Accueil > L’actualité > Les éditos > LE BAPTEME DU SEIGNEUR

LE BAPTEME DU SEIGNEUR


Ce dimanche est le prolongement de l’Incarnation, Dieu fait chair
parmi les hommes dont il épouse toute l’humanité, à l’exception du
péché. Dieu continue de rentrer dans notre humanité en se soumettant
à tout ce que fait l’homme. Aujourd’hui, Jésus-Dieu se fait baptiser
par un homme, un être de chair, Jean-Baptiste.
Par cet acte qui revêt une importance capitale, nous comprenons vraiment la voie que Dieu a choisie pour nous sauver et ouvrir nos yeux pour découvrir la relation qu’il veut établir avec nous, une relation d’amour et de confiance. C’est pourquoi il choisit toujours nos voies pour nous sauver : il ne refoule ni nos actions ni nos éléments vitaux
et spirituels mais les assume, les sanctifie et les divinise. Il s’est fait homme pour que les hommes deviennent des dieux. Il se fait baptiser pour sanctifier le baptême.
En réalité Jésus n’avait pas besoin de baptême, s’il est vrai que le baptême est fait pour laver le bénéficiaire des souillures du péché. Nous, nous recevons le baptême parce que nous sommes imbibés du péché originaire et comme le dit le psaume 50 (51), "nous sommes pécheurs dès le sein maternel", pécheur même au premier moment de la fécondation (le foetus est déjà pécheur puisque qu’il est déjà un être humain et, comme tel, il est contaminé par le péché originel dès le sein de sa mère). selon notre Foi chrétienne, ce péché ne peut être lavé que par le Baptême.
Bref, nous les hommes, nous sommes pécheurs et nous avons besoin du baptême pour nous purifier de nos souillures mais Jésus lui, n’a pas besoin de baptême puisqu’il est Dieu et donc sans péché, lui, le saint des saints, le trois fois saint. Mais si le Seigneur l’a fait, c’est pour nous montrer le chemin du salut de Dieu. Ce chemin qui passe par l’homme. On ne se baptise pas, on se fait baptiser tout comme on ne s’envoie pas en mission, on est envoyé. Jésus aurait pu se baptiser lui-même mais il se fait baptiser par un simple homme et, à partir de là, se manifeste sa filiation dans sa relation unique au Père des Cieux : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie. ». Revêtu de
ce soutien du Père Eternel, il peut commencer son ministère messianique. C’est ce qui se réalise en nous aussi au moment de notre Baptême. Nous aussi, par notre baptême, s’établit notre filiation et nous devenons des envoyés de Dieu pour annoncer au monde ses merveilles.

Père Jérémie AKA ALOFA