Incroyable Amour


Ce dialogue entre Jésus-Ressuscité et Pierre, dans l’évangile de ce 3e dimanche de Pâques est ponctué par la triple question "m’aimes-tu ?". Dans la langue grecque qui est la langue originelle dans laquelle est écrit le Nouveau Testament, il y a deux verbes pour signifier ce verbe "aimer". Le premier verbe, « agapao », signifie l’amour sans réserve, total et inconditionnel. Le deuxième verbe « phileo » exprime l’amour d’amitié, tendre mais pas totalisant.
Alors les deux premières fois, Jésus demande à Pierre : « Simon… m’aimes-tu ? » avec le verbe « agapaô », c’est-à-dire « m’aimes-tu de cet amour total et inconditionné dont je t’aime moi-même ? » (Jn 21, 15). Naturellement, Pierre ne peut avoir un amour égal à celui de son Divin Maître, surtout, après la triste expérience de son triple reniement dans la nuit de la Passion. C’est pourquoi il ne répond pas par le même verbe car il ne peut qu’aimer à sa mesure et à sa manière. C’est pourquoi, la troisième fois, Jésus reprend sa question, mais avec le verbe « phileô ».
Pierre aime Jésus, oui, mais à la manière des hommes, pas à la manière de Dieu. Le Pape Benoît XVI commentait : « Simon comprend alors que son pauvre amour suffit à Jésus, l’unique dont il est capable… On pourrait dire que Jésus s’est adapté à Pierre, plutôt que Pierre à Jésus ! C’est précisément cette adaptation divine qui donne de l’espérance au disciple, qui a connu la souffrance de l’infidélité. C’est de là que naît la confiance qui le rendra capable de suivre le Christ jusqu’à la fin. »
Mais alors pourquoi cette précision de Jésus : « m’aimes-tu plus que ceux-ci ? », comme si le Christ voulait choisir le meilleur de ses disciples en se disant : « puisque tu m’aimes plus que les autres, je te confie la charge ».
Non, au contraire, il faut entendre : « C’est parce que je te confie cette charge, qu’il faudra que tu m’aimes davantage ! » Peut-être est-ce comme un discret rappel à ceux qui détiennent une parcelle d’autorité dans l’Eglise ?
L’autorité qui nous est confiée, dans quelque domaine que ce soit, est d’abord une exigence : accepter une charge, une mission, implique beaucoup d’amour, un amour inconditionnel pour le Christ.

Père Jérémie AKA ALOFA

SPIP 12-2016 | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contact | Webmestre Bookmark and Share