La Confession en confinement

Beaucoup d’entre vous souhaiteraient se confesser à l’approche des fêtes pascales.

Là où les fidèles se trouvent dans l’impossibilité de recevoir l’absolution sacramentelle, il faut rappeler que la « contrition parfaite » s’exprime par une sincère demande de pardon et par la ferme résolution de recourir à la confession sacramentelle quand elle sera possible. Les fidèles obtiennent dans ce cas le pardon des péchés, même mortels.

Vendredi 20 mars, lors de sa messe quotidienne à Sainte Marthe au Vatican, le pape François s’est arrêté sur la confession, l’un des sept sacrements dont sont privés les fidèles pendant cette période de confinement. Son conseil ? « Faites ce que dit le catéchisme, c’est très clair : si vous ne trouvez pas de prêtre pour vous confesser, parlez à Dieu : Il est votre père !  », a déclaré le pontife.

Pour ressentir de nouveau la grâce de Dieu, le Pape conseille à ceux qui le souhaitent de réciter leur acte de contrition avec foi, en désirant ardemment de recevoir la miséricorde de Dieu. « Comme nous l’enseigne le catéchisme, vous pouvez vous approcher par vous-même du pardon de Dieu, sans avoir de prêtre à portée de main », explique-t-il. « Demandez pardon de tout votre cœur, et promettez au Seigneur de vous confesser plus tard. Immédiatement, vous ressentirez de nouveau Sa grâce ».

D’autre part un décret est paru vendredi 20 mars sur l’indulgence plénière offerte aux malades, soignants et fidèles, à l’occasion de l’urgence pandémique.