastorale. En tant que disciples missionnaires, la réception de cette bonne (...)

Etre ou Avoir, là est la question

Nous voici rendus dans une des périodes les plus prisées dans l’année : les vacances d’été. Moment de regroupement, de retrouvailles familiales, moments où on prends le temps de respirer de s’écouter, de se ressourcer… auprès des siens. Mais qu’en est-il de Dieu ? Est-il lui aussi en vacances ? Arrivons-nous à lui accorder un moment dans cette effervescence faite de voyage, de découvertes multiples et variées ? Et plus récemment de violence ambiante et déchaînée ? 1. L’importance du temps dans la démarche (...)

Le commandement de l’amour

" Maître, que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ? " (Luc 10,25) La vie éternelle est une aspiration de l’homme de tous les temps. On a toujours cherché des élixir de longue vie, mais tout a totalement échoué. Aujourd’hui à travers l’interpellation d’un docteur de la loi, Jésus nous donne un recours effectif qui garde la vie éternelle. C’est que " Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ton intelligence, et ton prochain comme (...)

« Une moisson de missions »

Dans l’évangile de Saint Luc au chapitre 10, le Christ nous invite à l’écoute. Il nous propose de sortir de nous même, et d’ouvrir notre coeur aux moissons abondantes de sa Création. En acceptant cette mission pour sa gloire, cela agit par voie de conséquence sur notre bonheur personnel. Oui, travailler à la moisson, c’est recevoir en retour et progressivement le plein épanouissement de notre coeur. Ce coeur, baigné dans le Baptême, est constamment poussé par l’Esprit vers sa pleine maturité. Le bonheur (...)

Saint Jean-Baptiste

Ce vendredi 24 juin, nous avons fêté la naissance de Saint Jean Baptiste. Fait étonnant que de célébrer une naissance ! A bien y regarder, seules trois naissances sont inscrites au calendrier liturgique : celle de Jésus, au saint jour de Noël, celle de Marie, moins connue, le 8 septembre et enfin celle de Jean Baptiste. Ce dernier doit donc être un très grand saint pour que sa naissance soit fêtée ! Et c’est bien ce que dit Jésus : « En vérité je vous le dis, parmi les enfants des femmes, il n’en a pas (...)

L’Esprit Saint, Cadeau béni de ceux qui ont soif de Dieu

En cette fin d’année pastorale, nous fêtons dans nos paroisses les sacrements d’initiation : baptêmes et premières communions des enfants en âge de scolarité, ou des jeunes de nos aumôneries locales... L’Esprit Saint est le cadeau promis à ceux qui rentreront dans cette aventure avec le Seigneur. En effet, déjà en son temps, le prophète Joël, proclame :"Il arrivera dans les derniers jours, dit Dieu, que je répandrai de mon Esprit sur toute chair, et vos fils et vos filles prophétiseront, et vos jeunes gens (...)

Apprendre à aimer avec les fautes pardonnées

« Si ses péchés, ses nombreux péchés sont pardonnés c’est à cause de son grand amour. Mais celui à qui on pardonne peu, montre peu d’amour. » Nous étions quatre cousines à entourer notre grand-mère d’une tendresse respectueuse. Sa soeur, célibataire, qui avait toujours vécu avec elle, nous ne l’aimions guère. Elle était la « tata ». Elle était moins jolie, moins intelligente, moins distinguée à nos yeux que grand-mère. « Qu ‘elle est embêtante ! », disions-nous, geignarde, toujours entrain de se plaindre, de nous (...)

La miséricorde fait passer du désespoir à l’espérance

Quel peut être encore le sens de la vie de cette veuve qui sort de Naïm avec le cercueil de son fils, son unique ? Quelle est désormais sa raison de vivre ou de pouvoir vivre ? L’essentiel de sa vie est mort : plus de mari et maintenant plus de fils. Tout ce qui devrait lui procurer assurance, sécurité et joie n’y est plus. Des jours de solitude, de précarité, d’angoisse existentielle se profilent à l’horizon. Face à cette misère humaine, cette situation difficile à vivre de cette veuve, vont (...)

Le corps et le sang du Christ

Jésus est l’homme eucharistique par excellence, il nous montre par ses paroles, ses actes, par l’offrande de lui-même, ce qu’est la vocation de tout être humain. Il nous montre par ailleurs que tout être humain est habité par un désir de paix. C’est cela que nous rappelle la célébration eucharistique. Nous nous donnons la paix du Christ avant de partager le pain et le vin. Dans l’évangile choisi pour cette fête du corps et du sang du Christ saint Luc raconte comment Jésus a partagé le pain avec une foule (...)

« La plus belle des Solennités ! »

Après la Solennité de la Pentecôte, où 50 jours après Pâques l’Esprit Saint, le Paraclet descend sur les apôtres au Cénacle, l’Église célèbre le dimanche de la Sainte Trinité. La Trinité est un Mystère ineffable de grâce et d’Amour. Nous faisons le signe de croix par exemple au nom des trois personnes : le Père, le Fils et le Saint Esprit. Le prêtre commence la Messe également au nom de Père et du Fils et du Saint Esprit. La personne n’est baptisée aussi qu’au nom du Père du Fils et du Saint Esprit. Et nous (...)

Pentecôte

Viens en nous Esprit de crainte, et enseigne-nous la grandeur de Dieu. Devant la Majesté infinie du Seigneur, apprends-nous à adorer le Très Haut dans le recueillement et l’humilité (Mt 6, 6). Viens en nous Esprit de piété et fais-nous appeler Dieu du nom si tendre et si suave de Père et, comme Jésus, accorde-nous de murmurer incessamment dans notre coeur « Abba ! », que nous soyons éveillés ou endormis (Ct 5, 2). Viens en nous Esprit de conseil et éclaire notre intelligence pour qu’elle choisisse ce (...)

Vous serez mes témoins….Pour que le monde croie

Objet du témoignage Nous voici rendu pratiquement à la fin du temps pascal… les textes que nous avons médités jusqu’ici nous ont mis en face des différents constats médusés des apôtres : Le tombeau vide… Jésus qui tel un passe muraille se retrouve au milieu d’eux à leur montrer les stigmates de sa passion endurée. En sollicitant leur foi. Ou encore l’épisode vécu par les disciples d’Emmaüs qui le reconnurent à la fraction du pain…. De tout cela, un seul cri jailli : « Mon Seigneur et mon Dieu… » Cri (...)

PREMIER MAI — FETE DU TRAVAIL

Le Concile Vatican II réaffirme, pour chaque homme ,le droit mais aussi le devoir de travailler. De plus, le travail lui permet d’assurer sa subsistance, celle d’une famille, de trouver une place dans la société ; il permet à l’homme de « pratiquer une vraie charité et coopérer à l’achèvement de la création divine (…)De là découlent, pour tout homme, le devoir de travailler loyalement aussi bien que le droit au travail. » (Gaudium et Spes, 67,2) Mais le travail est fait pour l’homme et il doit s’adapter à (...)

Dieu appelle toujours

En cette journée mondiale de prière pour les vocations, toute l’Église est appelée à persévérer dans la prière. C’est l’unique condition pour assurer la fécondité des vocations. C’est tout d’abord l’occasion de rendre grâce parce que Dieu appelle et nous appelle toujours. Il nous associe à son plan d’amour. Le Pasteur éternel n’abandonne jamais son troupeau mais il prend toutes les dispositions nécessaires pour que rien ne manque à son peuple. Dans un second temps nous devons demander à Dieu d’ouvrir nos (...)

le fruit du service est la paix

Aux heures d’incertitude et de désarroi que ce soit dans la vie personnelle familiale il est recommandé de marcher sur la route toute simple du quotidien comme Pierre et ses disciples qui partent à la pêche. Ils vont malgré tout peiner toute une nuit sans rien prendre. Malgré leurs efforts leurs filets sont vides, comme leur vie, elle est vide de sens désormais. Il règne cependant un climat de paix de fraternité. Jésus va les rejoindre au moment difficile. Au lever du jour, Jésus est là sur le rivage (...)

La foi à l’épreuve de la Miséricorde

L’apôtre Thomas dont l’abréviation hébraïque T’M’ signifie jumeaux est bien le frère de chacun. Il nous ressemble parce que nous confondons facilité et vérité. Ne pas croire est plus facile et moins engageant que croire, mais ce n’est pas pour autant le chemin le plus court pour être heureux. C’est une erreur contre soi et ce n’est pas la vérité ! Thomas avait tout simplement, comme nous d’ailleurs, pensé à lui au lieu de commencer d’abord par Dieu. « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu ». Il ne croit pas : donc (...)

Il est vivant !

« Dans leur joie, ils n’osaient pas encore y croire, et restaient saisis d’étonnement. ». Tel est le sentiment des Apôtres au soir de Pâques, d’après S. Luc. On peut bien les comprendre ! Ils sont passés d’un extrême à l’autre. Le Vendredi saint fut un choc si grand ! Judas a livré le Maître, Pierre l’a renié. Seuls Marie et Jean étaient au pied de la Croix. Et le soir de Pâques, voilà que Jésus se manifeste en personne. Le coeur des disciples est plein de joie, mais leur intelligence n’est pas encore conquise. (...)

Du Serviteur souffrant à l’Arbre de vie

Le langage est le véhicule qui relie les hommes les uns aux autres. Mais aussi à Dieu lui même. Pour le cas du Serviteur souffrant, Il est d’abord à l’écoute de la parole qui le crée, et qui lui permet de revivifier à son tour tous ceux qui ont perdu la foi. Cette écoute du disciple suppose une disponibilité, une discipline, pour être capable de recevoir et de donner… Il s’agit de creuser le coeur et l’oreille pour accueillir les paroles qui donnent vie. Christ, fils unique du Père, montre-nous le chemin (...)

Et la miséricorde a un visage !

La rencontre de Jésus avec la femme surprise en flagrant délit d’adultère et ses accusateurs est l’un des passages bibliques les plus connus. Il est important de noter au passage que cette rencontre a eu lieu dans le temple, lieu par excellence où doit être chantée sans cesse la miséricorde de Dieu. Dieu n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger ou condamner le monde, mais pour que par lui le monde soit libéré et sauvé. La mission de Jésus-Christ est de manifester pleinement cet amour. Les (...)

MISERICORDE

Aujourd’hui l’Eglise nous invite à méditer la parabole du père miséricordieux et du fils prodigue et à comprendre qui est vraiment Dieu : Il est le Père miséricordieux qui en Jésus nous aime au delà de toute mesure. Même si les erreurs que nous commettons peuvent être parfois grandes, elles n’entament pas la fidélité de son amour. En cette année de la Miséricorde avec l’aide du sacrement de la confession nous pouvons toujours repartir car il nous restitue dans la dignité de ses enfants. Ne trouvez vous pas (...)

Se convertir

Nous recevons de l’Évangile selon Luc un appel pressant du Christ à la conversion de nos coeurs. Cet Évangile pressait les 1 ères communautés à l’urgence de cette résolution. Cela trouvait son explication d’une part dans les menaces au sein de l’Empire et de l’occupant (la chute irrémédiable de Rome), la chute imminente d’autre part, du Temple de Jérusalem, le pressentiment au terme, que la fin du monde arriverait dans quelques années. Pour nous aujourd’hui en 2016, ce ne sont plus les mêmes menaces et (...)

En marche !

Ce deuxième dimanche du Carême est appelé Dimanche d’Abraham. Il nous rappelle la condition itinérante du chrétien. Celui-ci est dans le monde sans être du monde. Il est donc de passage sur terre. Citoyen du Ciel (Ph 3, 20), il languit après les demeures promises par le Christ (Jn 14, 2). Sa vie est donc un exil, même s’il peut déjà s’unir au Royaume. L’image du pèlerin décrit bien l’état du baptisé : Il a besoin d’un guide : ce sera le Christ, Chemin de Vie (Jn 14, 6). Il a besoin d’une carte : ce sera (...)

Carême de conversion et de miséricorde…

Les textes liminaires du carême sont très forts de symboles et d’appels divers… D’abord un appel du prophète Joël à Revenir vers le Seigneur : un appel à la conversion dans un mouvement de contrition totale et de dépouillement. Ce Coeur du Seigneur, vers lequel nous sommes conviés, est rempli de pardon et de miséricorde… Tout son être est tendu vers nous et pour nous. Il a faim de notre restauration, de notre renouvellement. Mais pour cela, il est bon de faire le chemin pour aller le rencontrer dans la (...)

Avance au large ! Va en eau profonde !

Les disciples ont peiné toute la nuit sans rien prendre. Un jour nouveau commence avec ces souvenirs de la pêche non fructueuse. Les disciples de Jésus, spécialistes de la pêche, rentrent bredouilles de la pêche. Voilà que le maître, après avoir longuement enseigné depuis la barque de Simon, va combler leur existence : « Avance au large et jetez vos filets pour la pêche » A l’approche du temps de carême, un moment favorable où le Seigneur veut combler nos vies, comment ne pas accueillir cet ordre, cette (...)

« Cette Parole de l’Écriture que vous venez d’entendre, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit »

Jésus se sait envoyé par le Père pour rassembler tous les hommes qui sont dispersés, mais la tâche s’avère bien rude. En effet nombreux sommes-nous à nous boucher les oreilles à l’annonce de la Bonne Nouvelle, à refuser d’entrer dans l’année jubilaire de la réconciliation accordée par le Seigneur. Déjà les juifs rendus furieux par l’action du Malin dans leurs coeurs se lèvent pour pousser Jésus hors de la ville et le mener jusqu’à un escarpement de la colline où la ville est construite. Et en ce lieu-dit “ le (...)

Baptême ou Miséricorde ?

A la suite du martyr de son cousin, Jésus en l’an 28 inaugure sa mission en Terre de Galilée, c’est-à-dire universellement à toutes créatures. Le Messie annoncé par les Prophètes est là en Terre Sainte. Il va prêcher un Baptême de conversion dans le Feu et le Souffle de l’Esprit Saint. Désormais, bien au-delà du Temple de Jérusalem, la Bonne Nouvelle va se déployer en Jésus Christ jusqu’aux extrémités de l’Univers. C’est un baptême, c’est-à-dire un plongeon de l’Humanité dans son propre salut. Si elle refuse (...)

Cana

Le 1er miracle de Jésus – S. Jean parle plutôt de signes – n’est pas une guérison, mais l’eau changée en vin à Cana. Jésus est invité à cette noce, ainsi que ses disciples. Marie aussi est présente, et peut-être impliquée dans le service. Son regard attentif lui fait comprendre la situation délicate : en ce jour de fête, on manque de vin ! Soit le maître du repas à mal évalué les quantités, soit la noce est assoiffée… peu importe : la fête risque d’être gâchée. Marie intervient directement auprès de Jésus. D’où (...)

LUI VOUS BAPTISERA DANS L’ESPRIT SAINT ET DANS LE FEU...

A la question traditionnelle : c’est quoi un chrétien ? Nous avons coutume de répondre :c’est celui qui a été baptisé, c’est à dire plongé dans l’eau au nom de la Trinité Sainte, Père, Fils et Esprit Saint… Mais que signifie vraiment ce nom de chrétien ? Est-ce le fait d’avoir reçu tous les tampons : les trois sacrements de l’initiation chrétienne : baptême confirmation, eucharistie ? Est-ce le seul fait d’être un pratiquant régulier, enfermé dans ma pratique et stérilisé par un fixisme étroit ? Est-ce le fait (...)

Ce mystère concerne toutes les nations !

Permettez-moi tout d’abord de vous souhaiter la paix. La paix dans tous les corps souffrants, les coeurs en détresse et les esprits soucieux ; la paix dans chaque famille et toutes les nations. Une des bonnes nouvelles des textes bibliques de ce dimanche de l’Épiphanie (et nous pourrons l’accueillir comme un meilleur voeu à réaliser) est : « toutes les nations sont associées au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse, dans le Christ Jésus, par l’annonce de l’Évangile » Quel est cet (...)

« Une triple VISITATION »

D’après les dernières recherches historiques et théologiques, ce serait Marie la Mère de Dieu qui aurait confié directement à Luc , le 3 ème évangéliste ainsi qu’à Jacques le Majeur, les récits de l’enfance de Notre Seigneur Jésus- Christ. Le récit de la VISITATION que l’église offre à notre méditation ce dimanche peut provenir également de la même source. Un lecteur attentif pourra donc y percevoir outre des paroles directes de Marie, sa tendresse, son instinct maternel, sa vie remplie d’une grâce qui déborde … (...)

Pousse des cris de joie ! Car le Seigneur vient.

La joie n’est pas seulement le fait d’éprouver du contentement ou de la satisfaction. C’est une attitude spirituelle qui s’enracine dans l’espérance. Une espérance qui ne déçoit pas. Notre espérance à nous les Chrétiens se cristallise dans le nom de Jésus. Ce nom qui signifie Dieu sauve. Ce salut dont il est question concerne notre rénovation intérieure ainsi que celle de toute la création qui elle aussi aspire à être libérée de tout ce qui la corrompt et la sépare de son créateur. La joie chasse aussi en (...)

Jubilé de la Miséricorde

Dans le livre du Lévitique, au chapitre 25, sont indiquées les conditions du Jubilé pour le peuple hébreu. Tous les 50 ans, une année particulière était célébrée, marquée par des gestes forts : libération des esclaves, extinction des dettes, pas de travaux agricoles. C’était une année de fête et de joie. « Jubilé » vient de l’hébreu yobel, le bélier, car c’était avec la corne de cet animal, utilisée en trompette, qu’était annoncée l’ouverture de cet évènement. L’Église s’est inspirée de cette tradition pour (...)

ENTREE EN AVENT

Cet évangile qui nous est donné par l’Église, en ce premier dimanche de l’Avent, est d’une actualité au combien étonnante au regard des évènements qui ont frappé notre pays dernièrement. Il serait erroné de comprendre, que St Luc annonce la fin du monde. Il s’agit du passage de l’ancienne humanité à l’Homme nouveau. La venue de ce Fils dans la nuée, plus éblouissant que les astres dans le ciel, n’est pas l’événement dernier, l’instant ultime qui mettrait un terme à notre histoire : on le voit venir, il est en (...)

« Solennité du CHRIST ROI : quelle royauté ? »

Avant d’entrer dans la période de l’Avent, qui nous conduira jusqu’au Mystère de Noël, l’église nous offre de méditer sur la royauté du Christ. A Noël, le Messie vient sous les traits d’un bébé. L’incarnation de Dieu est un mystère bien difficile à admettre il y a 2 000 ans, et suscite encore de nos jours bien des doutes. Pourtant, de la crèche à la croix, je n’y vois qu’une seule et même image : Dieu parmi les hommes, de la pauvreté à la souffrance en passant par tous nos états. Il s’agit d’une royauté du (...)

Sentinelle par la prière !

Dans l’Ancienne Alliance, les grands prêtres étaient de la tribu de Lévi et de la descendance d’Aaron. Ils ont la noble mission de se tenir devant Dieu dans le temple et de pénétrer au-delà du rideau dans le Saint des saints afin d’intercéder pour eux-mêmes et pour leurs frères. Avec Jésus-Christ, s’ouvre un temps nouveau. Puisque le Christ n’est ni de la tribu de Lévi, ni de la descendance d’Aaron mais de la maison de David, tribu de Juda. Et pourtant, il est le grand prêtre par excellence, celui qu’il (...)

Les dons matériels… Une question de Superflu ?

Veux-tu me donner un peu d’eau avec ta cruche ? pour que je boive ?... Et me donner un peu de pain ? La question du prophète Élie à la veuve de Sarepta ne peut manquer de nous laisser songeur... En effet, comment faire preuve de partage quand déjà nous même semblons manquer du nécessaire ? Cela ouvre sur d’autres questions tout aussi brûlantes de notre actualité sur lesquelles nous ne pouvons fermer les yeux ou nous voiler la face... Comment se rendre présent et proche à ceux là qui ont fui (...)

Tous saints

Dans notre monde blessé par une actualité toujours plus douloureuse, la question de la sainteté pourrait paraître superflue. A quoi bon en effet cheminer vers la sainteté lorsque chaque jour apporte son lot de souffrances inacceptables ? Doit-on se résigner ainsi ? Est-il possible d’enterrer le talent de notre baptême sous ce prétexte très tentant ? La sainteté est en réalité la meilleure réponse que nous pouvons apporter à ce monde en souffrance. Notre époque est marquée par une détresse sans précédent (...)

« SEIGNEUR, que je VOIS ! »

L’évangile de ce dimanche nous rapporte l’histoire de Bartimée, un aveugle que Jésus a guéri. Cet homme se trouvait exclu, n’ayant aucune compagnie comme beaucoup de personnes à notre époque. Trop de personnes se trouvent encore seules, dans nos immeubles, dans nos quartiers, dans nos maisons de retraite, et, le froid qui s’installe ne fera qu’accroître cette solitude. Bartimée vit dans une nuit qui ne finit jamais comme beaucoup de gens encore aujourd’hui. Son exil est son exclusion. Il vit dans une (...)

Un baptême de mission ?

L’Evangile de Marc que nous entendons ce dimanche, comporte 2 aspects : les places souhaitées par les apôtres, et le baptême de conversion. Écrit dans les années 65 de notre ère, l’extrait de cet évangile nous renvoie à nos responsabilités de Chrétien : Pourquoi ou plutôt pour qui sommes nous baptisés ? Plus qu’un acte, le baptême nous plonge dans la mort et la résurrection du Christ. On pourrait l’appeler le Sacrement Pascal du salut. Plus encore, il nous configure par grâce à la vie terrestre et céleste du (...)

Alors va, je t’envoie sur les chemins du possible !

Au lendemain de la promulgation de notre projet pastoral Tous disciples missionnaires : heureux d’être chrétiens, au début de la semaine missionnaire mondiale et à la méditation de l’évangile de ce dimanche, la rencontre entre Jésus et le jeune homme riche, je veux vous partager ces éléments. Tout être humain aspire profondément au bonheur, à la vie éternelle. Même ce jeune homme riche qui en principe dispose de tout pour se l’assurer nous confirme ce besoin vital et universel : « Jésus se mettait en route (...)

Ô homme connais-toi toi-même... Tu connaîtras ton semblable... Tu connaîtras ton Dieu...

« Il n’est pas bon que l’homme soit seul », dit le Seigneur Dieu. En effet, la solitude peut être pour lui une misère profonde ou une chance pour avancer. Car nous venons au monde par un lien d’amour entre deux différences, qui sont arrivées à faire la communion dans un acte d’amour. Notre Origine est donc multiple et c’est cela qui fait notre richesse : Venir d’un homme et d’une femme. Cette différence de polarité, qui existe déjà chez ceux qui participent à nous donner la vie, existe également en toute (...)

Des hommes et des anges

Cette semaine nous allons célébrer deux fois les esprits bienheureux : mardi ce sera la fête des Archanges Michel, Gabriel et Raphaël ; vendredi nous célébrerons les anges gardiens. Notre monde profondément marqué par la technique et la science évacue trop souvent le monde invisible. Or c’est un élément capital de notre foi : la Réalité est infiniment plus grande que ce qu’elle donne à voir. Nos sens, nos sciences, nos techniques et nos outils ne sont que de petites fenêtres ouvertes sur un monde très (...)

Un nouvel appel...

Jésus en ce dimanche instruit ses disciples mais à priori en vain car les propos du Maître les effrayent, ils préfèrent ne pas chercher à comprendre et plutôt que de l’interroger ils s’écartent en silence le laissant poursuivre sa route seul. Pour se rassurer ils vont imaginer ce qui adviendrait après que Jésus ait pris le pouvoir à Jérusalem. En quelque sorte ils se distribuent déjà les portefeuilles ministériels au sein du futur gouvernement que leur Maître est supposé instaurer très bientôt. Arrivé à (...)

« Pour vous qui suis-je ? »

L’Évangile de Jésus-Christ nous interroge sur la notion d’identité. Si nous disons : Jésus n’est qu’un homme, cela vient d’une décision humaine, si nous disons Jésus est Homme et Dieu à la fois, cela induit la présence en nous de l’Esprit Saint qui nous le souffle. Cette affirmation est alors appelée un KERYGME, mot grec signifiant PROCLAMATION. Ce n’était pas évident pour les apôtres qui pourtant ont vu physiquement Jésus et partagé ses repas. Il leur faudra être traversé par des événements, des prises de (...)

C’est la rentrée ! Soyez forts, ne craignez pas

Septembre est là, l’été s’en va. Les souvenirs de la période de pause nous habitent. Pour certains la nostalgie et l’envie de retenir le temps des vacances l’emportent alors que pour d’autres la joie et l’envie de reprendre les activités se ressentent. C’est la rentrée ! Nous devons reprendre nos diverses activités puisque le monde et ses nombreux défis nous attendent. Comme pour Jésus-Christ dans l’évangile de ce dimanche, nous sommes invités « en plein territoire de la Décapole » pour lever les yeux vers (...)

Seigneur, donne-nous un coeur nouveau !

Beaucoup pensent que le monde est mauvais et pourri. Ils pensent aussi que les relations entre les êtres humains sont mauvaises et très destructrices. Qu’est-ce qui pollue le monde ? Qu’est-ce qui détruit l’univers et les relations humaines ? Qui les rend difficiles et compliqués ? A la fin de chaque acte créateur, Dieu dit « c’est bon » ; alors il passe à l’acte suivant puis il se repose paisiblement de ce qu’il a dit et fait. Aussi a-t-il confié à l’homme de continuer dans la même paix l’oeuvre (...)

Pas de vacances pour la foi !

Notre foi peut-elle partir en vacances ? Il semble que non. La parenthèse de l’été serait même le moment idéal pour la renforcer. Comment ? Voici 4 propositions : 1/ « La foi naît de la prédication » (Rm 10, 17) Autrement dit : la méditation de l’Écriture est le meilleur levier pour croire plus fermement. Pourquoi ne pas profiter de l’été pour lire un Évangile dans son intégralité ? Celui de Saint Luc est tout indiqué car il va nous accompagner dès le mois de décembre pour la nouvelle année liturgique. A (...)

Notre Dieu est le Dieu de la vie

Nous voici en présence de deux récits de guérison, celui de la fille du chef de la synagogue et celui d’une femme hémorroïsse qui subrepticement vient toucher la frange du manteau de Jésus. Croire, c’est oser poser des actes, et dans ces deux cas c’était d’oser toucher Jésus. Quant au chef de la synagogue, il n’en est pas encore là dans son cheminement de foi. Il est venu tout d’abord au-devant de Jésus pour le prier de venir imposer les mains à sa fille pour qu’elle soit sauvée (de la mort) et qu’elle (...)

N’ayez pas peur !

En ce dimanche le Christ nous appelle à lui faire confiance. Il se saisit de l’événement de la tempête pour apaiser ses disciples et les rassurer par sa présence. Les disciples paniquent, prennent peur, pourtant habitués à la mer et aux changements climatiques soudains … Son message émane alors dans un premier temps, par son attitude calme et posée, puis par son autorité sue les éléments naturels (vent, orage, eau, mer …). Il montre ainsi sa divinité en repoussant les limites purement humaines. Puis, (...)

Sème et laisse faire !

L’évangile de ce onzième dimanche nous propose deux attitudes très complémentaires : semer puis laisser faire. Au moment de passer de ce monde à son Père, Jésus-Christ, dans sa grande prière, lui a demandé de ne pas retirer ses disciples du monde. Ainsi tout est dit ; Dieu aime ce monde. Par conséquent le disciple n’a aucun droit de le déserter. Ici et maintenant, le disciple doit semer cette graine de moutarde, ce signe du royaume. Telle est l’unique attitude du disciple. Le monde est une immense terre (...)

Il est le chemin et le sacrifice de notre paix

Le sacrifice est une réalité anthropologique qui a toujours habité le coeur de l’homme. Il renvoie à une volonté de faire du sacré. Le dictionnaire des religions le définit comme l’action sacrée par excellence. Celui-ci se déploie dans la variété de ses formes entre l’offrande, qui en est le plus bas degré, et le martyre, où le sacrifiant s’offre lui-même comme victime. Si l’on supprime le sacrifice, le culte perd sa fonction essentielle, la mythologie ou la théologie s’appauvrissent d’un de leurs dynamismes (...)

Visitation

Ce dimanche 31 mai, le jour du Seigneur a préséance sur la fête mariale qui termine le mois de Marie. L’histoire sainte est comparable à une visitation de l’homme par Dieu, une visitation toujours plus intime. Dans le jardin d’Eden, le Créateur va à la rencontre des premiers hommes (Gn 3, 8). Dans l’Ancien Testament, Dieu visite son peuple en faisant se lever des patriarches, des prophètes, des juges, des rois et des hommes justes. Jésus est le sommet de cette visitation : le Verbe de Dieu est devenu (...)

PURIFIÉS PAR LE FEU DE L’ESPRIT

En cette fête de la Pentecôte, laissons-nous conduire par l’Esprit comme nous le demande Saint Paul. L’Esprit de vérité nous guidera dans la vérité toute entière, il nous introduira dans le mystère de la Personne du Père en nous donnant part à la vie filiale du Christ. La parole de Jésus ne suffit donc pas pour rassembler dans l’unité les enfants de Dieu dispersés. Il faut davantage. Un autre don est nécessaire : celui de l’Esprit qui glorifie le Fils, c’est-à-dire qui met en lumière le caractère divin de (...)

« Où est Dieu ? »

En ce dimanche, nous entendons en 2ème lecture St Jean nous parler de la présence de Dieu. St Jean, le visionnaire, qui a vu le coeur de Jésus à la Cène, ce même coeur couler à la croix, comprend et voit en définitive ce qu’il se passe : l’Amour de Dieu est au centre de chaque personne, et si celle-ci n’en a pas conscience ou n’y croit pas, il nous est possible en l’aimant de lui révéler et/ou de trouver Dieu en elle. C’est pourquoi Jean parle de DEMEURES. Dieu n’est pas lointain, ni absent, ni (...)

Demeurez dans mon amour

Les derniers mots de quelqu’un qui nous quitte sont des testaments, des vérités, le fruit de ses expériences. Ce sont des consignes à prendre comme un chemin incontournable. C’est ainsi qu’au moment de s’offrir par amour pour nous, Jésus nous recommande « demeurez dans mon amour ». Les disciples doivent habiter l’amour du Maître et Seigneur. Il s’agit de cet amour dont Jésus-Christ nous a aimés et qui est exactement l’amour dont le Père l’a aimé : « comme le Père m’a aimé, moi aussi, je vous ai aimés. (...)

C’est par ses blessures que nous sommes guéris…

« Nous avons renié le Maître de la vie… » ; cette confession de Pierre et Jean, devant tout le peuple, est en même temps un aveu de la faiblesse humaine. Mais c’est aussi le début de la conversion… Laisser son coeur être touché et bouleversé par les blessures de Jésus ouvre à un autre possible : la vie gracieuse et surabondante donnée par lui, au-delà de toutes nos culpabilités latentes et larvées, et de nos justifications insuffisantes. Le salut n’est pas notre oeuvre. C’est l’oeuvre mystérieuse, accomplie (...)

Année Sainte

Le Pape François a annoncé qu’une année sainte commencera le 8 décembre prochain et se terminera le 20 novembre 2016. Les années saintes sont assez rares dans l’Église : depuis 1300 il n’y en a eu que 28. La dernière remonte à l’an deux mille avec le Grand Jubilé de l’Incarnation. 2015 ne coïncide pas avec un anniversaire particulier, et logiquement c’est en 2025 qu’une année sainte était attendue. Cela dit « l’Esprit souffle où il veut » (Jn 3, 8) et notre pape nous a surpris plus d’une fois. « Dieu est (...)

Le Christ est ressuscité, il est vraiment ressuscité.

Après ce temps de Carême où nous avons traversé l’Écriture, l’alléluia de la victoire à retentit ! Le mal n’a pas eu le dernier mot, l’amour a définitivement triomphé : le Christ est ressuscité ! Il est vivant et il nous appelle à vivre de sa vie. Cette grâce inouïe de vie offerte nous incite à nous mettre en route vers elle comme les saintes femmes qui ont parcouru le chemin dans le petit jour. Elles sont venues de bon matin, elles se sont mises en marche ensemble en église. Nous découvrons des femmes (...)

« Qui acclamons-nous ? »

Jadis avec des palmes, aujourd’hui avec le buis, nous acclamons en la personne du Christ le Sauveur tant attendu et qui sauve l’Humanité. Cependant chaque personne depuis 2000 ans perçoit différemment ce qu’elle reçoit. Qui voyons-nous, ou plutôt que voyons-nous, puisque notre perception est conditionnée par notre milieu, notre tempérament et notre passé ? C’est ce qui fait sa différence, sa qualité mais aussi son espérance si notre coeur s’est ouvert, s’entraînant régulièrement à l’amour de Dieu et du (...)

Qu’il est grand le mystère de la Croix !

A l’entrée de la ville, au calvaire est plantée une Croix en bois portant un homme couronné d’épines avec une inscription déchiffrée par tous « Jésus de Nazareth, le Roi des juifs ». Dans ce drame du mont Golgotha se joue le salut du monde. Dieu a promis à nos pères de conclure avec la maison d’Israël et la maison de Juda (ces maisons divisées) une seule et unique alliance nouvelle et éternelle qui sera à jamais inscrite, gravée dans la mémoire et le coeur du peuple tout entier. En effet, cette alliance (...)

Dieu est Riche en miséricorde !

Nous voici arrivés à ce quatrième dimanche de carême Le peuple d’Israël avait reçu de son Dieu la terre, la loi, le temple, ces catégories là figurant l’Alliance conclue avec Yahvé Sabaoth. Ce qui n’a pas empêché le peuple d’entrer dans la désobéissance et l’infidélité. Comme le dit l’écrivain sacré, « leur péché qui montait jusqu’au ciel excitait la jalousie de Dieu » ; étant entendu que le refrain qui dit l’Alliance consiste en ces termes : « Je serai ton Dieu et toi tu seras mon peuple ». Ainsi, l’idolâtrie est la (...)

SCRUTINS

Ce 3ème Dimanche de Carême et les deux suivants, les catéchumènes vont vivre les scrutins. Il s’agit d’un rite spécifique qui aura lieu après l’homélie. Le but de cette prière est multiple. Avant toutes choses, il s’agit de poser 3 dernières étapes avant le baptême qui aura lieu lors de la Vigile Pascale. Ensuite, le scrutin est un moyen pour les futurs baptisés de lutter contre le mal. Tous, chrétiens ou futurs baptisés, nous avons à lutter contre l’influence du péché qui, insidieusement, solidifie le (...)

JOYEUX CARÊME !

Nous voilà entrés dans ce temps de Carême, temps pour remettre les choses au clair. Nous sommes venus célébrer ensemble ce matin, parce que nous avons entendu l’appel à une vie nouvelle et que nous nous disons prêts à mettre tout en ordre pour aller au combat. La vie du Chrétien est un « combat militaire » et il faut de la force et du courage pour résister aux tentations du diable. Il s’agit, comme nous le suggère le Pape François, d’une lutte quotidienne contre la mondanité, l’envie, la luxure, la (...)

EMU AUX ENTRAILLES

Le texte de l’évangile de ce dimanche nous provient de l’évangéliste Saint Marc. Il est écrit vers l’an 65. C’est un témoignage très ancien nous rapportant la guérison d’un lépreux par Jésus. A cette époque, la lèpre concernait un ensemble de maladies de peau, contagieuses et inguérissables la plupart du temps. On pensait que le lépreux soit était impur, soit qu’il héritait de péchés graves, soit qu’il avait été puni par Dieu ou même les trois à la fois ! A cette souffrance endurée s’ajoutait pour ce malade (...)

« Le Christ a pris nos souffrances, il a porté nos maladies. »

Mon regard s’est arrêté sur cette antienne « Le Christ a pris nos souffrances, il a porté nos maladies » parce que Dieu a installé sa tente de miséricorde dans cette région autour de Capharnaüm. Cette miséricorde se manifeste dans la vie de toutes les personnes que rencontre Jésus et qui sont frappées par la maladie ou par d’autres souffrances. Sans oublier que dans quelques jours, le 11 février, nous célébrerons la fête de Notre Dame de Lourdes, Journée mondiale des malades. A la lecture de l’évangile, on (...)

Seigneur fais de nous un Peuple de prophètes !

La promesse du Seigneur est sans équivoque. Un jour connu de lui seul, il fera lever un grand prophète au milieu de son peuple. Une sorte de nouveau Moïse sur qui reposera l’Esprit du Seigneur : "Esprit de sagesse et d’intelligence, Esprit de conseil et de force, Esprit de connaissance et de crainte du Seigneur. » (Isaïe 11,2). Pour les chrétiens, c’est bien sûr le Christ qui est évoqué ici. D’ailleurs, quand Jésus vient parler à la synagogue de Nazareth, il lit un autre passage d’Isaïe, « L’Esprit du (...)

CONVERSION(S)

En ce dimanche 25 janvier, nous célébrons le 3ème Dimanche du temps ordinaire. Ce jour coïncide avec la fête de la Conversion de St. Paul. Le mot conversion n’est pas un terme réservé au Carême. Bien au contraire : toute la vie chrétienne est un chemin de conversion.
Déjà dans l’Ancien Testament, le peuple hébreu est appelé par les prophètes au repentir. Dieu suscite régulièrement des envoyés pour dénoncer les comportements de son peuple. Et c’est ainsi que les prophètes invitent le peuple élu à revenir à la (...)

Samuel, Samuel !

Le thème de l’appel est au coeur des lectures qui nous sont proposées ce dimanche. Tout d’abord le récit du jeune Samuel dans la première lecture avec un appel personnel du Seigneur : « Samuel, Samuel ! ». Puis, dans l’évangile où il est question du Seigneur, qui appelle, et le silence sur le nom du deuxième disciple, qui accompagnait André, nous interpelle. Ne nous permet-Il pas de nous reconnaître en Lui, et d’accueillir pour nous ce regard, que Jésus pose sur nous lorsque nous faisons le choix de (...)

Un baptême de conversion : se plonger dans l’Amour

Nos parents dans la foi ont été traversés par cette question : comment le Christ a-t-il pu recevoir un baptême de conversion, alors qu’il était sans péché ? L’Église y voit un geste d’obéissance du Christ à son Père. Oui, il n’a pas suffi à Dieu par amour, de venir sur Terre, de prendre notre condition et ses limites, de naître dans une étable. Ce Dieu auquel nous croyons a fait l’expérience d’une famille, il a voulu être nourri par Marie, protégé par Joseph ; il a laissé ses parents le présenter au Temple. Il (...)

Et si c’était ma mission ? Un nouveau regard pour une nouvelle année

Chers amis, je viens vous annoncer une très bonne nouvelle, une grande joie : le mystère annoncé par les prophètes est accompli « Dieu est avec nous ! ». Dans cette histoire d’amour entre Dieu et notre humanité, cette dernière a toujours eu à ses côtés la présence bienfaisante, fidèle et indéfectible de son créateur. Dieu a tellement et profondément aimé notre humanité qu’il lui a donné son fils unique Jésus-Christ. En effet Jésus-Christ a pris notre chair sans laisser tomber ses vicissitudes mais en les (...)

IL EST AVEC NOUS .... LE SAINT DE DIEU.

Il est avec nous le Seigneur de l’univers... citadelle pour nous, le Dieu de Jacob. Aussi serons- nous sans crainte si la terre est secouée... si les montagnes s’effondrent au creux de la mer.(Ps 45)
Oui !Voici bientôt Noël... fête de l’enfant Jésus, et fête de notre espérance, fête de l’Alliance éternelle, scellée dans la chair du Christ venu en notre monde. Alors que nos rues sont scintillantes de guirlandes et de lumières, toutes aussi belles les unes que les autres, ainsi que nos maisons, une (...)

Réjouissez-vous !

Nous sommes entrés dans le temps de l’Avent dont la couleur violette inspire, comme pour le Carême, le silence, la conversion et l’attention aux autres. Mais voilà que nous allons bientôt exulter de joie en célébrant la naissance de Jésus. Bientôt va retentir le Gloria dont nous avons jeûné, pour mieux l’apprécier. Ce 3ème Dimanche de l’Avent est appelé Gaudete et nous invite à nous réjouir. Ce Dimanche un peu particulier ménage une pause en ce temps d’attente et de préparation. Et il est une occasion de (...)

Bonne Nouvelle

Nous avons un peu perdu l’habitude d’entendre parler de bonnes nouvelles. Chaque jour nous en recevons de mauvaises, la crise, les licenciements, les violences de toutes sortes...
L’Évangile de Saint Marc que nous lirons durant cette année liturgique s’ouvre sur ces mots : "Commencement de la Bonne Nouvelle". Commencer n’est pas toujours facile, parfois cela peut même être angoissant. Commencer c’est toujours prendre des risques, accepter de se mettre en marche vers l’inconnu. Quand Jésus (...)

À l’improviste

Cette rentrée dans le Temps de l’Avent, à laquelle nous invite l’Église, est une préparation. Elle précède le Temps de l’Incarnation. Tant de peuples dans l’Antiquité avaient cherché la Sagesse sans la voir et les Hébreux, eux-mêmes, espéraient indéfiniment la venue du Messie sur Terre. Ils s’y préparaient, mais personne ne savait à quel moment ? Et voici que le Fils incarnant la Promesse arriva un jour du Temps. Venu à l’improviste, dans un coin perdu de Palestine, d’une femme complètement ignorée, le (...)

Il séparera les hommes les uns des autres ...

En cette fin d’année liturgique, nous avons la grâce de relire le texte du jugement dernier où sont mis en scène, le Christ juge suprême, et pas- teur des brebis que nous sommes et nos options fondamentales face à la " vraie vie"...
Qu’est-il requis de nous ? Pour partager la divine félicité ? Les réponses nous semblent d’une évidence désarmante : " j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger... j’étais malade et vous m’avez visité..."
En somme, tout notre jugement se fera sur les œuvres de miséricorde... (...)

… Choisis et établis pour porter du fruit…

Dieu établit une relation singulière et privilégiée avec chacun de nous. Il nous confie des talents, c’est-à-dire « ses biens ». Comme à la création, Dieu nous fait totalement confiance : « Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa, il les créa homme et femme. Dieu les bénit et leur dit : Soyez féconds et multipliez-vous, remplissez la terre et soumettez-la. Soyez les maîtres des poissons de la mer, des oiseaux du ciel, et de tous les animaux qui vont et viennent sur la terre » Genèse 1, (...)

Guerre et Paix

En ce 11 novembre 2014, nous faisons mémoire d’un évènement passé, qui appartient désormais pleinement à l’histoire, puisque tous les soldats survivants de la première guerre mondiale ont disparu. Mais comme chrétiens, nous ne pouvons oublier cet événement. Parce que le monde d’aujourd’hui souffre de violence, les disciples du Christ doivent, plus que jamais, être des artisans de paix.
La paix véritable et authentique dépasse largement le seul silence des armes. Même quand les armées ne sont pas (...)

LA PRIÈRE ET LE PURGATOIRE

Après avoir célébré nos frères aînés qui ont atteint le bonheur en Dieu, l’Église nous invite à nous souvenir de ceux qui ont déjà passé la mort, mais poursuivent encore leur route vers la plénitude de ce bonheur. Si la fête de la Toussaint est toute rayonnante de joie, celle de ce jour est plus recueillie, car nous sommes invités à prier pour abréger les souffrances de ceux qui sont certes déjà entrés dans la lumière de la vie, mais qui n’ont pas encore entièrement achevé leur purification dans le Feu de la (...)

L’avenir, c’est aimer

Ce dimanche, nous entendons Jésus répondre à un spécialiste du TaNak : "De tous les Commandements lequel est le plus grand ?" Jésus montre sans attendre et sans recherche qu’il connaît l’Écriture.
Il est La Parole. Il la vit, Il l’incarne. En donnant au scribe qui l’interroge, peut-être pour l’évaluer, le tester ou lui demander l’essentiel ; Jésus va l’édifier, le combler dans sa recherche. Il lui dit en substance : Aimer Dieu et son prochain procède du même Amour, moi qui te parle, dit Jésus, Je le Suis, (...)

Il est le Seigneur, il n’en est pas d’autre ...

Dans le Psaume de ce dimanche, le 95(96) nous sommes ramenés par l’écrivain sacré à contempler l’unité, et l’unicité de Dieu. Sa toute puissance dans nos vies malgré les aléas de nos histoires personnelles, de notre Histoire humaine. Mais surtout c’est un appel à ne pas remplacer sa gloire par des ombres et des figures fugitives… Les trois idoles que sont le pouvoir, le savoir ou l’avoir peuvent quelquefois nous faire oublier quelle est notre source, notre origine véritable, notre rapport à Dieu qui est (...)

Mon ami, surtout n’oublie pas le vêtement de noce !

Au moment de l’ouverture de la semaine missionnaire mondiale et à la lecture de cette parabole sur le royaume de Dieu comparable à une invitation au repas de noce, nous pouvons méditer sur 3 éléments d’attention.
Tout d’abord un émerveillement devant la largesse du cœur de Dieu. Dieu sans cesse nous invite. Il nous réitère son invitation « Venez au repas de noce ». Il y a une certitude : Dieu ne sera pas seul et surtout il ne veut pas être seul au repas de noce de son fils bien-aimé. Mon émerveillement (...)

De Marie à Jésus

Ce mois d’octobre est consacré par la tradition à la Vierge Marie. S’il est bon de la vénérer, il est encore meilleur de chercher à la connaître pour mieux l’aimer et pour mieux aimer Dieu. Depuis l’an passé, je suis en charge d’accompagner les groupes mariaux sur le secteur, notamment les Équipes du Rosaire et l’Apostolat de Fatima. Je propose 4 matinées de formation et de prière à destination de ces groupes. Cela dit, ces réunions sont ouvertes à tous. La Vierge Marie ne saurait être la « propriété » de (...)

DIRE OUI, DIRE NON !

La liturgie de ce dimanche nous appelle à l’espérance. En effet, aucun malheur ne peut être assez grand pour empêcher le Bon Dieu de nous rejoindre. Dans la première lecture nous avons la clé de lecture de l’évangile de ce jour.
Par la bouche de son prophète, Dieu va déployer un plaidoyer. Dénoncé comme responsable de nos propres turpitudes, le Seigneur réagit : Est-ce ma conduite qui est étrange ? N’est-ce pas plutôt la vôtre ? Il y a d’abord le dialogue avec le fils aîné. Il dit non !
Pas question (...)

Accueillir l’autre gratuitement

Nous entendons l’Évangile selon St Matthieu s’adresser à tous ceux et celles qui ouvrent les oreilles. Beaucoup d’entre nous, reçoivent depuis de nombreuses années les fruits de l’Église et de l’Esprit. D’autres personnes nouvelles arrivent, regardent, écoutent, et se proposent généreusement. Les anciens accueilleront-ils les nouveaux ? En effet, aux premiers comme aux derniers arrivés, le Seigneur a l’initiative en premier, invite et donne autant gratuitement. Il n’y a pas de rang, de personnes à tout (...)

Ô Seigneur, sauve-nous et grave en nous l’image de ton fils !

La récrimination est une attitude humaine qui est bien ancrée dans le mental humain. Ainsi, lorsque quelque chose ne va pas selon nos désirs nous sommes portés à interroger la bienveillance divine... Le Peuple d’Israël a fait bien avant nous cette expérience de doute et d’accusation de son "Goël" : entendez "celui qui me rachète" .Comment arriver à voir la main de Dieu dans tout ce qui contribue à enlaidir ou à défigurer l’homme ? N’est-il pas légitime de se battre pour sortir des obstacles qui (...)

Ensemble louons, adorons et servons le Seigneur.

Nous voici de retour après cette pause estivale bien nécessaire et voici que la Parole de Dieu vient nous accueillir. Elle vient surtout nous fixer le cap pour cette nouvelle année scolaire et pastorale par cet extrait du psaume 94 marqué par cinq verbes à l’impératif présent : « Venez, crions de joie pour le Seigneur, acclamons notre Rocher, notre salut ! Allons jusqu’à lui en rendant grâce, par nos hymnes de fêtes acclamons-le ! » Quels impératifs frappent aujourd’hui à notre porte ? « Venez » c’est (...)

L’esprit de la rentrée

En cette fin d’été, nous voici prêts à commencer une nouvelle année. Quelles dispositions spirituelles peut-on adopter ? Je vous en propose trois.
Avant toutes choses, il est bon de cultiver l’action de grâce. Il convient en effet de remercier le Seigneur pour tout ce que la coupure estivale a pu nous apporter : temps de repos, temps en famille, temps de découvertes, beauté des paysages, splendeurs des églises visitées, richesse des traditions locales, temps de ressourcement. Voilà autant de motifs (...)

Venez acheter et consommer, même si vous n’avez pas d’argent !

La gratuité du don de Dieu n’est plus à démontrer … pour nous chrétiens... Avec le don ineffable de Jésus sur la Croix, nous n’avons pas à instituer une méritocratie pour goûter à sa bienveillance ou pour éprouver son action dans nos vies. En plein été, alors que des nouvelles alarmantes nous parviennent du Moyen- Orient et de l’Afrique de l’Ouest au sujet de catastrophes qui viennent briser des vies innocentes, nous nous interrogeons une fois de plus sur l’amour tout puissant de Dieu censé nous accompagner (...)

Construisons ensemble l’Église

Dernier numéro de la FIP avant les vacances, et pour moi c’est la dernière fois que je m’exprime ici, c’est mon dernier éditorial. Lorsque je me rends dans une paroisse, à Paris ou ailleurs, je prends souvent dans le présentoir la feuille paroissiale. Je redis à tous ceux qui préparent régulièrement cette feuille que nous n’avons rien à envier aux autres paroisses. Nous avons une feuille bien présentée, agréable à lire, avec un contenu, des informations. Je remercie toute l’équipe des rédacteurs et des (...)

Le premier kérygme

Lorsque Saint Pierre proclame que Jésus est le Fils de Dieu, il reçoit dans sa foi personnelle, vécue et assumée à travers ses propres épreuves, la révélation du Père des Cieux, en dehors de qui nul ne peut reconnaître la filiation divine du Christ. Peut-être qu’après le défiguration de la croix et le résurrection du corps de gloire , le Jésus de Palestine ne serait alors, par son humanité assumée, reconnu que par les yeux libres du coeur et les prémices du Souffle de l’Esprit. (Cf. le récit des pèlerins (...)

La FÊTE-DIEU

L’évangile de ce dimanche nous introduit au mystère de la présence eucharistique que nous célébrons en cette solennité du Corps et du Sang du Seigneur : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ».
Dieu ne se contente pas de faire résonner la voix de sa Parole. Cette Parole que nous entendons chaque dimanche, il nous la donne en nourriture pour qu’à travers elle, lui-même se donne pour nous soutenir sur la route de nos existences parfois tortueuses. Il nous donne accès à la fontaine (...)

Le mystère de la Trinité

Il est délicat de parler de la Trinité, et peut-être plus encore lorsqu’on dispose de peu de mots. Je me risque à vous ouvrir trois chemins pour approcher ce grand mystère. D’abord, le mystère de Dieu-Trinité est la clé de voûte qui permet à l’intelligence et à la foi d’appréhender les autres mystères. Si on ne comprend pas qui est Dieu en Lui-même, comment pourrait-on comprendre Ses oeuvres ? Tant qu’on n’a pas saisi l’unité des trois Personnes divines et ce qui les distingue, on a du mal à comprendre leurs (...)

Nous attendons notre adoption et notre délivrance

Nous voici à la Pentecôte... Fête de l’Esprit Saint... Par excellence, fête de nos baptêmes et célébration de tous les dons reçus : reprise de conscience de notre participation à la vie divine, rappel de notre mission de témoignage au cœur de ce monde, appel à être prophète mais aussi initiateur de communion.
L’Esprit qui procède du Père et du Fils est aussi celui-là qui guide l’Église dans son cheminement historique vers la patrie céleste. C’est aussi lui qui nous permet de nous engager dans l’édification du (...)

Accueillir le don de Dieu

Entre l’Ascension et la Pentecôte l’heure est à la méditation et à la prière. Les apôtres sont rassemblés à Jérusalem. Ils se souviennent de tout ce qu’ils ont vécu avec Jésus. Ils ont passé trois ans avec lui, se laissant instruire. Ils l’ont vu après sa résurrection. Désormais ils ne le verront plus avec leurs yeux de chair. Il va falloir qu’ils s’habituent à un nouveau mode de présence. Jésus les a initiés à la prière. Il a prié devant eux. Il leur a appris une prière, celle du Notre Père lorsqu’ils lui ont (...)

" d’un seul cœur ! "

Les lectures des Actes des Apôtres ces dimanches nous renseignent sur la formation des premières communautés. Philippe, un des 7 premiers diacres, à la suite d’Étienne, se met au Service des Tables.
Imitant notre Seigneur Jésus-Christ, lequel s’est offert pour nous jusqu’à la croix en passant par l’abaissement et le lavement des pieds ; les diacres, les les serviteurs de l’Amour et les apôtres se donnent, pourrait-on dire, tout à tous !
À leurs exemples, il nous faut ouvrir nos regards, nos cœurs et (...)

CHEMIN DE VIE ET DE VÉRITÉ

« Ne soyez donc pas bouleversés : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi ». Le Christ ressuscité est, pour nous croyants, ce roc sur lequel nous pouvons nous appuyer dans tous les moments de notre existence. Au jour de notre baptême, nous devenons une « pierre vivante » au service de la construction de l’édifice spirituel qu’est l’Église, le Corps du Christ. Tout au long de notre vie, nous sommes amenés à concrétiser cela, par l’offrande de tout ce que nous vivons, et particulièrement les moments (...)

Culture des vocations

En ce Dimanche dit du Bon Pasteur, nous sommes invités à demander au Seigneur d’appeler des hommes et des femmes qui se consacreront à son service, dans la vie religieuse ou dans le sacerdoce. Cette prière remonte au Christ lui-même quand il dit à Ses Apôtres : La moisson est abondante, mais les ouvriers peu nombreux ; priez donc le Maître de la moisson d’envoyer des ouvriers à sa moisson. (Mt 9, 37.38).
En ces temps délicats pour l’Église, une expression est à la mode : crise des vocations . En (...)

Jésus - l’Amen et le Oui du Père - marche avec nous !

Ce 3ème dimanche de Pâques est celui dit des pèlerins d’Emmaüs. En effet, d’entrée de jeu, Paul nous invite à contempler ce Sauveur qui est le nôtre. Depuis l’aube des temps, la Sagesse incréée du Père nous avait déjà associés à son offrande salvatrice. Et en brisant les sceaux de la mort, il nous rend contemporains de l’éternité qu’il partage avec son Père. Ainsi, Il nous associe de façon admirable à cette vie qui transcende la temporalité et l’espace. Mais cette éternité à laquelle nous participons déjà en (...)

La joie de la Résurrection

Comment pourrions-nous être tristes en ce saint jour de Pâques où nous célébrons la victoire de la vie sur la mort ! Le tombeau est vide et Celui qui l’a occupé durant quelques heures se donne à voir. Jésus s’adresse aux saintes femmes par ces mots : réjouissez-vous ! Il se montre aux apôtres en leur communiquant sa paix. Cette bonne nouvelle de la résurrection est venue jusqu’à nous par la longue lignée de témoins, animés par l’Esprit Saint, qui ont proclamé haut et fort l’événement de Pâques.
Le jour de (...)

Sur le Chemin de DIEU…

Nous rentrons dans la semaine sainte par le Christ. Aussi mystérieux que cela puisse être, car hélas la souffrance n’épargne personne, c’est le Christ qui nous précède sur ce chemin où vont se confronter toutes les puissances les plus ultimes et les plus antagonistes à la fois. Ainsi, si nous offrons notre vie sur ce chemin de l’abandon au Père, Jésus Christ nous associe au mystère de la Trinité dans lequel l’Amour et l’expiation vont être le plus visible. Qui suivra ? Une foule qui acclame, une autre (...)

Jésus est la Résurrection et la Vie !

La liturgie de ce dimanche insiste de façon abondante pour nous présenter un Dieu qui est un Dieu de la vie. Il n’est pas le Dieu des morts mais des vivants.
Ce mystère du Père qui veut nous donner part à sa propre vie dans l’Esprit, nous ne pouvons l’accueillir, comme une réalité dans nos existences, que moyennant la foi en son Fils unique venu nous sauver. Dans l’évangile de la résurrection de Lazare, nous sommes invités à poser un acte de foi en Jésus- Christ, mort et ressuscité pour nous, au travers (...)

Joie chrétienne

En ce Dimanche de Letare, littéralement ’Réjouissez-vous !’, nous sommes invités à lever les yeux vers la joie prochaine de Pâques, qui se rapproche de plus en plus. Le Carême est certes un temps pénitentiel, mais il ne faudrait pas qu’il devienne un temps triste et desséchant. La joie chrétienne n’est pas incompatible avec l’effort de conversion. Au contraire, l’élargissement du coeur est la meilleure préparation pour accueillir le don de Dieu. Le coeur qui se brise pour devenir chair (Ez 36, 26) offre un (...)

Je suis Tienne Seigneur abreuve moi de toi

« Dieu avait faim de l’homme » ainsi commence un cantique. Oui Dieu à travers Jésus vient toujours le premier solliciter l’homme. Il vient le chercher sur son terrain. Il le rejoint même lorsqu’il est sur des chemins de traverse. La rencontre avec la samaritaine ce dimanche est particulièrement éloquente. En effet, Dieu dépasse toutes nos constructions sociales intellectuelles, et j’en passe, pour venir nous chercher là où personne d’autre ne peut nous toucher, là où personne d’autre ne peut nous (...)

En route vers Pâques

En ce deuxième dimanche de Carême, la liturgie nous propose de méditer sur le mystère de la transfiguration, préfiguration de la résurrection. Jésus prend à part trois de ses disciples qui assistent à une théophanie. Jésus est bien l’envoyé du Père, il est dans la continuité de tout ce qui a été annoncé au peuple par la Loi (présence de Moïse) et les prophètes (présence d’Elie). La transfiguration est la révélation de la personne de Jésus, vrai Dieu et vrai homme. Le Père invite les trois disciples et, à travers (...)

du Carême à la Lumière

Entrer en Carême avant toute chose, c’est désirer l’accepter, entrer en Carême ensuite, c’est vouloir se mettre en route, entrer en Carême enfin, c’est savoir que l’on n’est pas seul.
Entrer en Carême, c’est déjà accepter d’y croire, entrer en Carême, c’est bien entendu faire confiance, entrer en Carême, c’est tout simplement se laisser faire.
Entrer en Carême, c’est d’abord s’oublier un peu, entrer en Carême, c’est bien sûr ne s’appuyer que sur Dieu, entrer en Carême, c’est finalement recevoir la victoire (...)

Nouvel article

La parole de Dieu de ce dimanche veut nous libérer de nos asservissements afin que nous connaissions la joie de Le servir sans inquiétude. Mais d’où viennent alors nos divisions, nos oppositions, nos conflits intérieurs ? Ne sommes-nous pas sans cesse en contradiction intérieure, divisés entre nos multiples appartenances contradictoires. Aujourd’hui c’est notre relation à l’argent que Jésus critique. Lorsque Jésus met en accusation l’argent trompeur, il dénonce le mensonge que représente ces quelques (...)

QUESTIONS DE MORALE

Le sermon sur la montagne, que nous entendons dans l’Évangile de ces Dimanches, est une occasion de choix pour envisager la morale chrétienne. Cette dernière a souvent mauvaise presse : on l’accuse, à tort, d’être dépassée et intolérante. Dans les débats de société actuels, la position de l’Église est la cible de nombreuses critiques.
Et pourtant, devant la multiplication des revendications individualistes, l’Église « experte en humanité », selon le mot de Paul VI, sert et défend la cause de la personne (...)

"Vous êtes la lumière du monde"

En ce 4ème dimanche du temps ordinaire, qui est en même temps celui de la santé, nous aurons la joie de célébrer sur le secteur pastoral la confirmation de 22 jeunes. Faudrait-il le rappeler ? La confirmation, qui est l’un des sacrements de l’initiation chrétienne, nous rend adulte dans le vécu et l’expression de notre foi. La jeunesse est l’avenir de notre Église... D’où L’appel qui est le nôtre d’un meilleur encadrement, d’une attention accrue pour être pour eux de véritables frères aînés dans la Foi. (...)

Présentation du Seigneur au temple

Présentation du Seigneur au temple, fête de l’offrande, de la lumière et de la rencontre
Nous célébrons, en ce dimanche, la fête de la Présentation de Jésus au Temple. Elle est à la fois la fête de l’offrande, de la lumière et de la rencontre.
Fête de l’offrande : Selon la loi de Moïse, tout premier né appartient au Seigneur, aussi Jésus est amené par Marie et Joseph au Temple de Jérusalem pour être offert au Père, pour être placé au service du Père pour le salut du monde.
Fête de la lumière : Le vieux (...)

Il parcourait, enseignait, guérissait

S’adressant au "carrefour des nations", c’est-à-dire à la région de Galilée, Jésus annonçait la Bonne Nouvelle du Royaume, guérissant aussi le peuple de toute
maladie et de toute infirmité. Voilà, en cette nouvelle année à la fois chronologique pour nous, et du temps ordinaire (3ème dimanche), un passage du premier des évangélistes, convenant tout à fait à la Pastorale de la Santé. Il s’agit d’un message de joie, rempli d’espérance pour ceux qui attendent, et de certitude pour ceux qui guérissent. En effet, (...)

Voici l’Agneau de Dieu !

Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde .
Jean-Baptiste nous annonce la venue du règne de DIEU dans l’histoire humaine, dans notre histoire. Tout cela s’accomplit en Jésus-Christ, c’est lui le serviteur consacré par l’Esprit Saint , c’est Lui « la lumière des nations » qui porte le salut aux extrémités de la terre jusque dans notre secteur.
Cette mission ira jusqu’à la croix pour nous racheter de la mort. L’eau et le sang jailliront de son côté comme deux rayons de lumière qui veulent (...)

Tous catéchumènes !

L’Evangile de S. Matthieu se termine sur ces paroles de Jésus : « Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples, baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit ». Les baptisés sont solidairement mandatés pour attirer de nouveaux disciples au Christ. C’est presque toujours une rencontre avec des chrétiens qui provoquera ou confirmera un désir de recevoir le baptême. Notre secteur a la joie d’accueillir 9 catéchumènes. Autant d’hommes et de femmes animés par un même désir : (...)

La nouvelle année, c’est une affaire de cœur.

Nous sommes passés d’une année à l’autre sans vraiment nous en apercevoir. En effet quels changements pouvons-nous remarquer depuis le 1 er janvier ? Les jours semblent toujours aussi courts, même s’ils rallongent peu à peu. Les soucis que nous avions fin décembre ne se sont pas envolés dans la nuit de la Saint Sylvestre.
Pour certains, l’année écoulée a été dans l’ensemble agréable, aussi souhaitent- ils que la nouvelle soit semblable, avec d’autres joies pour rompre la monotonie. Pour d’autres, elle a été (...)

« Reçois le Signe des Signes », c’est Noël

Demander un signe : les hommes aiment les signes parce qu’ils sont faibles et fragiles. Dans le premier testament, il en était déjà ainsi. Le roi Akaz, roi idolâtre qui avait passé son propre enfant par le feu pour le sacrifier aux idoles muettes, est convoqué par le Seigneur. Celui -ci vient encore à lui par le prophète Isaïe, afin de lui dire sa sollicitude qui est bien au-dessus du péché de l’homme. « Voici que la jeune femme est enceinte, elle enfantera un fils qui sera Dieu avec nous ». A l’orée de (...)

« Se préparer »

La voix de Jean-Baptiste criant dans le désert, est celle retentissante
depuis 2000 ans dans le coeur de l’Église : « Préparez les chemins du Seigneur ». Tournés vers le Christ, les prophètes de l’Amour de Dieu actualisent
sans cesse ce message, qui est proposé en toute liberté.
Serons-nous au rendez-vous, lorsque le Seigneur viendra ?
Il y a plusieurs manières d’ouvrir son coeur à la Parole de Dieu, au visage du Christ qui nous interpelle durant l’Avent : notre secteur nous propose ici un dimanche en (...)

Bonne année !

Bonne année liturgique à chacune et chacun !
En ce premier dimanche de l’Avent nous sommes invités par l’Église à nous mettre à l’écoute du silence, à nous retirer, autant que faire se peut, de l’éparpillement de nos activités débordantes, pour nous tourner vers l’intérieur de nous-même.
Nous ne sommes pas invités à nous soustraire du monde, mais à redécouvrir notre intériorité spirituelle. "Revêtons-nous pour le combat de la lumière nous dit St Paul, soyons vigilants, restons sobres". Épître aux Éphésiens VI, (...)

CLOTURE DE L’ANNEE DE LA FOI

Voici que s’achève l’année de la foi, souhaitée par le pape émérite Benoît XVI. Pendant un peu plus d’un an, de nombreuses initiatives ont fortifié ou réveillé la foi des catholiques. La foi est la première vertu théologale qui nous met en relation avec Dieu. Elle est comparable à la clé de voûte d’un édifice, discrète mais nécessaire. Sans la foi, toute l’action de l’Église est vaine et stérile, avec elle, rien n’est impossible puisque Dieu agit avec nous. Quel est le meilleur moyen pour nourrir notre foi ? La (...)

Voici que vient le jour Seigneurial !

Alors que nous avançons de plus en plus vers la fin de l’année liturgique, comme une trompette annonciatrice des fins dernières, ce cri retentit à travers toutes les lectures : Voici que vient "le jour Seigneurial" ou encore "le Seigneur des jours".
Pour faire court, voici que va venir le jour du jugement divin.
Ce jour-là, nous dit Malachie, consumera tous les arrogants.
Mais aussi, nous dit Jésus, il y aura des tremblements de terre, ça et là, et des épidémies de peste et des (...)

Un au-delà inimaginable !

Le mois de novembre est celui où nous pensons tout particulièrement à ceux qui nous ont quittés. L’Évangile de ce jour nous appelle à réfléchir sur la question la plus inévitable, la plus universelle que l’homme puisse se poser, celle de la mort. A l’époque de Jésus il y a les pharisiens qui croient à la vie éternelle et les sadducéens qui n’y croient pas. Ces derniers, émettent devant Jésus une hypothèse d’école pour prouver qu’ils ont raison. Jésus leur rétorque qu’ils ne sont pas dans la vérité. Il indique (...)

Pas de différences entre les hommes

Les hommes sont si étrangement faits,
que dans le juste milieu, on ne les voit jamais (La Bruyère)
En ce dimanche, la 1ère lecture de la Sagesse (ch.35) et l’Évangile selon Saint Luc (ch..18), entrent en notre cœur comme une belle résonance, une harmonie. L’Évangile : qui s’élève sera abaissé et qui s’abaisse sera élevée ! Le livre de la Sagesse : Dieu ne fait pas de différences entre les hommes.
Or, depuis notre enfance, nous avons très subtilement été enclins à comparer ou à nous comparer. Et les (...)

Voeux pour l’Aïd el-Kebir 2013

Aux responsables musulmans de France, aux amis musulmans et musulmanes Chers amis, L’Aïd el-Kebir est l’occasion de vous manifester nos liens de fraternité, le jour où vous commémorez la fidélité au Dieu d’Abraham, notre ancêtre commun dans la foi en un seul Dieu (1). Rapportant cet épisode de la vie d’Abraham, la Bible et le Coran, chacun à sa manière, rappellent que Dieu a créé tout être humain venant en ce monde et qu’Il ne veut pas que leur sang soit versé par une main humaine. Car la vie et la mort Lui (...)

Viens guérir nos lèpres !

Il ne se passe pas une journée sans que nous soyons confrontés à un besoin de réconciliation profonde avec nous-même, quand cela n’est pas le cas avec les autres et le Tout Autre. Par essence l’homme, même s’il est image et ressemblance de son créateur, est rempli de faiblesses. Celles-ci ont pu s’insinuer en lui au travers de son histoire de croissance. Parmi ces choses qui nous font mal et nous détruisent, si les blessures extérieures sont traitées par la médecine, il reste des cicatrices plus (...)

Saint Bruno, Apôtre du silence

En ce 6 octobre, nous fêtons saint Bruno, un saint peu connu et dont la fécondité est pourtant extraordinaire. Pendant 20 ans, il enseigne la théologie à l’université de Reims, où lui-même a étudié. Pressenti pour remplacer l’évêque, il préfère tout quitter pour mener une vie d’ermite. Avec quelques compagnons, il est accueilli par l’évêque de Grenoble, et ils s’installent dans le massif de la Chartreuse en 1084. En 1092, il part en Calabre fonder un autre ermitage. Depuis 900 ans, les Chartreux fécondent le (...)

Nous devons soigner les blessures

Ce Lazare dont il est question dans l’Évangile de ce dimanche est un homme blessé. Ses plaies ne sont certainement pas qu’extérieures. Il souffre en silence. Personne ne s’intéresse à lui. Ceux qui souffrent le plus de l’isolement ce sont souvent les sans-voix. Jésus aujourd’hui attire notre attention sur les blessés de la vie. Notre Pape François ne cesse de nous envoyer vers eux. Ils sont nombreux autour de nous ; nous le sommes tous, plus ou moins. L’Église a une triple tâche : l’annonce de la (...)

ÉCOLE CATHOLIQUE

Le 1er septembre est entré en vigueur un nouveau statut de l’enseignement catholique. Il y a quelques années, il m’aurait été difficile d’en parler : aujourd’hui, chacun admet que des chrétiens convaincus puissent choisir soit l’enseignement public, soit l’enseignement catholique, suivant les circonstances et les caractères de chacun des élèves.
L’évènement, aujourd’hui, est la publication de ce nouveau statut de l’enseignement catholique (le précédent datait de 1992). Il nous rappelle qu’en Essonne plus de (...)

Une rentrée pleine de Sagesse

Les lectures de ce Dimanche sont clairement orientées vers une thème commun : la sagesse. Dans l’AT, elle est perçue comme un attribut de Dieu, une Puissance qui L’assiste dans la Création. Il faudrait relire le très beau passage du livre des Proverbes, où la Sagesse prend la parole (Pr 8). La Sagesse souhaite instruire les hommes, afin qu’ils réussissent dans leurs entreprises. Le malheur des hommes vient trop souvent d’une action non préparée, d’une décision prise trop rapidement, sans avoir pris le (...)

Rien qu’aujourd’hui.

Rien qu’aujourd’hui, j’essaierai de vivre exclusivement la journée sans tenter de résoudre le problème de toute ma vie.
Rien qu’aujourd’hui, je porterai mon plus grand soin à mon apparence courtoise et à mes manières je ne critiquerai personne et ne prétendrai redresser ou discipliner Personne si ce n’est moi-même
Rien qu’aujourd’hui, je serai heureux dans la certitude d’avoir été créé pour le bonheur, non seulement dans l’autre monde, mais également dans celui-ci.
Rien qu’aujourd’hui, je (...)

Méditons le Notre Père

En ce 17ème dimanche du temps ordinaire, au coeur de l’été, l’Évangile, ainsi que la première lecture, nous parlent de la prière. Avouons-le, nous avons tous le désir de prier, d’entrer en relation, en communion avec le Seigneur. Nous sentons bien que sans la prière, nous ne pouvons pas nous réclamer du Christ, que c’est en Lui que nous pouvons puiser force et lumière pour notre vie quotidienne. Or, nous nous apercevons bien souvent que nous ne savons pas prier. Nous faisons nôtre la demande des (...)

Vivez les JMJ de Rio

"Allez ! De toutes les nations faites des disciples !" Mt 28,19
Vivez les JMJ de Rio du 23 au 28 juillet 2013 sur KTO, du 15 au 29 juillet, le cœur des JMJ bat sur KTO. KTO est la chaîne de télévision française à retransmettre l’intégralité des JMJ de Rio. Cet été, la chaîne catholique se déploie pour offrir au plus grand nombre la communion avec les jeunes, en cette année de la foi. À voir sur KTO et ktotv.com. ou sur France2, avec « Le Jour du Seigneur » les dimanches 21 et 28 juillet, deux matinées (...)

En Avant… Le Seigneur nous appelle…

En ce 13ème dimanche du temps ordinaire, alors que nous entrons résolument dans le temps des vacances, l’appel du Seigneur retentit de manière radicale dans notre quotidien. « Laisse les morts enterrer les morts, toi va annoncer le Règne de Dieu. » Mais comment annoncer ce Règne ? Faut-il le faire à coup de menaces et d’intimidations ? Selon l’Esprit du monde ? Devant la tiédeur, voire le refus de nos contemporains d’entrer dans les catégories de la parole de Dieu, un immense champ à moissonner s’ouvre (...)

Venez et voyez, agissons ensemble !

« Pour vous, qui suis-je ? ». C’est la question que Jésus a posée autrefois à ses apôtres, c’est la question qu’il pose à chacun de nous aujourd’hui.
En ce dimanche a lieu l’assemblée paroissiale de Brunoy. Le thème retenu par l’équipe animatrice pour cette journée est : « venez et voyez , agissons ensemble ».
« Venez et voyez », c’est la réponse que Jésus donne à ses deux premiers disciples qui lui posent cette question : « où demeures-tu ? ».
Ce qui nous est demandé, avant de partir en mission, c’est (...)

« VA EN PAIX, TES PÉCHÉS TE SONT REMIS ! »

« Simon j’ai quelque chose à te dire » Et à nous aussi, le Seigneur n’aurait-il pas quelque chose à nous dire ? Prêtons l’oreille. Si Jésus interpelle Simon par son nom, ce n’est pas anodin. Simon ne signifie-t-il pas : souviens-toi ? Le Psalmiste ne dit-il pas : « Souviens-toi que le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob que tu adores, ne repousse pas un coeur brisé par le repentir » ? . Simon a oublié le visage de miséricorde de Dieu qui s’annonçait dans les Écritures de la première Alliance, il s’est (...)

Tous pour la vie !

Être chrétien, c’est croire à la vie. Être chrétien, c’est espérer un lieu, un temps où la mort sera morte. En effet par sa résurrection Jésus a renvoyé la mort à son néant.
Si celles de nos proches nous imposent une douloureuse séparation, elles ne sont pas pour autant une cessation. Notre foi au Christ n’est-elle pas plus grande que l’événement ? Notre évêque, Michel Dubost nous a dit : Nous n’allons pas vers la mort, nous allons vers la vie .
Deux lectures clés vont alimenter notre foi, ce dimanche : le (...)

Adoration mondialisée

Ce dimanche 2 juin, solennité du Saint Sacrement, le pape François invite l’Église Catholique à vivre un temps d’adoration en commun. A 17 h (heure de Rome), dans toutes les cathédrales, et dans toutes les églises qui le peuvent, il sera proposé un temps d’adoration. Cette première mérite d’être soulignée et sera certainement reconduite d’année en année. Elle nous invite à méditer sur une évangélisation de la mondialisation. Celle-ci conduit la marche des hommes depuis l’aube de l’humanité, mais ces dernières (...)

"Il reprend ce qui est de moi pour vous le faire connaître"

Dimanche dernier, nous avons fêté la Pentecôte, l’esprit du Seigneur qui habite l’Église et chaque croyant, ce qui nous fait entrer dans le mystère de ce dimanche, la vie intime du Seigneur. Ce que les Pères de l’Église ont formalisé sous le concept de la Sainte Trinité. Dieu Saint en trois personnes unies dans une communion de vie et d’amour sans nuage et sans faille.
Ce que veut le Père, le Fils le veut également, et l’esprit l’accomplit. C’est le Père qui a créé le monde par la force de son Verbe, et (...)

SANS LE SOUFFLE DE L’ESPRIT …

Sans le souffle de l’Esprit Saint envoyé sur les apôtres le jour de la Pentecôte, il n’y aurait pas aujourd’hui d’Église. L’enseignement donné par le Christ durant ses trois années de vie publique, la présence du Ressuscité au matin de Pâques, tout cela n’aurait eu aucun retentissement dans le coeur des disciples et des témoins. Personne pour proclamer le message et donc personne pour l’entendre et le transmettre. Sans le souffle de l’Esprit Saint, les martyrs n’auraient pas eu la force de verser leur sang (...)

Les Demeures

Après sa résurrection, le Seigneur promet à ses apôtres l’envoi de l’Esprit Saint. Cette période mêlée à la fois de consolation et d’attente, précède l’Ascension. Christ est ressuscité et Christ est promesse d’un Royaume nouveau.
Ce Royaume passe désormais par notre libre acceptation de l’Amour de Dieu pour le monde, prenant sa source, son déploiement et son achèvement en la personne de Jésus- Christ.
Par lui, nous devenons Enfant de Dieu au Baptême mais aussi la Demeure du Dieu trois fois saint. Cette (...)

L’évangile d’aujourd’hui : une exigence

Le passage d’évangile que nous propose l’Église en ce dimanche est quelque peu déconcertant. Jésus sait que son sort est décidé, Judas est sorti pour le trahir et il déclare : « Maintenant le Fils de l’homme est glorifié ». Qu’est-ce que cela veux bien nous dire ? La gloire de la Croix est trop éblouissante pour nos yeux. Si la gloire de la Croix demeure pour nous impénétrable, la gloire de la Résurrection devrait donner du sens à nos vies. Puis Jésus de façon tout aussi déconcertante nous donne cette parole (...)

Journée mondiale des vocations

Le 4ème Dimanche de Pâques est consacré à la prière pour les vocations. Ce mot fait spontanément penser à la vocation au sacerdoce ou à la vie religieuse. Mais n’est-ce pas réduire le sens et la profondeur de ce mot ?
Vocation vient du latin vocare c’est-à-dire "appeler". Les chrétiens sont tous appelés à vivre de l’Évangile et à façonner leur vie sur le modèle de Jésus-Christ.
Les vocations dans l’Église sont complémentaires et inséparables, comme les membres d’un même corps. Il faudrait ici relire le 12ème (...)

Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes

En ce troisième dimanche de Pâques, nous continuons de célébrer le jour Seigneurial de Pâques. Cette fois -ci, trois tableaux nous sont offerts à contempler : Commençons par la vision magnifique de l’Apocalypse : comment ne pas être éperdu de reconnaissance et d’amour devant Cet agneau égorgé mais glorieux, ce messie crucifié, mais exalté ! C’est bien lui que proclament les apôtres au point ne ne plus craindre pour leurs vies... Car Nous redisent-ils dans une formule lapidaire : "lui que vous avez tué, Dieu (...)

De la peur à la joie

Après la mort de Jésus, les disciples ont peur et on les comprend ! Et parce qu’ils ont peur, ils ont verrouillé les portes du lieu où ils se tiennent. Ils se sentent seuls, comme abandonnés. La peur en- ferme, elle isole, elle empêche d’avoir des contacts avec l’extérieur, elle produit des vagues et fait battre le cœur.
Et voici que Jésus se donne à voir et leur adresse la parole : « la paix soit avec vous ! ». Une nouvelle fois Jésus va, par sa présence et ses mots, apaiser la tempête. Cette fois-ci (...)

Merci mon Dieu !

Avant Pâques, un nouveau Pape !
C’est une grande joie pour tous !
Elle est simple et donc, elle vient de l’Esprit Saint.
Et aujourd’hui, avec le Pape François, l’Église Universelle célèbre la Résurrection de son Seigneur.
Il est présent parmi nous, notre amour en témoigne.
De joie en joie, nous magnifions le Dieu, trois fois Saint !
Les messages abondent et nous cherchons toujours à en élucider les sens et les secrets …
Or enfants de Dieu, il nous faut pérégriner dans l’humilité, accepter de (...)

PASSION ET COMPASSION

Nous voilà arrivés au terme de ce carême pour entrer dans la Semaine Sainte qui nous conduira à travers les ténèbres de la Passion à la lumière de la Résurrection.
Le récit de la Passion, que nous entendons en cette fête des Rameaux avec ses dernières paroles : Père, entre tes mains je remets mon esprit, nous donne de réfléchir sur cette attitude d’un abandon total, filial, librement consenti.
Aussi, répondant à son espérance, le Père l’a réveillé au matin du troisième jour et l’a élevé au dessus de (...)

« Il y a tant d’années que je suis à ton service ! »

C’est la revendication du fils aîné que nous réentendons ce dimanche. En effet, que de fois n’avons-nous pas, nous aussi, récriminé contre la bonté indicible de ce Grand Dieu ? St Jean nous répond en écho. Dieu est plus grand que notre coeur, et il connaît toutes choses. La liberté humaine reste un don de Dieu pour aider l’homme à trouver sa voie. Dans l’évangile de ce dimanche, Luc ne veut pas tant que nous nous fixions sur les errements du fils cadet ou la dureté du fils aîné, que sur la bonté et la (...)

LAISSE-LUI UNE CHANCE !

En ce troisième dimanche de Carême, Saint LUC souligne la nécessité de se convertir à temps et à contre temps. Arrêtons-nous à la parabole du figuier qui semble vouloir décrire nos lenteurs dans la compréhension de l’Évangile à certains moments de notre vie.
Certes, nous occupons le sol, nous occupons le terrain de nos engagements, nous épuisons la terre, nous épuisons les autres, mais pour quelle fécondité ? Le Maître quant à Lui vient inexorablement chercher des fruits pour son Église, les fruits de la (...)

« Comme une promesse de gloire »

En ce deuxième dimanche de Carême, la liturgie de la Parole nous invite à méditer le récit de la Transfiguration. Vivre un carême, c’est pour le chrétien sincère une occasion de prières et de partages, sans doute d’efforts et très certainement de conversion personnelle. C’est peut-être cela le plus important. Charles de Foucault disait :
« la première chose la plus utile aux âmes est de travailler de toutes nos forces et continuellement à notre conversion personnelle ». Donc , le récit de la Transfiguration (...)

Une décision courageuse

C’est lundi dernier, un peu avant midi, que j’ai commencé la rédaction de cet éditorial. Le sujet en était tout trouvé : le temps du Carême. Avant de me remettre à la tâche, dans l’après-midi, j’ai appris l’événement de la journée : l’annonce faite par le Pape de renoncer à sa charge à partir du 28 février. J’ai alors pris la décision de changer de thème.
Comme tous, y compris ceux qui auraient pu être informés, j’ai été surpris. Un Pape qui renonce à sa charge est un fait très rare dans l’histoire de l’Église. (...)

Maladie et guérison

Ce Dimanche, plusieurs d’entre nous vont recevoir le sacrement des malades, au cours de la messe de clôture de la visite pastorale. Ce sacrement à pour fondement ce passage de la lettre de S. Jacques : « Quelqu’un parmi vous est-il malade ? Qu’il appelle les presbytres de l’Église et qu’ils prient sur lui après l’avoir oint d’huile au nom du Seigneur. » (Jc 5, 13b – 14). Le prêtre qui administre le sacrement des malades fait une onction d’huile sur le front et sur les paumes du malade. Cette huile est (...)

Pour une Église prophétique

En ce 4ème dimanche du temps ordinaire de l’année C, nous méditons sur la dimension prophétique de l’Église. Pour ainsi dire nous méditons sur l’un des traits qui fait son identité profonde, hormis sa fonction royale et sacerdotale.
En effet, c’est le prophète Jérémie qui attire notre attention sur l’onction qui nous confère cette mission. Elle vient du Seigneur lui-même qui nous appelle de par notre naissance. Et lorsqu’on dit onction, on dit élection et donc préférence gratuite du Seigneur.
Et (...)

BÂTIR L’UNITÉ

Voici que s’est achevée ce vendredi la semaine de prière pour l’unité des chrétiens. Partout dans le monde, des anglicans, des protestants, des orthodoxes et des catholiques ont cherché à mieux se connaître et à dépasser leurs différences. Ils ont prié pour que puisse advenir le jour où tous les baptisés seront enfin en pleine communion. Nous aussi, dans notre secteur, nous avons cherché à vivre cette semaine de l’unité. Nous avons rencontré la communauté du Séminaire orthodoxe russe d’Épinay. En l’Église (...)

CANA

Jean, « le disciple que Jésus aimait », rapporte ce premier signe : A Cana en Galilée, l’eau est changée en vin par Jésus. On pourrait se demander : Ce miracle aurait-il existé si la maman de Jésus ne lui avait pas parlé, ou si la noce n’avait pas eu lieu, ou encore si cette scène ne s’était pas déroulée en Galilée : le carrefour des Nations.
Ces trois réalités « poussant « au signe miraculeux : la mère, le mariage, la terre des païens, sont certainement des ferments favorables où l’incarnation du Dieu d’Amour (...)

Le baptême du Seigneur

Nous célébrons aujourd’hui la solennité du Baptême du Seigneur qui vient clôturer le temps de Noël que nous venons de vivre. L’évangéliste Luc nous présente Jésus venant se faire baptiser auprès de Jean-Baptiste. Nous pouvons penser que Jésus à ce moment là présenta à son Père toutes celles et ceux qu’il portait à travers ce geste qu’il venait de poser. Heureux sommes de savoir que Jésus a donc parlé de chacun d’entre nous à son Père. Ne faisons-nous partie de la famille de Dieu ? Ce baptême marque notre (...)

QUELQUES SOUHAITS POUR L’ANNÉE QUI COMMENCE

Nous venons d’entrer dans une nouvelle année. Que pouvons-nous souhaiter pour notre monde, notre société, notre Église, notre famille, pour chacun de nous ?
Pour notre monde. Que les foyers attisés par le feu de la haine puissent être éteints par l’eau de la paix. Que les hommes préfèrent la douceur des négociations au bruit des armes…
Pour notre société. Que les vraies valeurs immuables soient reconnues par tous pour le bien de notre humanité. Que nous puissions trouver quelques éléments de réponse à (...)

Aujourd’hui, en Marie, l’amour de Dieu s’est rendu visible…

Qu’exulte tout l’univers ! Que la terre entière bondisse de joie et d’allégresse, car il est venu dans notre chair celui par qui tout a été fait. En effet, en ce dernier dimanche de l’Avent, nous sommes déjà plongés dans l’évènement de notre salut : la naissance de Jésus, celui qui vient « tout sauver ». Le souverain berger que nous attendons, contrairement à nos constructions mentales, n’est pas un évènement culturel, fêté tous les ans pour faire mémoire. Il est bien plus que cela. Il est celui-là qui (...)

Que devons-nous faire ?

Jean Baptiste est un bon conseiller spirituel. Il sait apporter la parole qui convient à ceux qui viennent le trouver. Vous avez sans doute remarqué la diversité des personnes : des publicains, des soldats. Les premiers sont collecteurs d’impôts, les seconds font régner l’ordre, tous soumis au pouvoir romain ; bref, des personnes peu appréciées des Juifs les plus orthodoxes qui, eux aussi, se rendent auprès de Jean. A chacun le précurseur répond de façon adaptée et concrète.
Le bouche-à-oreille (...)

Prêt ?

Les textes sacrés nous invitent en ce Temps de l’Avent à une préparation.
« préparez les chemins du Seigneur », crie Jean-Baptiste le prophète.
1– Il y a plusieurs manières pour préparer : - Faciliter les relations, la communication - Échanger des paroles, des attitudes aimables - Participer à l’effort humain d’une humanité plus juste.
2 - Il y a plusieurs manières pour se préparer : - Prendre du temps pour soi (lorsqu’on se prépare
à inviter quelqu’un on se soigne pour être agréable.) - Se purifier (...)

AVENT ET DIACONIA 2013

L’avent 2012 ouvre une nouvelle année liturgique. Très bonne année à chacune et à chacun et, que notre désir d’aller vers la rencontre du Seigneur se fortifie tous les jours davantage dans ce « service de la fraternité » qui nous est proposé avec la démarche "Diaconia 2013".
Servir la fraternité dans l’Église et dans la société, laisser Dieu convertir tous nos rapports et d’abord avec les personnes les plus fragiles, telle est notre feuille de route pour cette année.
Dans sa première encyclique "Dieu est (...)

Servir, c’est régner

La solennité du Christ, Roi de l’Univers marque la fin de l’année liturgique. Dans une semaine, nous commencerons une nouvelle année, pendant laquelle l’Évangile de Luc sera lu chaque Dimanche. Cette fin d’année nous incite d’abord à rendre grâce pour le temps précieux qui nous est donné. Nous sommes invités à relire ce que fut cette année : Qu’avons nous découvert ? Quelles grâces avons-nous reçues ? L’année qui s’ouvre nous incite à envisager l’avenir : Quel projet le Seigneur a-t-il pour chacun de nous ? Et (...)

Maranatha ! Viens, Seigneur Jésus !

Ce dimanche qui est le 33ème du temps ordinaire annonce déjà la fin de l’année liturgique. Et tout, dans les textes qui nous sont proposés, la laisse entrevoir. En effet, la venue du « Fils de l’Homme » coïncidera avec l’apocalypse… qui est souvent traduit comme la fin du monde ; et nous les chrétiens nous y entendons la fin d’un monde et la révélation des Fils de Dieu. Car derrière ces images terrifiantes qui ne vont pas sans agiter plus d’un imaginaire, bien des prophètes de malheur se sont levés pour (...)

LES PAUVRES SAVENT DONNER

Quel contraste entre, d’une part les scribes dont il est question au début de cet Évangile, et d’autre part cette pauvre veuve qui se manifeste à la fin de ce passage. Les scribes sont des hommes instruits, des théologiens, des personnes qui ont de l’argent et aiment se montrer en public. La veuve, une femme sans instruction, pauvre et qui cherche à se faire oublier. Jésus vient s’asseoir dans le Temple avec ses disciples, et là il observe. Des personnes de toutes conditions sociales défilent et (...)

Il y a un Être qui est l’Amour !

Il y a un Être qui est l’Amour !
L’Évangile de ce dimanche nous rappelle
l’essentiel. Le ciel- même dans son essence !
« Aimer » ! Aimer vaut plus que tous les sacrifices. Effectivement,
je peux observer des prescriptions,
suivre des rituels à la lettre, connaître lois et commandement,
envoyer des chèques très loin d’ici,
me croire juste au fond, devant Dieu ; mais hélas…
haïr mon prochain le plus proche au fond de mon
coeur !
Tout l’enjeu de notre existence passe par le
choix libre de l’amour, à chaque (...)

L’intuition de la foi

L’évangile de ce dimanche nous met en présence de la guérison de l’aveugle BARTIMEE. Son cri de détresse va déranger la foule qui va s’aventurer à le faire taire. Sa détermination étant à la mesure de la conscience de son impuissance il criera de plus en plus fort : « Jésus, Fils de David aie pitié de nous ». Dieu va lui faire le don le plus précieux qui soit, dans la foi, il va lui donner de le « voir » en Jésus qui se tient là devant lui. Aussitôt ses yeux vont s’ouvrir et BARTIMEE va se mettre à suivre (...)

Mission Impossible ?

En cette journée de la mission universelle de l’Eglise, nous sommes invités à méditer sur le coeur battant de la vie de l’Eglise : la mission. Après Sa victoire sur la mort, le Christ ressuscité envoie Ses Apôtres : « Allez donc, de toutes les nations faites des disciples » (Mt 28, 19). Mais au fond, qu’est-ce que la mission ? Il s’agit simplement de rendre témoignage au Christ. L’archétype de la mission est le premier discours de S. Pierre au matin de la Pentecôte. La mission consiste à faire connaître à (...)

La vraie richesse

Et il s’en alla ... tout triste. Il avait de grands biens !
En ce 28ème dimanche du temps ordinaire de l’année "B", nous sommes invités par la liturgie à méditer sur le jeune riche.
La question que celui pose à Jésus est admirable : "Maître que dois-je faire pour avoir la vie ?". Jésus le renverra aux commandements.
En effet ceux-ci semblent constituer le premier pas vers le Royaume. Mais ils ne sont que le premier pas. Il faut aller beaucoup plus loin. C’est l’expérience de ce jeune homme qui (...)

Ne touchons pas au mariage !

En lisant les textes de ce 27ème dimanche, on ne peut pas dire qu’ils sont déconnectés de l’actualité dont on nous rebat les oreilles ! Le mariage : on en parle dans l’Evangile et dans tous nos journaux. L’approche n’est pas forcément la même !
On écoute bien tous ceux qui donnent leur point de vue sur ce sujet : pourquoi ne pas écouter Jésus qui, lui aussi, donne son avis ? C’est ce à quoi sont appelés les chrétiens en ce dimanche.
Jésus nous invite à remonter au commencement du monde. Dieu, le (...)

Comme un Souffle de Liberté

CE DIMANCHE, nous entendons un passage de Livre des Nombres dans la Bible. Il s’insère dans le Pentateuque. Relatant les recensements, il constitue pour les spécialistes le plus complexe des Livres.
IL RAPPORTE la traversée du peuple Hébreux du Sinaï au pays de Moab en Transjordanie. Cette marche, ce déplacement durera 40 ans, connaissant les conditions du désert, l’épreuve de la Foi, les prescriptions de Moïse, le Vent de l’Esprit pour un peuple en formation. La Nuée, la Tente de la rencontre, les (...)

HUMILITÉ ET SERVICE

Ce matin ne vous êtes vous pas demandé comment alliez vous faire pour évangéliser le monde ? Eh bien, ce matin, Jésus nous indique le chemin à prendre. Je vous l’accorde, il est renversant à plus d’un titre : « si quelqu’un veut être le premier, il sera le dernier de tous et le serviteur de tous ».
Pouvoir, visibilité au sein de la communauté, dans nos lieux de vie, première place, ascension sociale … que ne faisons-nous pas pour un « plan de carrière ».
Jésus nous propose de changer nos modes de (...)

Croix glorieuse ?

Au milieu du mois de septembre, la liturgie nous invite à célébrer la Croix glorieuse. Cette fête remonte au IVème siècle, elle fait mémoire de la découverte de la vraie Croix par Sainte Hélène, mère de Constantin. D’après la tradition, elle serait venue en pèlerinage à Jérusalem sur les Lieux Saints, et elle aurait été guidée jusqu’à retrouver la Croix du Christ un 14 septembre. C’est pourquoi nous fêtons la Croix à cette date. C’est la seule fête de tout le calendrier qui lui soit consacrée. Nous la fêtons en (...)

EFFATA ! - Prenez courage ...!

EFFATA !
C’est le cri de Jésus en ce 23ème dimanche du temps ordinaire et en ce début d’année pastorale avec tous les défis qui se présentent à nous dans nos morceaux de vie : professionnelle, familiale, scolaire...
Et nous avons envie de crier nous aussi vers Jésus, qu’il touche non seulement nos yeux, mais aussi notre bouche et nos oreilles ; car sourd-muet nous ne le sommes sûrement pas sur le plan physique, mais que de cécités, de surdités et de mutismes qui nous paralysent spirituellement !
Oui (...)

C’est la rentrée !

C’est pour tous la rentrée, y compris pour les rédacteurs et les metteurs en pages de la FIP. J’espère que vous avez pu profiter de ce temps de vacances pour vous reposer, échanger avec les membres de votre famille, découvrir de beaux paysages ou monuments, prendre du recul en présence du Seigneur.
Que sera cette année qui commence ? Il est vrai que la situation concernant l’emploi inquiète bien des personnes. Certains, parmi ceux qui ont du travail, se demandent s’ils n’ont pas une épée de Damoclès (...)

De quel soleil cet été viendra ma lumière ?

En ce début de juillet, la liturgie nous invite à découvrir Jésus à travers le 6ème chapitre de Marc. Peu à peu les apôtres découvrent en Jésus la lumière éclairant leur vie, leurs choix…
Nous-mêmes, un peu comme il est dit du village et des voisins de Jésus, manquons nous de foi… Qui est-il ? Jean-Baptiste en prison, fait demander si Jésus est bien le Messie qui doit venir ?…
Et cette foi, cette adhésion, comme il y a 2000 ans, se fera avec le temps… Prenons, nous aussi du temps pour Dieu, pour contempler (...)

Il nous a faits pour la vie !

En ce 13ème dimanche du temps ordinaire , nous contemplons Jésus qui pose deux actes de salut.
D’abord la guérison de cette femme qui se vide de son sang, donc de sa vie, depuis 12ans ; et cette jeune fille de 12 ans dont la vie s’est brusquement interrompue. Ce faisant, Jésus se révèle à nous comme "La source de vie".
En relisant cet évangile, comment ne pas entendre, comme en écho, le récit de la création du monde où Dieu appelle la vie en la tirant du néant et du chaos ? Comment ne pas réentendre ce (...)

Dieu fait grâce, qu’il soit loué !

Aujourd’hui, la liturgie dominicale du Temps ordinaire fait place à une grande fête, une solennité : la Nativité de Jean-Baptiste. Jean est celui que Dieu a choisi pour préparer la venue de son Fils en ce monde. Il est la voix qui crie dans le désert : « Préparez le chemin du Seigneur ; faites-lui des sentiers bien droits ! » Lc.3, 4.
La naissance de Jean dont le nom signifie « Dieu fait grâce » est l’accomplissement de la promesse de Dieu. En effet, Dieu a fait grâce à Élisabeth, appelée « la femme (...)

Appelés à rendre grâce

Nous sommes à l’heure des bilans, des évaluations. Au terme d’une année bien remplie, les services et les mouvements regardent ce qui a été fait, et, forts de leur expérience, lancent déjà quelques jalons pour la rentrée de septembre. A Brunoy a lieu ce dimanche l’assemblée paroissiale.
La parabole de la semence qui se développe (Évangile de ce dimanche) peut nous aider à réfléchir sur l’action que nous avons menée. Nous pourrions très bien nous enorgueillir de ce que nous considérons comme une réussite dans (...)

« Qu’il est grand le mystère de la foi ! »

La fête du Sacrement du Corps et du Sang du Christ nous donne de pouvoir
confesser notre foi vivante grâce à la liturgie unique de ce jour, chef d’oeuvre de doctrine théologique et de poésie dont l’auteur est St Thomas d’Aquin.
Jésus est devenu le médiateur d’une alliance nouvelle avec Dieu, son corps et son
sang en sont les signes. Le sang de Jésus n’est certes pas celui d’une vie perdue, mais bien le sang d’une vie donnée et reçue, le sang de l’alliance nouvelle et éternelle, sang d’une vie partagée. (...)

Comme la plus belle Fête !

Cette fête de la Sainte Trinité nous met au cœur de notre confession chrétienne,
Je crois au Père, au Fils, au Saint Esprit.
Trois personnes divines, unies et distinctes. Peut-être est-ce aujourd’hui où nos cœurs devraient être remplis de joie et de confiance.
La Trinité est l’origine de toute sainteté, le début et le commencement (vers l’achèvement et non vers la fin en nous). Nous sommes entourés, nous sommes habités.
Cette Union Céleste nous aime, Elle ouvre la messe, Elle est notre ciel sur la (...)

« Esprit de vérité au plus intime de nous-mêmes et au coeur du monde »

L’actualité de nos jours est marquée par une exacerbation, une peur de se dissoudre dans l’abîme que constitue la civilisation globale. Enjeu vis à vis duquel notre époque essaye de faire face avec plus ou moins de succès. Quelle sera la texture finale de cet entremêlement de civilisations les unes très souvent aux antipodes des autres ? Et quelquefois se méprisant souverainement quant aux pratiques, et aux visions du monde partagées par chacune ? Comment un chrétien aujourd’hui digne de ce nom peut-il (...)

Jésus prie pour nous

À l’heure de se séparer de ses disciples, Jésus, préoccupé par le sort de ses disciples de tous les temps, les confie à son Père.
Dans sa prière, il demande d’abord au Père de garder ses disciples dans la fidélité à son nom. Il prie pour que ses amis soient gardés dans la vie même de Dieu, qu’ils vivent avec Dieu et demeurent unis au Père. De cette union découlera l’union entre disciples.
La joie que Jésus demande ensuite au Père dans sa prière pour ses disciples est la conséquence de leur union au Père. Si (...)

APPELÉS À ENTRER DANS L’INTIMITÉ

Saint Jean nous rapporte ici les dernières confidences de Jésus la veille de sa mort. A l’origine, tout l’amour est concentré en Dieu. Il en est la source. Les trois personnes de la Sainte Trinité ne cessent de s’aimer, de toute éternité, d’un amour sans failles. De cet amour se dégage une immense joie.
Dieu a voulu que des créatures puissent vivre de cet amour. C’est pourquoi il nous a créés. Il a envoyé son Fils unique qui a fait de nous, non ses serviteurs, mais ses amis. C’est lui qui nous a révélé ce (...)

Branché au Christ

En ce Dimanche il nous est demandé de rester fermement attaché, branché au Christ.
C’est à huit reprises, que Saint Jean nous appelle à « Demeurer » en présence de Jésus, car en dehors de Lui « nous ne pouvons rien faire ».
Jésus n’est-il pas la « vraie vigne » dont le Père est le vigneron ? Tous nous pouvons être greffés sur ce cep vivant et vivifiant.
Laissons-nous nous envahir par la présence du Sauveur qui est toute Miséricorde et qui nous attend dès aujourd’hui. Osons la rencontre, venons boire à la (...)

« Entre la pierre et la grâce ! »

« Ce Jésus est la pierre que vous aviez rejetée, vous les bâtisseurs, et il est devenu la pierre d’angle ». Cet extrait des Actes des Apôtres résonne avec le psaume 117 : « Sur la pierre méprisée par les maçons, Dieu a fondé son oeuvre ».
Les thèmes de la construction et de l’édifice comme demeure de Dieu, sont fréquents dans la Bible.
Ils nous mettent devant une interrogation essentielle : Suis-je bâtisseur d’un monde plus humain ? Suis-je une pierre vivante dans l‘Église du Christ ?
A ces deux questions (...)

La paix soit avec vous !

En ce deuxième dimanche après Pâques qui est celui
de la "miséricorde divine", nous sommes devant l’icône
de la première communauté chrétienne : "un seul coeur, et
une seule âme, une grande force de témoignage, le partage
entre frères".
Être enfant de Dieu c’est cela... car Dieu ne nous appelle
pas à constituer une organisation de plus, si philanthropique
soit-elle, dans la nuée de celles qui existent déjà...
Mais, il nous veut sacrement de sa présence au milieu
des hommes. Et comment cela ? C’est en (...)

CHRIST EST RESSUSCITÉ, ALLELUIA !

AUJOURD’HUI, avec beaucoup de joie, nous proclamons la Résurrection du Seigneur. Celui qui avait bel et bien été mis à mort, est bel et bien ressuscité ; Il est revenu à la vie. Dieu l’a relevé de la mort comme en témoignent Pierre et ses compagnons. Le Christ est ressuscité, Il est vivant !
LE CHRIST ressuscité est le même que les disciples ont connu, mais il n’est plus au milieu d’eux de la même manière. Le passage par la mort l’a transformé.
L’entrée dans le monde de la Résurrection a fait de lui un (...)

Invitation à entrer dans la Semaine Sainte

Nous entrons dans la Grande Semaine, sommet de l’année liturgique. En ce dimanche des Rameaux nous sommes venus avec notre branche de buis que nous agitons, non comme un porte-bonheur, mais pour acclamer celui qui nous donne la vie, Jésus notre Sauveur.
Comment allons-nous vivre cette semaine ? Allons-nous nous contenter de la messe des Rameaux, et peut-être de celle de Pâques ? Le Seigneur Jésus ne nous invite-t-il pas à plus que cela ?
Mardi soir à la cathédrale d’Évry sera célébrée la Messe (...)

NOUS VOUDRIONS VOIR JÉSUS…

En ce cinquième Dimanche de carême laissons-nous toucher par cette « quête
de sens » manifestée par ces sympathisants de l’Évangile qui veulent voir Jésus.
« Là où je suis sera mon serviteur ». Ne sommes nous pas ses serviteurs dans l’aujourd’hui de nos vies ? Au coeur de ce Carême plaçons notre vie là où il vit et comme il vit.
Prenons encore plus de temps à entendre, méditer sa parole, pour la communiquer à nous même et à nos frères. Dieu se sert des évènements de notre humanité pour agir. Laissons nous (...)

Comme une fête de Pâques anticipée !

La bonté de Dieu se déploie dans la vie de l’Église depuis 2000 ans. Elle est aussi la marque des baptisés. Elle est l’activité continuelle de l’Esprit-Saint par la vie de grâce dont les enfants de Dieu jouissent dans le Christ.
C’est lui, le Christ Jésus qui nous a ouvert les portes, les effluves infinies du cœur de Dieu. Il est la lumière, Il nous a fait connaître Dieu le Père. Beaucoup l’attendaient avant nous ou même le pressentaient. Le Fils de Dieu, source de bonté, est la liberté même. Il continue (...)

Nous proclamons un messie crucifié !

Je suis le Seigneur ton Dieu qui t’a fait sortir de la maison d’esclavage... c’est ainsi que commence le texte connu sous le célèbre nom de décalogue.
Les dix paroles par lesquelles Le Seigneur offre à l’homme un chemin d’amitié et de communion avec lui et avec ses frères.
Faire de Dieu "la priorité des priorités vitales", en ces jours caractérisés par une multitude de propositions aussi alléchantes les unes que les autres, s’apparente à une véritable provocation. Comment arriver à se prosterner devant (...)

CELUI-CI EST MON FILS BIEN-AIMÉ, ÉCOUTEZ-LE

Nous avons pris la route qui mène à Pâques depuis le mercredi des cendres. Pendant quarante jours, nous marcherons dans le « désert » dans le but de vaincre le mal qui est en nous afin de célébrer comme il se doit la résurrection du Seigneur.
Sur ce chemin de Pâques, le Christ, à la suite de qui nous marchons, nous invite ce dimanche à monter avec lui sur la montagne de la transfiguration, le mont Thabor. Pourquoi ce rendez-vous sur une montagne et pas ailleurs ? Dans la Bible en effet, la montagne a (...)

Faisons route ensemble !

C’est juste après son baptême dans le Jourdain que Jésus va passer quarante jours dans le désert. C’est l’Esprit Saint qui le pousse à aller dans ce lieu. Là, il va être tenté. Contrairement aux autres synoptiques (Matthieu et Luc), Marc est très bref, il ne détaille pas les tentations. Mais peut-on dire que Jésus n’a été tenté que durant ces 40 jours ? C’est jusqu’à sa mort qu’il devra affronter les forces du mal. « Retire-toi ! Derrière moi, Satan », dira-t-il à Pierre qui tente de le détourner du droit (...)

Crever le toit ?

Qu’il est bon d’avoir un toit pour pouvoir s’abriter, pour y loger sa famille, pour se protéger des intempéries, du froid, de la pluie…
Mais alors pourquoi avoir à « crever le toit » pour y laisser passer nos infirmités ? Dimanche dernier, nos paroisses ont pu accompagner nos frères malades dans leurs démarches du « sacrement des malades ».
Lors de ces célébrations, comme ce Dimanche, Jésus doit « crever un toit » plus épais que celui de nos habitations. Aujourd’hui encore, il vient rejoindre le cœur de (...)

« A son image »

L’évangile de ce dimanche est une consolation. Il parle de l’Amour de Dieu pour tous les hommes. Il nous a créés à son image, à l’image de son coeur : nous sommes ses enfants. Dieu aime chaque être en particulier et c’est une certitude qui dépasse notre foi !
Dieu nous a faits beaux, il nous a donné un corps, offert un coeur, et fait don aussi de Sa liberté… Ainsi, habité par lui, il nous est rendu possible d’aimer à son image, de manière illimitée. C’est cela le Royaume promis. Oui, au sommet de sa (...)

Seigneur Jésus, Toi qui viens guérir et sauver...

En ce cinquième dimanche de l’année B, nous sommes mis en présence de Jésus dans son activité de grand guérisseur. Et Dieu sait si tous les petits "bobos" dont nos vies nous gratifient nous poussent à chercher partout des médecins de l’âme et du corps. Notre environnement actuel est saturé par tant de pressions que quelquefois notre solidité intérieure en est ébranlée ; et les impacts sur nos conduites quotidiennes s’en ressentent.
La parole de Dieu ne nous propose pas de faire l’impasse sur nos (...)

« TU ES LE SAINT DE DIEU »

Habitués à écouter les scribes, les pharisiens et les docteurs de la Loi, les auditeurs de Jésus reconnaissent qu’ils sont devant un homme extraordinaire. Car Jésus parle avec autorité et pose des gestes qui poussent ses concitoyens à se poser des questions sur son identité : Qui est cet homme qui commande aux esprits mauvais et les pousse à quitter les personnes dont ils se sont emparés ? Alors que les auditeurs de Jésus s’interrogent sur son identité, l’esprit mauvais qui est dans l’homme de la (...)

Qu’avons-nous fait du concile Vatican II ?

C’est à l’âge de 77 ans que le Cardinal RONCALI est élu Pape. Nous sommes le 26 octobre 1958. On parle, vu son âge, d’un pape de transition sous le pontifical duquel l’Église ne vivra rien de bien particulier.
Quelques mois plus tard, le 25 janvier 1959, alors que personne ne s’y attend, le nouveau pape annonce l’ouverture d’un concile. Cela arrive comme une bombe ! Après une phase de préparation, le Concile s’ouvre à Rome le 11 octobre 1962, un concile – seulement pastoral, diront certains, d’autres le (...)

EDITO

"En ce deuxième
Dimanche du temps ordinaire il nous est proposé de revisiter l’appel que nous
avons reçu de suivre le Seigneur dans nos vies.
Vous avez en effet remarqué qu’il est question de vocations, d’appel et qu’il nous faut beaucoup d’humilité pour recevoir le don de Dieu à travers ceux qu’Il met sur notre route pour expérimenter sa présence.
Arrêtons nous sur la vocation du jeune Samuel. L’initiative va venir de Dieu qui appel par trois fois. il faudra un intermédiaire pour interpréter l’appel ce (...)

Une très grande joie

Ce dimanche, l’Église célèbre l’Épiphanie. Ce mot vient du grec "Épiphaneïa", qui signifie "manifestation", et pour cela la couleur liturgique retenue sera le blanc. Pourquoi ?
Parce qu’à l’image de notre baptême, cette couleur reflète la lumière, la manifestation de ce que nos corps seront dans la gloire. Cette fête de l’Épiphanie est aussi celle de la lumière venue des confins de l’univers, nous rejoindre et naître au dedans de l’Humanité. Entre la lumière physique et la lumière de Dieu, se trouve (...)

Noël, Cristallisation de toutes les espérances humaines…

"La grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes", nous dit saint Paul. C’est cela Noël, le Très Haut, le Tout Puissant qui entre dans notre histoire.
Ainsi, "le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière", c’est nous dont les horizons semblaient irrémédiablement fermés, par nos multiples incapacités à nous sauver nous-mêmes du "désespoir humain" : haines fratricides, violences diverses, paupérisations planifiées de peuples entiers, appât du gain, maladies (...)

Que tout se passe pour moi selon ta parole

Après les appels à la conversion lancés par Jean-Baptiste au début de ce temps de l’Avent, nous sommes invités, à une semaine de la naissance du Messie, à fixer nos regards sur Marie, la jeune fille choisie par Dieu pour devenir la mère du Sauveur.
Pour réaliser son projet d’amour pour son peuple, Dieu choisit Marie pour qu’elle devienne la mère de son Fils unique. Ainsi par la naissance de son Fils, Dieu prend notre chair, il se fait homme pour sauver les hommes.
Bien que le message annoncé par (...)

Qui es-tu donc ?

« Qui es-tu donc ? Pourquoi baptises-tu ? » Telles sont les questions des prêtres et des lévites envoyés auprès de Jean -Baptiste. C’est un homme étonnant qui ne laisse pas indifférents ceux qui viennent le trouver dans le désert. Un prophète qui, à la fois attire et s’efface, lorsqu’on est devant lui. Quelqu’un qui baptise et annonce en même temps un autre baptême.
Il invite à la conversion, et se convertir c’est se tourner vers. Vers qui ?
Vers Celui que Jean annonce qui est plus grand que lui, qui vient (...)

Une bonne nouvelle

"L’évangile de ce dimanche nous annonce une Bonne Nouvelle. Nous en recevons tellement de mauvaises, les médias ne cessent de parler de la crise boursière, de la dette, des violences, des licenciements…
Écoutons l’Évangéliste nous faire part de la bonne nouvelle de l’amour de Dieu qui nous rejoint aujourd’hui dans nos vies : "préparons le chemin du Seigneur, rendons droits ses sentiers".
Mais comment l’entendre ? Nous sommes tellement encombrés par toutes sortes de bruits, pouvons nous encore (...)

"L’Avent, c’est devant ! "

Entrer dans l’Avent, c’est cheminer avec l’Église fidèle. Elle est guidée par l’angélique étoile de l’ Espérance qui la conduira jusqu’à la douceur de Noël.
Ce premier dimanche, le mot principal de l’ Évangile est celui d’une recommandation et il est facile à retenir : "VEILLEZ !"
Ce mot pourrait revêtir trois propositions : pour les uns, veiller, c’est se surveiller (faire un examen de conscience) pour les autres, c’est se réveiller (ouvrir la Bible par exemple), pour les troisième, c’est continuer à prier (...)

Rois et Reines, nous le sommes !

J’irai moi même chercher la brebis égarée et blessée, celle qui est faible, je lui rendrais des forces... En fait, nous dit le Seigneur je prendrais fait et cause pour mon peuple ; surtout ceux qui sont victimes d’une société dont la seule règle respectable peut se résumer en ceci :"pas de place ici pour la racaille...et pour les reclus de tout genres..." car ils nous pompent notre air et le rendent pestilentiel par le seul fait de le respirer.
Le dimanche du Christ-Roi nous rappelle notre (...)

Que devons-nous faire fructifier ?

Il est clair, en lisant l’évangile de ce dimanche, qu’il est question de talents (argent) que trois serviteurs ont reçus de leur maitre pour les faire fructifier en son absence. Pouvons-nous, à partir de la parabole des talents, affirmer que Jésus-Christ nous demande de faire fructifier l’argent que nous gagnons ?
La réponse est certainement non. Car ce que nous avons reçu du Christ et que nous devons faire fructifier vaut plus que de l’argent (talents). Ce sont les dons de l’Esprit-Saint qui nous (...)

Gardons notre lampe allumée

Nous arrivons à la fin de l’année liturgique et les textes nous invitent à méditer sur le sens de l’Histoire. Le monde a eu un commencement, il aura une fin. Autrement dit, notre Histoire est linéaire.
Le Christ, l’Epoux dans la parabole des dix vierges, reviendra un jour, non comme il est venu voilà 2 000 ans, mais dans sa gloire. Il récapitulera toute la création dont nous faisons partie pour la présenter, l’offrir, à Dieu son Père. Inutile de faire des calculs pour savoir à quel moment cela aura (...)

TOUSSAINT

"Qu’est-ce donc qu’être Saint ?" Ne serait-ce pas mettre de l’amour dans toute sa vie, de donner sa vie, de la donner totalement pour le service des autres ?
Être Saint, c’est à mon sens accueillir Dieu qui se donne pour donner à notre tour. La sainteté n’est certes pas à la mesure de nos seules forces humaines, comme membres du peuple de Dieu, unis à l’Esprit Saint, il nous est proposé de nous ajuster au Fils de Dieu.
Regardons tous les Saints, ceux avec lesquels nous avons une relation particulière (...)

"Aime et tu vivras ! "

Ce mot qui revient sur toutes les lèvres, tous les rêves, tous les cœurs ; ce mot qui a l’âge de l’homme, celui de l’histoire personnelle des êtres ; ce mot qui traduit verbalement le moins mal, le foyer de feu sacré que nous portons en nous : c’est également le Nom du Père, celui du Ciel et de la Terre !
Rien que par cela, nous devrions nous sentir en proximité, non plus orphelins mais en réelle "comm-union ! ".
Reprenant le texte de l’Exode par la bouche de Moïse, Jésus, en sa personne-même, (...)

A Dieu seul l’honneur et la gloire !

A qui dois-je obéir ?
En ces temps troubles, où beaucoup de nos contemporains ne savent plus où donner de la tête, et où chacun de nous est quelquefois placé devant des choix qui le dépassent, dans un monde où la dimension horizontale est singulièrement malmenée par toute sorte de compréhensions viciées, après "le siècle des horreurs" et des totalitarismes, voici "celui de la responsabilité". Nous n’avons plus le droit de nous laisser aliéner par une idéologie quelle qu’elle soit.
En ce 29ème dimanche (...)

Dieu nous appelle au Salut

Dans la parabole du festin que nous lisons aujourd’hui, c’est l’histoire d’amour entre Dieu et Israël et au-delà d’Israël, c’est l’histoire d’amour entre Dieu et chacun de nous.
En Jésus-Christ mort et ressuscité, Dieu offre son salut à tous les peuples de la terre. Le salut que le Christ apporte au monde entier est décrit comme une fête de communion avec Dieu à laquelle toute l’humanité est invitée.
Même si certains hommes hier comme aujourd’hui répondent par l’indifférence à l’invitation du Père, le Dieu (...)

Dieu a voulu avoir besoin des hommes

Quelle confiance le Seigneur fait aux hommes ! Cette vigne qu’il chérit, qui est sa création au sommet de laquelle il a placé l’homme, il l’a confiée à ce dernier, donc à chacun de nous. Dieu a voulu avoir besoin des hommes. Nous sommes les vignerons appelés à travailler à l’œuvre de Dieu.
Si le propriétaire du domaine est parti en voyage, il reste toutefois attentif à ce qui se passe dans sa vigne puisqu’il envoie à maintes reprises ses serviteurs sur le terrain, jusqu’au jour où il y fait venir son (...)

Va travailler à ma vigne !

En ces temps de rentrée, nous voilà envoyés au travail par l’Evangéliste St Matthieu, en ce 26ème dimanche du temps ordinaire.
"Mon enfant, va travailler aujourd’hui à ma vigne", pour porter du fruit, oserai-je rajouter.
Pour Jésus, ni le statut social, ni la valeur reconnue, ni le prestige ne sont des critères déterminants pour entrer dans le royaume de l’amour, dans la vigne du Père.
Les engagements que nous avons pris cette année ou ceux que nous allons prendre en réponse aux sollicitations qui (...)

GAGNER LA PAIX

Nous lisons dans le prophète Isaïe, ce dimanche que "les pensées de Dieu ne sont pas celles des hommes". Le réflexe de projeter l’image de l’homme sur Dieu est fréquente aussi bien dans l’image des peuples que dans chacun de nous.
Or si nous constatons ou admirons des analogies entre les beautés de la nature, les actions humaines et la Bonté de Dieu, nous devons aussi nous dire que Dieu est au-dessus de tout, bien au-delà encore de notre logique ou de nos perceptions immédiates.
Ainsi, cette (...)

Combien de fois doit-on pardonner ?

En ce dimanche, – à la suite du 22ème qui prônait l’exemption de toute dette hormis celle de l’amour –, nous sommes invités à entrer plus profond dans cette démarche vers notre divinisation.
En effet, ce qui nous est proposé n’est ni plus, ni moins que de conformer notre être tout entier au dimensions même de l’infini de Dieu.
En tout premier lieu, le configurer à l’infini de son pardon.
Un pardon qui ne sait pas compter, un pardon tellement transcendant qu’il ne saurait entrer dans nos calculs mesquins, (...)

Une résolution pour la rentrée

L’heure de la rentrée vient de sonner. Petits et grands se remettent au travail. C’est la rentrée aussi pour nos communautés chrétiennes. Les services et les mouvements se réveillent après un temps « d’hibernation estivale ». Nous sommes appelés à travailler ensemble, en communauté. Notre document diocésain de référence, suite au dernier synode, nous le rappelle puisqu’il est intitulé : « Ensemble pour la Mission ».
Ce qui fait la richesse d’une communauté c’est sa diversité. Ce qui nous permet d’avancer sur (...)

Femme, voici ton fils

Marie, la toute pure, la vierge immaculée, préservée de tout péché, a lors de sa dormition rejoint la source de la vie, celui qu’elle a conçu, qu’elle a offert aux hommes pour leur salut. Marie est auprès de Dieu. Elle reste auprès de nous. Jésus, avant de rendre son dernier souffle sur la croix, lui a donné Jean comme fils : « Femme, voici ton fils », et il l’a confiée à Jean : « Voici ta mère ». Par ces paroles de Jésus agonisant, l’Église a su découvrir très vite qu’à travers Jean, c’était toute l’humanité (...)

Marcher main dans la main avec LUI…

Au début de notre été, il est réconfortant d’entendre l’appel de Jésus qui nous invite au repos. Durant toute cette année peut être avons-nous peiné sous le poids du fardeau, parfois trop lourd à porter pour nos épaules.
En ce dimanche, le Seigneur nous demande de lui confier notre joug pour prendre le sien qui, nous dit-il, est facile à porter. Répondons favorablement à son invitation à marcher main dans la main avec Lui, afin qu’en le rencontrant nous puissions trouver le repos dont nous avons tant (...)

Solennité du Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ

Chargé de préparer la FIP de ce dimanche, je m’aperçois que la 2ème lecture de Saint Paul aux Corinthiens est justement celle que nous avions choisie pour l’adoration eucharistique en cette belle soirée "Art et Foi" avec la Pastorale des Artistes, le 17 juin dernier ! Je crois que nous étions nombreux à adorer ce seul pain, communion au corps du Christ et, par là aussi, ce seul corps, puisque nous sommes en communion.
Communion par notre foi, par la grâce qui nous unit, par notre espérance de (...)

Exprimez votre amitié en échangeant le baiser de paix !

Après la Pentecôte qui sanctionne la fin du temps pascal, nous voici à célébrer une autre solennité non moins importante, la Sainte Trinité.
Derrière ce terme qui semble ne désigner qu’une réalité chiffrable, se cache le nom même du Dieu des chrétiens. Un Dieu qui malgré sa toute puissance (omniscience et omnipotence) est avant tout relation subsistante : échange infini d’amour entre un Père qui contemple le Fils et l’appelle par son nom, et un Fils qui est tourné vers le Père et lui dit son amour dans une (...)

Que vienne l’Esprit Saint !

Avant de quitter les siens, Jésus leur a promis une force d’en haut : « Je ne vous laisserai pas orphelins, je vous enverrai une force d’en haut, le Paraclet, le Défenseur. » La fête de Pentecôte que nous célébrons aujourd’hui est la réalisation de cette promesse faite aux apôtres. C’est la descente de l’Esprit Saint sur eux.
Entre la Pâque et la Pentecôte, les apôtres vivaient dans le silence et dans la peur d’être arrêtés. Dans leurs têtes, il y avait encore beaucoup d’interrogations sur l’événement de la (...)

Entre Ascension et Pentecôte

Entre l’Ascension et la Pentecôte, les Apôtres attendent. C’est une période de transition. Le temps des apparitions est désormais terminé, il faudra qu’ils s’habituent à être avec leur Seigneur autrement, sous un autre mode.
Entre l’Ascension et la Pentecôte, les Apôtres sont en retraite. Ils se retirent du monde, se mettent à l’écart, non pour attendre passivement, mais pour prier, préparer leur coeur au don que Jésus leur a promis avant de les quitter : don de l’Esprit Saint. Ils retournent à Jérusalem, (...)

La venue de l’Esprit

Le discours de Jésus à ses disciples que nous relate St Jean dans l’évangile de ce 6ème dimanche de Pâques nous entraîne à la découverte du magistère de la filiation divine de Jésus nous situant en vérité devant Dieu comme des fils.
"Si vous m’aimez, vous resterez fidèles à mes commandements". Ce verset établit un lien entre les commandements de Jésus et l’amour qu’on lui porte. "Moi, je prierai le Père". Jésus prend ses responsabilités, il intercède pour nous, nous n’avons par conséquence aucune crainte à (...)

Passera-t-il dans notre cœur ?

Attendant la Pentecôte, les Évangiles nous rappellent chaque dimanche le passage de Jésus à son Père…
Nous-mêmes, nous passons, comme le temps, après nous être dépassés ou avoir trépassé…
N’ayant pas connu le péché, le Christ, dans sa divine nature, retourne au Père d’où il est venu d’ailleurs. Ô Enfant divin, Roi d’Amour !
Trois mots résument ce que l’Église nous a fait vivre dernièrement : les rencontres, les événements, 1a fraternité.
1. Les rencontres Pour aimer une personne, disait Saint Vincent de Paul, (...)

TOUS « CES ESCALADEURS » SONT DES GOUROUS, DES VOLEURS ET DES BANDITS…

En ce 4e dimanche de Pâques qui est aussi celui des vocations, Jésus nous est présenté par l’Évangeliste Jean sous le double patronyme de Berger et de Porte des Brebis. Autrement dit, celui qui les conduit vers les sources d’eaux vives, qui donne sa vie pour elles, et les devance sur les itinéraires de leur vie.
Malheureusement ce n’est pas toujours ainsi que se passent les choses. En effet, à l’extérieur comme à l’intérieur de l’Église, naissent chaque jour des escaladeurs : tous ces gourous au (...)

« Le Seigneur est ressuscité ! »

En lisant les évangiles de ces premières semaines de Pâques, on se rend compte de la difficulté qu’avaient les apôtres, au départ, à croire à la résurrection du Christ.
Le témoignage de Marie-Madeleine annonçant la résurrection du Christ ne rassure pas beaucoup d’entre eux.
Les apparitions du Christ laissent certains dans le doute. L’un d’eux, Thomas va jusqu’à exiger des preuves pour croire. Les deux disciples d’Emmaüs, déçus par la mort de leur Maître, regagnent leur village complètement désillusionnés. (...)

« N’ayez pas peur ! »

Les Apôtres avaient de quoi avoir peur. Calfeutrés, ils n’osaient sortir, craignant les autorités, tant juives que romaines qui avaient condamné leur Maître. Un seul parmi eux avait quitté le groupe, Thomas, mais pas pour longtemps. L’incrédule avait-il été plus courageux que les autres ?
Lorsque le Christ ressuscité se montre à eux, le soir de Pâques, comme huit jours plus tard, il commence par ces mots « la paix soit avec vous ». Il les invite à ne pas être troublés, à ne pas avoir peur.
Deux mille (...)

LA LUMIÈRE A JAILLI DU TOMBEAU

Voilà deux mille ans, la lumière de la Vie
Nouvelle a jailli d’un tombeau.
La voyons-nous ?
Une chose est certaine : chacun d’entre nous a
reçu le don de cette vie nouvelle, le don de l’accueillir
et d’en vivre.
Il ne nous reste plus qu’à prendre conscience
de cette réalité pascale dans l’immédiat de nos
journées.
Pas facile, me direz-vous ? Nous avons besoins
de signes et où les trouver ?
Je serais tenté de vous répondre : à chaque Eucharistie.
Le Seigneur se donne à nous sous le signe
du partage du (...)

La plus belle des rencontres

Ces dernières semaines, les Évangiles ont une thématique commune, la rencontre : celle de la Samaritaine et de Jésus au bord du puits ; celle de l’aveugle-né que Jésus guérit ; celle à Béthanie auprès de Marthe et Marie ; celle enfin, aujourd’hui, avec l’entrée du Seigneur à Jérusalem où une grande foule l’acclame : "Hosannah, fils de David, béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !".
Rencontres, émotions, conversions pour les uns… Soupçons, déceptions, versatilité pour les autres…
De quel mystère (...)

Lazare, viens dehors ...

En ce 5ème dimanche de Carême, alors que nous marchons résolument vers la lumière pascale, les textes de ce jour nous invitent à faire une halte à Béthanie.
Mais bien avant cela, la première lecture donne déjà le ton :"je vais ouvrir vos tombeaux et vous en faire sortir, ô mon peuple".
Telle est la promesse du Seigneur face au peuple qui vit l’horreur de l’exil et du découragement. En effet, loin de sa terre, de ses lieux de cultes, il vit cet état de chose comme une mort.
Mais comment ? Par quelle (...)

Des ténèbres à la lumière

Après la rencontre avec la Samaritaine dont il était question dans l’évangile de dimanche dernier, Jésus rencontre dans l’évangile d’aujourd’hui un aveugle-né à qui il rend la vue.
À travers cet aveugle, le Christ, Lumière du monde, rencontre toute l’humanité aveugle pour lui donner accès à la lumière. L’onction de boue que Jésus fait sur les yeux de l’aveugle n’a pas suffi pour que ce dernier puisse voir. Pour recouvrer la vue, il a fallu que l’aveugle obéisse à la Parole de Jésus, qu’il aille se laver à la (...)

Il fallait…

Il fallait…
Il fallait que toutes les conditions soient réunies pour que cette samaritaine rencontre Jésus au puits de Jacob. Simple coïncidence ou intervention de Dieu ?
Il est midi, le soleil est dans tout son éclat. Ce n’est pas l’heure à laquelle les femmes viennent habituellement puiser l’eau, mais bien plus tôt, au lever du jour, lorsqu’il fait encore frais. À moins que St Jean, qui nous invite souvent à un second niveau de lecture, veuille nous dire que pour cette femme c’est l’heure où la (...)

La Transfiguration

En ce dimanche nous nous retrouvons sur la montagne de la "Transfiguration" d’où resplendit la lumière divine, le Christ vainqueur du péché et de la mort. De la nuée lumineuse qui recouvre Pierre Jacques et Jean, une voix proclame à nouveau que Jésus est le Fils bien-aimé du Père et ajoute "Écoutez-le".
Cette théophanie met les disciples face à la Pâque du Christ, mystère de mort et de résurrection.
Et pour nous aujourd’hui, dans notre secteur, quelle nuée nous guide ? Éclaire-t-elle notre route jusqu’à (...)

" L’ESSENTIEL "

Ce 1er dimanche de Carême, les lectures bibliques que nous recevons s’adressent directement à notre conscience : "qu’est-ce pour nous l’essentiel ?" les œuvres sans l’Amour ? les agitations de ce monde qui passent ? les oublis de nos devoirs religieux, au profit de toutes sortes d’apparences ?
Tirée du livre de la Genèse, la première lecture entendue à la messe est un monument : "Dieu modèle l’homme avec de la poussière et lui insuffle le souffle de Vie". Tout est là : Dieu est don, Dieu est souffle, (...)

Être chrétien, c’est être "pratiquant"

En ce jour là beaucoup me diront : "Seigneur, Seigneur... "
Il est vrai que c’est par la confession de foi que nous accédons au salut. Mais les paroles, fussent-elles saintes ou remplies de la meilleure des intentions, ne suffisent pas à rendre compte de la substance même de notre foi. En effet, au tout début du christianisme,alors que faisait rage le débat sur la foi et les œuvres, Saint Jacques est arrivé à dire : montre moi tes oeuvres et moi je te montrerai ma foi…
Faut-il donc opposer ces (...)

Vivons selon la loi du Christ !

L’extrait du discours de Jésus sur la montagne que nous lisons dans l’évangile de ce dimanche n’est pas le genre de discours que nous avons l’habitude d’entendre dans la vie courante.
Quand Jésus proclame : « Ne riposte pas au méchant. Si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui encore l’autre. […] Si quelqu’un veut prendre ta chemise, laisse-lui encore ton manteau » ou encore « Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent », notre monde proclame chaque jour le contraire de ce que (...)

Les fondations, les murs, et tout le reste…

L’Évangile de ce dimanche peut être comparé à la construction d’une maison. Il y a les fondations sur lesquelles nous posons les murs. Les fondations, c’est le Décalogue, les dix commandements remis par Dieu à Moïse pour le peuple. Les murs, c’est l’enseignement donné par Jésus.
Que doit-on garder : les fondations ou les murs ? Les deux. Par quoi faut-il commencer ? Par les fondations, bien sûr.
Nous voyons ici toute la pédagogie employée par Dieu envers nous. Les fondations, ceux qui écoutent Jésus (...)

Et si le sel s’affadit ?

"L’évangile c’est du sel, et vous, vous en
avez fait du sucre ! " lançait Paul Claudel.
Si le sel n’est pas fait pour rester dans la
salière, la lumière n’est pas faite pour
rester dans l’ampoule !
Saviez-vous que le sel figure la sagesse,
exprime l’amitié, la joie fraternelle, la vie ?
Alors, ne nous laissons pas affadir en
nous fondant dans la masse, notre
différence chrétienne n’est-elle pas une
richesse pour le monde ? Soyons là où les
hommes et les femmes travaillent, là où ils
souffrent, là où ils (...)

LES BÉATITUDES ou les icônes du Ciel

Chaque semaine, nous progressons dans la connaissance de Jésus. À Noël, nous apprenons que Dieu s’est incarné (pour être aimable, il fallait bien qu’il soit proche de nous…).
Au baptême dans le Jourdain, nous apprenons que Jésus est "le Fils bien-aimé du Père". Ensuite, en Galilée, Jésus appelle les pécheurs et proclame, dans cette Terre des Nations, un salut universel.
Enfin, partout où le Fils de Dieu passe, il fait le bien, guérit, pardonne, réconforte… C’est alors que Jésus, au nord des écoles (...)

Le Christ est-il donc divisé ?

S’il nous était donné de recenser toutes les Églises et les Sectes chrétiennes existantes en ce jour, sûr que la journée entière n’y suffirait pas. En effet , depuis les apôtres la scissiparité du christianisme n’a été que grandissante.
Preuve que le scandale de la division est bien le virus dont l’activité dévastatrice n’est plus à démontrer au sein du christianisme et "des christianismes". Après les effroyables guerres entre catholiques et protestants qui ont connu leur culminance dans les deux grands (...)

Jésus-Christ, l’Agneau de Dieu

« Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde. »
Cette parole de Jean-Baptiste nous est bien connue. Nous l’entendons à chaque Eucharistie avant de communier au corps du Christ. Lorsque Jean-Baptiste désigne Jésus comme l’Agneau de Dieu, il reconnaît en lui Celui qui, par sa venue au monde, enlève tous les péchés du monde. L’Agneau de Dieu permet aux hommes qui l’accueillent dans la foi, comme Parole de Dieu ou comme Envoyé du Père, de connaître Dieu et de devenir ses enfants. Par ce témoignage, (...)

Plongés avec le Christ dans sa mort pour ressusciter avec lui

Jésus, après avoir vécu à Nazareth, durant trente ans environ, exerçant le même métier que son père nourricier Joseph, commence sa vie publique en se rendant au bord du Jourdain là où son cousin Jean baptise. Jean appelle tous ceux qui viennent le trouver à se convertir car le Règne de Dieu est proche.
On comprend l’attitude du Précurseur lorsqu’il voit Jésus se présenter à lui. C’est pour lui le monde à l’envers. « C’est moi qui ai besoin de me faire baptiser par toi, et c’est toi qui viens à moi ! ». Si (...)

Bonne et sainte année !

Avec le mois de janvier revient la période des vœux. C’est un moment qui me semble important. C’est parfois le seul moment de l’année où nous avons des nouvelles de personnes que nous avons un peu oubliées, dont les liens se sont peu à peu desserrés.
Lorsque nous voulons nous réconcilier avec quelqu’un, l’opportunité nous est offerte à ce moment de l’année. Il suffit d’envoyer une simple petite carte pour montrer à cette personne que nous ne lui en voulons pas.
Nous souhaitons tous que cette année soit (...)

"Ce n’est pas le temps qui passe, c’est l’événement qui nous attire"

Nous sommes encore dans le temps de l’Avent mais les jours qui passent nous rapprochent en même temps du grand motif de notre attente : la joie de Noël, la naissance de Jésus, Dieu avec nous, Dieu parmi nous.
Cette joie est triple : d’abord, celle de la naissance, ensuite celle de savoir que Dieu n’est pas en distance, mais proche de notre monde ; enfin la réalisation de toute l’attente d’un peuple et, pourquoi pas , la réponse à nos prières les plus sincères.
Oui, dit le psaume 23, "Que vienne le (...)

Alors ... la joie éclatera !

De quelle joie s’agit-il ? N’est-il pas un peu paradoxal d’en appeler à la joie alors que, dans notre aujourd’hui, bien peu de choses s’y prêtent ?
Du fond de sa prison, où il croupit injustement en attendant son exécution prochaine, Jean le Baptiste est l’image de tous ceux qui attendent le relèvement, la délivrance.
Mais jusqu’à quand, Seigneur ? Dans la question qu’Il pose, nous nous reconnaissons tous dans nos angoisses, nos doutes, nos désespoirs. L’impie aura-t-il toujours le dessus ? À quoi (...)

Convertissez-vous !

Les appels à la conversion se multiplient en ce temps de l’Avent. Après ceux d’Isaïe, de Paul et de Jésus entendus la semaine dernière, c’est celui de Jean-Baptiste qui retentit aujourd’hui à nos oreilles : « Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est tout proche. »
Le Seigneur vient. Nous disposons de quatre semaines pour nous préparer à sa venue. La meilleure façon de l’accueillir, comme le soulignent tous les textes de ces deux premiers dimanches de l’Avent, c’est de nous convertir, de changer nos (...)

Bonne année !

Quand l’année commence-t-elle ? Pour certains, c’est en septembre au moment de la rentrée des classes, pour d’autres, c’est en janvier. Pour nous, chrétiens, l’année commence le premier dimanche de l’Avent, donc aujourd’hui. Alors entre nous, nous pouvons nous souhaiter une bonne année.
Dès le premier dimanche de l’Avent, le Seigneur nous appelle à la vigilance. Pourquoi ? Parce que nous entrons dans ce temps liturgique qui nous rappelle que nous sommes dans une attitude d’attente. Lorsque nous (...)

La fête du Christ Roi

La fête du Christ Roi vient clore notre année liturgique. Durant cette année, bien des évènements se sont déroulés dans nos vies, dans notre secteur… Mais savez-vous que cette fête fut instaurée par le Pape PIE XI, le 11 décembre 1925, par l’encyclique "Quas Primas", pour "ramener et consolider la paix par le règne du Christ" ?
Alors, en ce Dimanche, essayons d’être de véritables artisans de Paix entre nous, autour de nous, et semons cette joie intérieure qui nous anime et qui nous vient de notre (...)

Notre Seigneur est tout proche...

En ce dernier dimanche de l’année liturgique, Notre Seigneur est tout proche...
À nouveau, les textes liturgiques nous invitent à la confiance. En dépit des événements, la prière, la patience et la persévérance nous apportent la paix du Christ. Paix intérieure, certes, mais assez puissante pour la répandre autour de nous. Ne pas céder à la panique, avoir confiance en l’avenir et encourager ses frères, voilà des qualités évangéliques d’actualité ! L’Évangile n’esquive pas la Croix, elle est portée en (...)

« Je suis le Dieu des vivants ! »

Parler aujourd’hui de la résurrection des morts dans un contexte où règne un matérialisme à outrance peut faire sourire un bon nombre de personnes ; y compris des chrétiens et ceci au nom du « réalisme » qui caractérise nos contemporains. On croirait volontiers à la réincarnation qui semble prendre en compte la dimension corporelle concrète des personnes, même si elle ouvre aussi sur une suite ininterrompue de renaissances…
Hélas ! Cela n’est pas nouveau ! Au temps de Jésus déjà, les sadducéens - (...)

Une rencontre qui transforme la vie

Zachée est l’un des personnages du Nouveau Testament qui nous sont connus. Sa rencontre avec Jésus est une histoire extraordinaire. Elle nous révèle un Dieu qui est proche de nous et qui veut vivre avec nous ; un Dieu qui n’oublie personne, un bon Pasteur qui va à la recherche des brebis perdues.
Mû d’abord par un simple désir de voir Jésus par curiosité, Zachée est complètement désarçonné en rencontrant le Fils de Dieu. Le Seigneur le regarde et l’appelle par son nom. Il lui exprime son désir de demeurer (...)

Quelle est la vraie prière ?

Un pharisien et un publicain se rendent au Temple pour prier. Ils sont bien différents l’un de l’autre. Le premier, à vrai dire, ne prie pas, car prier c’est se tourner vers Dieu pour échanger avec lui. Lui parler, mais avant tout le laisser parler.
Or, il n’y en a que pour lui : il se regarde, il se contemple, il s’admire, il est satisfait de lui. A l’entendre, il n’y a pas d’homme qui soit mieux que lui sur terre. Puis il se compare aux autres qui sont remplis de péchés. Il se considère bien (...)

Le Synode pour le Moyen-Orient

Doit-on se soucier des chrétiens du Moyen-Orient ? Doit-on prêter attention au Synode, cette rencontre d’évêques du Moyen-Orient, qui aura lieu à Rome du 10 au 26 octobre ?
Le Synode a un double objectif : confirmer et renforcer les chrétiens dans leur identité, grâce à la Parole de Dieu et aux sacrements d’une part, et, d’autre part, raviver la communion ecclésiale entre les catholiques du Moyen-Orient, quels que soient leurs rites d’appartenance. Cela peut sembler lointain.
En fait, se joue au (...)

DIEU EST PLUS PROCHE QUE VOUS NE LE PENSEZ

Selon la tradition œcuménique biblique, les lépreux, dans l’Antiquité, étaient rejetés volontairement par la communauté et considérés comme des sortes de morts en sursis.
Des passages du Lévitique sur le pur et l’impur concernent la lèpre ainsi qu’un rituel de purification à observer précisément par le prêtre, en dehors du campement.
Dans le passage de l’Évangile de Luc (17, 11-19), dix lépreux sont à distance de Jésus sur le chemin et l’appellent à haute voix. Cette distance et cet appel de loin (...)

Seigneur, augmente en moi la foi !

« J’aimerais bien avoir la foi comme vous ». J’ai souvent entendu cette phrase dans la bouche de personnes éprouvées, par exemple, par un deuil.
La foi, on la reçoit. Elle est un don de Dieu. Nous arrive-t-il de faire la même prière que les apôtres : « augmente en nous la foi, Seigneur » ? Avec bien peu de foi on peut faire des choses extraordinaires. Quelle disproportion entre une graine de moutarde et le grand arbre qui va se jeter dans la mer ! Et pourtant la première commande au second et le (...)

UN DÉFI À RELEVER

Les inégalités sociales sont l’une des réalités que les hommes connaissent depuis l’aube de temps. Cette réalité « riches et pauvres » ne date pas d’aujourd’hui, ni de l’époque de Jésus-Christ. Bien avant Jésus, au huitième siècle avant notre ère, le prophète Amos s’en prenait aux injustices sociales de son temps. Il était particulièrement scandalisé par le luxe des riches et leur insouciance de la vie des pauvres.
Témoin de la même réalité quelques siècles plus tard, Jésus appelle ses auditeurs à ouvrir les (...)

L’unité dans la diversité

C’est ce dimanche que nous nous retrouvons en secteur pour célébrer le Christ Ressuscité. Nous venons d’horizons divers. Nos racines ne sont pas les mêmes, ni notre culture, ni notre milieu social. Nous sommes un peu comparables à la communauté de Corinthe, du temps de St Paul, perdue dans cette grande ville cosmopolite de l’Antiquité. Aujourd’hui nous sommes cette petite communauté, ne rassemblant que 2% ou 3% de la population du secteur. Le levain dans la pâte, le sel de la terre.
Mais nous savons (...)

Rentrée : feuille de route

Après les vacances d’été qui ne profitent malheureusement pas à tout le monde, une nouvelle année s’annonce sous des auspices plus ou moins inquiétants. La crise et ses séquelles sociales, la question des retraites, la politique envers les étrangers, l’écart entre les riches et les pauvres, l’excès d’individualisme, les peurs engendrées par notre type de société...
A ce tableau plutôt noir, quels engagements en tant que Chrétiens prenons nous ? Nous avons reçu du Christ la mission de témoigner de l’Amour de (...)

Marie, mère de Dieu et notre mère

« Marie, l’Immaculée Mère de Dieu, toujours Vierge, à la fin de sa vie terrestre a été élevée en âme et en corps à la gloire du ciel ». C’est en ces termes que le Pape Pie XII en 1950 définit solennellement le dogme de l’Assomption. Nos frères orthodoxes emploient le mot de « Dormition » pour désigner la même réalité.
Si le dogme de l’Assomption a été proclamé très tardivement, dès la fin du Vè siècle on enregistre des allusions à une fête célébrée en l’honneur de Marie élevée dans la gloire de Dieu à la fin de sa (...)

On ne voit jamais un coffre-fort suivre un cercueil

Rien de nouveau sous le soleil ! À l’époque du Christ, comme à la nôtre, un maître mot : l’argent. Un Maître mot ? Un Maître tout court ! En avoir toujours plus pour pouvoir jouir de l’existence.
L’argent qui divise deux frères, comme nous le voyons dans l’Evangile de ce jour, dont l’un veut que Jésus intervienne… sous-entendu en sa faveur. L’argent qui déchire les familles, les détruit, envenime les relations pour longtemps, voire pour toujours.
Avoir des ressources sans travailler : dans une société de (...)

" La moisson est abondante mais les ouvriers peu nombreux"

Le message est assez
clair pour l’évangéliste St Luc.
Mais alors qu’en est-il de
l’annonce de l’Evangile ? Cette
annonce serait-elle réservée aux
seuls ministres ordonnés ?
Ce serait sans compter sur les pierres
vivantes de notre Église, de nos communautés qui
se rassemblent entre autres le dimanche pour
célébrer les noces de l’Agneau. C’est à nous tous
qu’il est demandé de témoigner, d’aller en mission
pour porter la Bonne Nouvelle à nos frères dans
nos quartiers, dans nos lieux de travail, dans nos (...)

Radicalité ou priorité ?

Parmi les lectures de ce dimanche : - celle du livre des Rois "laisse-moi d’abord embrasser mon père et ma mère puis je te suivrai" ; - celle de l’Évangile de Luc "Laisse-moi d’abord faire mes adieux aux gens de ma maison, puis je te suivrai, Seigneur".
À plusieurs siècles d’intervalle, deux phrases si ressemblantes… Toutes deux concernent des prises de décision, des engagements importants, des démarches peut-être sans retour possible… Alors, l’Évangile nous éclaire sur la réalité des choses, sur (...)

Prendre sa croix

Le chapitre 9 de saint Luc fait partie des passages importants de son Évangile car il y est question de l’interrogation de Jésus à ses disciples concernant sa personne (« pour la foule, qui suis-je ? (…) pour vous, qui suis-je ? »), de la souffrance annoncée du fils de l’homme, mais aussi parce qu’il y a cette recommandation générale qui nous touche directement ( nous, disciples de tous les temps) : « Celui qui veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix chaque jour, et (...)

« Donnez-leur
vous-mêmes à manger »

C’est vendredi prochain, avec la solennité du Sacré Coeur de Jésus, que se termine l’année du sacerdoce ouverte l’an dernier par le Pape Benoît XVI. Aujourd’hui, toute l’Eglise célèbre la fête du Corps et du Sang du Christ.
Sacerdoce ministériel et Eucharistie : il est aisé de faire le lien. Il n’y a pas d’Eucharistie sans prêtre, et pendant très longtemps on a employé ce terme pour désigner le prêtre : l’homme de l’Eucharistie.
« Donnez-leur vous-mêmes à manger », lit-on dans le texte d’Evangile de ce (...)

La Trinité, coeur de notre foi

Pour beaucoup de chrétiens, la Sainte Trinité, dénommée "mystère" est perçue comme une complication dogmatique dont l’effet et l’impact sur notre vie sont fort limités. Nous devons, je crois, sortir de cet a priori et essayer d’entrer dans ce mystère qui est pour nous vital.

La liberté née le jour de notre baptême

Saint Jean dit au chapître 3 : "Dieu ne donne pas l’Esprit avec mesure". En effet, le jour de la Pentecôte, les Apôtres étaient réunis pour recevoir l’Esprit Saint, et chacun en fut rempli.
Ainsi, cette manifestation de l’Esprit est un don de Dieu consécutif à la promesse du Christ de ne pas nous laisser orphelins. Les Apôtres n’ont pas fabriqué une association de personnes, une idéologie, une oeuvre posthume, ils ont reçu le don du Père dont l’entourage en a attesté dans sa propre langue (...)

QU’ILS SOIENT UN !

Le discours d’adieu de Jésus à ses disciples culmine avec la célèbre prière dite sacerdotale du chapitre 17 de l’Évangile de Jean. « À l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, les yeux levés au ciel, il priait ainsi… ». Quel bel exemple de ce qu’est prier, du comment prier Dieu le Père.
Cette prière sacerdotale est plus qu’un exemple de prière ; il s’agit avant tout d’un acte d’intimité par excellence que Jésus entretient avec son Père. Cet acte par excellence s’exprime par une prière de demande de (...)

Dieu au cœur de nos vies !

S’il nous arrive de penser
que Dieu est un être extérieur à
nous, qui existe au dessus de
nous et loin de nous, l’évangile
de ce dimanche nous présente
Dieu comme intérieur à notre
être. Il est en nous. Il demeure
en nous.
Cependant cette présence
intime de Dieu en nous n’est pas
automatique . Elle est
conditionnée par l’amour que
nous devons avoir pour Jésus et
notre prochain. « Si quelqu’un
m’aime, mon Père l’aimera,
nous viendrons chez lui, nous
irons demeurer auprès de lui. »
Jn.14, 23. Une seule chose (...)

Aimer à la manière du Christ

Alors que nous sommes dans le Temps Pascal, l’Évangile de ce dimanche nous ramène en arrière, avant la mort de Jésus, plus exactement au Jeudi Saint. Nous lisons sur trois dimanches, et jusqu’à la Pentecôte, un extrait du discours prononcé par Jésus au cours du dernier repas pris avec ses apôtres. Jésus appelle ceux qui sont autour de la table, « mes petits enfants ». Il fait ce que font des pères et des mères quand ils ont la grâce de pouvoir bien dire adieu à leurs enfants avant de mourir. Il leur (...)

La consolation

Il s’agit du premier jour de la semaine, lorsque Jésus apparaît à ses disciples. L’Église y voit d’emblée la première manifestation communautaire célébrant la présence de son Seigneur ressuscité, le dimanche.
Au fil des siècles, nous célébrons aussi en assemblée la victoire du Christ sur le mal et la mort, ainsi que l’immense espérance du peuple chrétien, témoin également de la peine des hommes.
Le Seigneur est présent même si les apparences ont changé… Il y a changement d’état pour une alliance nouvelle et (...)

Alléluia ! Le Christ est vivant

Pourquoi chercher parmi les morts celui qui est vivant ? Son tombeau est bien à Jérusalem, mais il est vide. Quelqu’un serait-il venu prendre son corps ? Non, puisqu’il s’est manifesté à beaucoup : à Marie-Madeleine, aux deux disciples d’Emmaüs, aux apôtres, à plus de cinq cents personnes à la fois, nous dit saint Paul. Nous n’avons recueilli que quelques témoignages, ceux qui ont été mis par écrit dans les Evangiles.
Les témoins ont versé leur sang, refusant de nier ce qu’ils avaient vu et entendu. Pascal (...)

Acclamons notre Sauveur !

Commencée depuis le mercredi des
cendres, notre marche vers Pâques se
poursuit non sans difficulté. Sur cette
montée laborieuse vers Pâques, nous
savons que le Seigneur nous soutient et
nous relève quand nous tombons.

Laissons-nous réconcilier

Avec l’épisode de la femme adultère, les scribes et les pharisiens cherchent à entraîner Jésus dans un piège.
De deux choses l’une : ou bien Jésus dit : « il faut lapider cette femme », comme l’indique la Loi, et dans ce cas on peut lui reprocher de n’être pas aussi miséricordieux qu’il le prétend. Ou bien il dit : « il ne faut pas la lapider », on peut alors lui reprocher de désobéir à la Loi. Comment va-t-il pouvoir s’en sortir ?
L’échappatoire de Jésus est d’une simplicité renversante. Il s’appuie tout (...)

Donnez-nous des prêtres !

Dieu, Tout Puissant, donnez-nous des prêtres, je me souviens avoir chanté cela dans mon enfance. Prier, c’est indispensable, mais j’ai envie d’ajouter : « aide-toi, le ciel t’aidera ». Dieu appelle, mais la vocation sacerdotale naît dans le coeur des mères, ou au moins au sein de nos familles, également au sein de nos communautés chrétiennes quand elles sont vivantes et appelantes.
Vous qui êtes père ou mère de famille, si un de vos fils vous exprimait son désir de devenir prêtre : considéreriez-vous cela (...)

Un matin est toujours nouveau

C’est une parole d’espérance que l’Église nous rapporte de Jésus. Il s’agit de la parabole du figuier stérile.
"Laisse-le encore cette année" disent les disciples à Jésus. Combien de fois, en regardant en nous-mêmes, avons-nous l’impression de ne pas avoir assez reçu, d’avoir manqué aux rendez-vous, ou de ne pas réaliser ce que nous attendons…
On pourrait rapprocher cette parabole du magnifique poème de Marie Noël à Auxerre où, devant le Seigneur, elle n’a rien à offrir mais celui-ci lui répond : "donne… (...)